Home
Critiques et controverses en parapsychologie

Critiques et controverses en parapsychologie

Ce texte est la traduction d’un article déjà ancien – mais toujours d’actualité – du psychologue allemand Eberhard Bauer du département de Psychologie de l’Université de Freiburg, qui est membre directeur de l’IGPPInstitut für Grenzgebiete der Psychologie und Psychohygiene (IGPP) : Organisme fondé en 1950 par H. Bender et situé à Freiburg, en Allemagne. Grâce notamment à un apport important de fonds privés, il est actuellement le plus grand centre de recherches parapsychologiques en Europe. Il possède un service d'accueil du public assuré par des psychologues.. Il retrace les différentes controverses qu’a connues la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. au XXème siècle, en essayant de saisir ce qui il y a d’épistémologiquement singulier dans les critiques qui lui sont faîtes.

VUE D’ENSEMBLE SUR LES CRITIQUES ET LES CONTROVERSES EN PARAPSYCHOLOGIE

« Quand on considère le courant principal de l’histoire de la recherche en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., alors qu’elle tente d’être admise parmi les sciences reconnues, il apparaît que les controverses et les discussions sans fin associées à cette entreprise, qui continuent encore de nos jours, sont d’une nature différente de celles des conflits habituels dans le domaine des sciences.
Apparemment, ce débat touche à des valeurs plus vitales et essentielles que celles abordées dans les polémiques concernant par exemple l’acceptabilité ou les conséquences possibles de l’introduction d’une découverte technologique ou d’un nouveau produit chimique. En particulier, le ton occasionnellement acerbe de ces discussions et le fait qu’elles deviennent souvent personnelles et menées en dépit du sens commun, sont des indications du caractère sulfureux du sujet. »
(Servadio 1958,1)

Cette constatation du parapsychologueCe terme revêt de nos jours un double sens. Utilisé pour désigner les chercheurs de formation scientifique et universitaire qui étudient les phénomènes paranormaux dans le cadre de la parapsychologie scientifique, il renvoie aussi aux praticiens de l'occulte et du paranormal (voyants, médiums, magnétiseurs, etc.). On pourrait souhaiter que la première acception évoquée l'emporte dans le vocabulaire courant pour ainsi éviter toute confusion. L'ambiguïté du terme est volontiers entretenue par les critiques et détracteurs de la parapsychologie scientifique. Ceux-ci tentent ainsi, par un pernicieux effet d'amalgame maintenant une certaine confusion sémantique, de reléguer des recherches se voulant rationnelles sur ces questions en dehors du champ de la science. Des praticiens du paranormal peuvent avoir tendance, eux aussi, à entretenir cette ambiguïté. En se prétendant parapsychologues, ils espèrent sans doute, par la référence scientifique qu'ils s'attribuent, renforcer auprès de leurs clients l'image de professions en manque de reconnaissance sociale. De plus, le peu d'approfondissement que des enquêtes médiatiques trop souvent en mal de sensationnel consacrent à ce type de questions contribue à laisser perdurer la confusion, là où il faudrait au contraire faire preuve de discernement et de prudence. Que pouvons-nous dire des parapsychologues relevant du premier sens envisagé et que nous voudrions privilégier ici? D'origines universitaires variées, les chercheurs amenés à réfléchir aux questions parapsychologiques se recrutent aussi bien parmi des spécialistes des sciences dites humaines (psychologues, ethnologues, sociologues, etc.) que parmi des spécialistes des sciences dites exactes (mathématiciens, physiciens, biologistes, etc.). Des philosophes, des médecins et des ingénieurs se retrouvent également impliqués dans ce domaine de recherche. Seuls quelques laboratoires dans le monde emploient des chercheurs en parapsychologie à temps plein. Compte tenu du peu de place que l'institution scientifique accorde encore à la parapsychologie, la plupart des chercheurs n'y consacrent qu'une partie de leur temps, exerçant par ailleurs des fonctions en lien avec leur formation d'origine. Les premiers grands noms de la parapsychologie furent les pionniers de recherches qualifiées alors de psychiques , ou bien encore de métapsychiques. Parmi les plus connus, on pourrait citer le philosophe américain William James (1842-1910), tenant du pragmatisme, le physicien anglais William Crookes (1829-1919), rendu par ailleurs célèbre par la découverte du thallium, et le Français Charles Richet (1850-1935), prix Nobel de médecine en 1913. Deux psychologues américains ont ensuite particulièrement marqué l'histoire de la parapsychologie durant la seconde moitié du XXème siècle. Joseph Banks Rhine (1925-1980) est considéré comme le père de la parapsychologie quantitative car il a systématisé le traitement statistique des phénomènes paranormaux observés en laboratoire. Plus près de nous, Charles Honorton, en introduisant la technique du ganzfeld et en appliquant les techniques de méta-analyses aux données parapsychologiques, a permis de faire avancer le débat entre partisans et opposants de la parapsychologie. En France, c'est essentiellement autour de l'Institut métapsychique international, fondé en 1919, que se sont regroupés les principaux intellectuels interessés par ces questions. On citera, pour mémoire, les docteurs Gustave Geley (1865-1924) et Eugène Osty (1874-1938) ou bien encore les ingénieurs René Warcollier (1881-1962) et Henri Marcotte (1920-1987). Le spécialiste d'éthologie animale Rémy Chauvin, membre de l'Académie des sciences, est certainement, à l'heure actuelle, le scientifique le plus connu du grand public qui ait ouvertement déclaré son intérêt pour la parapsychologie, par le biais notamment d'expériences réalisées avec des animaux. Ce sont en fait de très nombreux chercheurs (qu'il faudrait certainement compter en milliers), issus de mondes scientifiques et intellectuels très divers, qui se sont passionnés pour la parapsychologie depuis plus d'un siècle, aussi bien en Europe qu'aux États-Unis, comme dans l'ex-URSS ou d'autres pays du monde. Dans son ouvrage "Somnambulisme et médiumnité" et plus particulièrement dans le tome II intitulé "Le Choc des sciences psychiques", le philosophe et sociologue Bertrand Meheust, reprenant l'histoire des débuts de la métapsychique, tente de comprendre les origines de l'incroyable entreprise d'occultation qui a pesé et qui pèse encore sur les travaux de plusieurs générations de parapsychologues. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)} et psychanalyste italien Emilio Servadio éclaire la position particulière occupée par les controverses concernant la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. et les attitudes critiques envers sa nature scientifique. Il ne fait aucun doute que le problème de l’existence de phénomènes paranormaux peut être considéré comme l’un des sujets de recherche les plus controversés de l’histoire de la science. Il est même possible d’envisager l’histoire de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. comme l’histoire de ces controverses. Contrairement à d’autres disciplines, ces controverses ne concernent pas tellement l’interprétation de certains phénomènes mais a surtout trait à l’existence des phénomènes eux-mêmes. Comme il sera démontré plus loin, c’est la raison pour laquelle même les experts les plus compétents ne sont pas d’accord sur l’essentiel des recherches sur le paranormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)} et aboutissent à des conclusions différentes.

En premier lieu, on discute même pour savoir qui est « compétent » : Qui peut être considéré comme « parapsychologueCe terme revêt de nos jours un double sens. Utilisé pour désigner les chercheurs de formation scientifique et universitaire qui étudient les phénomènes paranormaux dans le cadre de la parapsychologie scientifique, il renvoie aussi aux praticiens de l'occulte et du paranormal (voyants, médiums, magnétiseurs, etc.). On pourrait souhaiter que la première acception évoquée l'emporte dans le vocabulaire courant pour ainsi éviter toute confusion. L'ambiguïté du terme est volontiers entretenue par les critiques et détracteurs de la parapsychologie scientifique. Ceux-ci tentent ainsi, par un pernicieux effet d'amalgame maintenant une certaine confusion sémantique, de reléguer des recherches se voulant rationnelles sur ces questions en dehors du champ de la science. Des praticiens du paranormal peuvent avoir tendance, eux aussi, à entretenir cette ambiguïté. En se prétendant parapsychologues, ils espèrent sans doute, par la référence scientifique qu'ils s'attribuent, renforcer auprès de leurs clients l'image de professions en manque de reconnaissance sociale. De plus, le peu d'approfondissement que des enquêtes médiatiques trop souvent en mal de sensationnel consacrent à ce type de questions contribue à laisser perdurer la confusion, là où il faudrait au contraire faire preuve de discernement et de prudence. Que pouvons-nous dire des parapsychologues relevant du premier sens envisagé et que nous voudrions privilégier ici? D'origines universitaires variées, les chercheurs amenés à réfléchir aux questions parapsychologiques se recrutent aussi bien parmi des spécialistes des sciences dites humaines (psychologues, ethnologues, sociologues, etc.) que parmi des spécialistes des sciences dites exactes (mathématiciens, physiciens, biologistes, etc.). Des philosophes, des médecins et des ingénieurs se retrouvent également impliqués dans ce domaine de recherche. Seuls quelques laboratoires dans le monde emploient des chercheurs en parapsychologie à temps plein. Compte tenu du peu de place que l'institution scientifique accorde encore à la parapsychologie, la plupart des chercheurs n'y consacrent qu'une partie de leur temps, exerçant par ailleurs des fonctions en lien avec leur formation d'origine. Les premiers grands noms de la parapsychologie furent les pionniers de recherches qualifiées alors de psychiques , ou bien encore de métapsychiques. Parmi les plus connus, on pourrait citer le philosophe américain William James (1842-1910), tenant du pragmatisme, le physicien anglais William Crookes (1829-1919), rendu par ailleurs célèbre par la découverte du thallium, et le Français Charles Richet (1850-1935), prix Nobel de médecine en 1913. Deux psychologues américains ont ensuite particulièrement marqué l'histoire de la parapsychologie durant la seconde moitié du XXème siècle. Joseph Banks Rhine (1925-1980) est considéré comme le père de la parapsychologie quantitative car il a systématisé le traitement statistique des phénomènes paranormaux observés en laboratoire. Plus près de nous, Charles Honorton, en introduisant la technique du ganzfeld et en appliquant les techniques de méta-analyses aux données parapsychologiques, a permis de faire avancer le débat entre partisans et opposants de la parapsychologie. En France, c'est essentiellement autour de l'Institut métapsychique international, fondé en 1919, que se sont regroupés les principaux intellectuels interessés par ces questions. On citera, pour mémoire, les docteurs Gustave Geley (1865-1924) et Eugène Osty (1874-1938) ou bien encore les ingénieurs René Warcollier (1881-1962) et Henri Marcotte (1920-1987). Le spécialiste d'éthologie animale Rémy Chauvin, membre de l'Académie des sciences, est certainement, à l'heure actuelle, le scientifique le plus connu du grand public qui ait ouvertement déclaré son intérêt pour la parapsychologie, par le biais notamment d'expériences réalisées avec des animaux. Ce sont en fait de très nombreux chercheurs (qu'il faudrait certainement compter en milliers), issus de mondes scientifiques et intellectuels très divers, qui se sont passionnés pour la parapsychologie depuis plus d'un siècle, aussi bien en Europe qu'aux États-Unis, comme dans l'ex-URSS ou d'autres pays du monde. Dans son ouvrage "Somnambulisme et médiumnité" et plus particulièrement dans le tome II intitulé "Le Choc des sciences psychiques", le philosophe et sociologue Bertrand Meheust, reprenant l'histoire des débuts de la métapsychique, tente de comprendre les origines de l'incroyable entreprise d'occultation qui a pesé et qui pèse encore sur les travaux de plusieurs générations de parapsychologues. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)} » et qui ne le peut pas, qui est autorisé à se présenter comme sceptique ou critique dans ce domaine ? Il n’est pas malaisé de constater l’inexistence d’un groupe homogène de parapsychologues caractérisé par certaines qualifications. La nécessité d’un curriculum, de préférence de niveau académique, et de professionnalisation est bien reconnue (Shapin et Coly, 1976 ; Johnson, 1977); mais sans une organisation de base, un support financier et l’acceptation adéquate par la communauté scientifique, la professionnalisation n’est possible que sur une échelle limitée. Bref, il n’y a pas d’autorités en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. dans le sens de représentants d’un corps d’opinions acceptées, qui soient soutenues par la majorité des scientifiques concernés. Au mieux pourrait-on dire qu’il y a des « experts », bien que dans ce contexte la signification de ce terme reste incertaine. Dans une discussion instructive concernant « les zones d’accord entre les parapsychologues et les sceptiques », R.A. McConnel, lui-même un parapsychologueCe terme revêt de nos jours un double sens. Utilisé pour désigner les chercheurs de formation scientifique et universitaire qui étudient les phénomènes paranormaux dans le cadre de la parapsychologie scientifique, il renvoie aussi aux praticiens de l'occulte et du paranormal (voyants, médiums, magnétiseurs, etc.). On pourrait souhaiter que la première acception évoquée l'emporte dans le vocabulaire courant pour ainsi éviter toute confusion. L'ambiguïté du terme est volontiers entretenue par les critiques et détracteurs de la parapsychologie scientifique. Ceux-ci tentent ainsi, par un pernicieux effet d'amalgame maintenant une certaine confusion sémantique, de reléguer des recherches se voulant rationnelles sur ces questions en dehors du champ de la science. Des praticiens du paranormal peuvent avoir tendance, eux aussi, à entretenir cette ambiguïté. En se prétendant parapsychologues, ils espèrent sans doute, par la référence scientifique qu'ils s'attribuent, renforcer auprès de leurs clients l'image de professions en manque de reconnaissance sociale. De plus, le peu d'approfondissement que des enquêtes médiatiques trop souvent en mal de sensationnel consacrent à ce type de questions contribue à laisser perdurer la confusion, là où il faudrait au contraire faire preuve de discernement et de prudence. Que pouvons-nous dire des parapsychologues relevant du premier sens envisagé et que nous voudrions privilégier ici? D'origines universitaires variées, les chercheurs amenés à réfléchir aux questions parapsychologiques se recrutent aussi bien parmi des spécialistes des sciences dites humaines (psychologues, ethnologues, sociologues, etc.) que parmi des spécialistes des sciences dites exactes (mathématiciens, physiciens, biologistes, etc.). Des philosophes, des médecins et des ingénieurs se retrouvent également impliqués dans ce domaine de recherche. Seuls quelques laboratoires dans le monde emploient des chercheurs en parapsychologie à temps plein. Compte tenu du peu de place que l'institution scientifique accorde encore à la parapsychologie, la plupart des chercheurs n'y consacrent qu'une partie de leur temps, exerçant par ailleurs des fonctions en lien avec leur formation d'origine. Les premiers grands noms de la parapsychologie furent les pionniers de recherches qualifiées alors de psychiques , ou bien encore de métapsychiques. Parmi les plus connus, on pourrait citer le philosophe américain William James (1842-1910), tenant du pragmatisme, le physicien anglais William Crookes (1829-1919), rendu par ailleurs célèbre par la découverte du thallium, et le Français Charles Richet (1850-1935), prix Nobel de médecine en 1913. Deux psychologues américains ont ensuite particulièrement marqué l'histoire de la parapsychologie durant la seconde moitié du XXème siècle. Joseph Banks Rhine (1925-1980) est considéré comme le père de la parapsychologie quantitative car il a systématisé le traitement statistique des phénomènes paranormaux observés en laboratoire. Plus près de nous, Charles Honorton, en introduisant la technique du ganzfeld et en appliquant les techniques de méta-analyses aux données parapsychologiques, a permis de faire avancer le débat entre partisans et opposants de la parapsychologie. En France, c'est essentiellement autour de l'Institut métapsychique international, fondé en 1919, que se sont regroupés les principaux intellectuels interessés par ces questions. On citera, pour mémoire, les docteurs Gustave Geley (1865-1924) et Eugène Osty (1874-1938) ou bien encore les ingénieurs René Warcollier (1881-1962) et Henri Marcotte (1920-1987). Le spécialiste d'éthologie animale Rémy Chauvin, membre de l'Académie des sciences, est certainement, à l'heure actuelle, le scientifique le plus connu du grand public qui ait ouvertement déclaré son intérêt pour la parapsychologie, par le biais notamment d'expériences réalisées avec des animaux. Ce sont en fait de très nombreux chercheurs (qu'il faudrait certainement compter en milliers), issus de mondes scientifiques et intellectuels très divers, qui se sont passionnés pour la parapsychologie depuis plus d'un siècle, aussi bien en Europe qu'aux États-Unis, comme dans l'ex-URSS ou d'autres pays du monde. Dans son ouvrage "Somnambulisme et médiumnité" et plus particulièrement dans le tome II intitulé "Le Choc des sciences psychiques", le philosophe et sociologue Bertrand Meheust, reprenant l'histoire des débuts de la métapsychique, tente de comprendre les origines de l'incroyable entreprise d'occultation qui a pesé et qui pèse encore sur les travaux de plusieurs générations de parapsychologues. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)} actif, le dit bien : « A moins que vous ne soyez volontaire et capable de passer des années de formation en psychologie, en physique et en sociologie des sciences, vous ne pouvez prendre une décision compétente sur la qualité et la valeur des preuves expérimentales de phénomènes parapsychologiques. » (McConnel, 1976,304)
Jugés sur la base de ces critères, les Etats-Unis comptent peut-être « deux douzaines de chercheurs raisonnablement qualifiés et actifs en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. » (McConnell, 1976,308).

La même chose est applicable aux qualifications des critiques. La dichotomie fréquemment appliquée – les parapsychologues croient à l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. tandis que les critiques ou sceptiques n’y croient pas – est aussi simpliste qu’erronée. Sur la base de nombreux exemples tirés de la littérature, il peut être démontré que les parapsychologues sont les critiques les plus sévères et les plus compétents en ce qui concerne leurs propres recherches et eux-mêmes. Considérez seulement les noms de Besterman, Dingwall, Hodgson, W.F. Prince, la contribution publiée dans Murchison (1927), Angoff et Shapin (1971) et la discussion de John Beloff (1972, 1975) concernant la position des sceptiques – juste pour en citer quelques-uns. Le rôle du sceptique auto-proclamé ou du détracteur professionnel peuvent sembler prestigieux dans l’opinion publique (note 1) mais manque souvent de faits de base ou d’argumentation logiquement acceptable (voir par exemple Bender, 1964 ; Buchel, 1976; Bauer et von Lucadou 1980).

Une autre controverse concerne les frontières de ce domaine. Si on accepte le paradigme de l’Ecole de Rhine (Nilsson, 1975) qui a dominé la recherche pendant quarante ans, alors les seuls objets de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. sont la perception extrasensorielle (ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement.) et la psychokinèseCapacité à influencer mentalement un objet, un processus ou un système sans l’utilisation de mécanismes ou d’énergies connues. On distingue la bio-psychokinèse , la micro-psychokinèse et la macro-psychokinèse . (PK). Ceci explique pourquoi Rhine a considéré la « vague occulte » (Bender, 1976, 7) devenue proéminante dans les pays occidentaux pendant les années soixante-dix et qui comprenait l’acupuncture, l’effet photographique Kirlian et l’astrologie, comme très dangereuses pour l’image de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. en tant que science expérimentale. Spécialement parce que nombre de parapsychologues semblaient adopter une attitude positive envers de tels thèmes populaires (auxquels on peut aussi ajouter l’ufologie, le Triangle des Bermudes ou les mystères des pyramides), Rhine a averti que « les parapsychologues feraient mieux d’accorder quelque attention au fait que le psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. dont il s’occupe n’est plus autant en sécurité sous leur propre contrôle social que dans le passé. Le temps est venu où, nous qui travaillons avec le psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi., devons décider si nous savons réellement où nous nous situons et quel est précisément notre territoire… Y a-t-il une autre science expérimentale qui repose sur une base aussi mince d’uniformité et de standardisation ? » (Rhine, 1972,175).

Si l’étude par questionnaire de Schmeidler (1971) peut être considérée comme représentative, alors il apparaît que les membres de la Parapsychological AssociationLa Parapsychological Association (PA) est une organisation internationale constituée de scientifiques et d'universitaires qui étudient les phénomènes psi, comme la télépathie, la clairvoyance, la psychokinèse, la guérison psychique ou la précognition. La Parapsychological Association est reconnue comme une association scientifique à part entière, étant membre de l'AAAS depuis 1969. C'est le plus important organisme de recherche en parapsychologie. La plupart des parapsychologues sont membre de PA. elle permet de féderer l'ensemble des chercheurs travaillant dans le domaine de la parapsychologie et organise chaque année un congrès où sont publiées les recherches scientifiques des parapsychologues. Elle a pour objectif de promouvoir l'approche scientifique et objective des phénomènes psi et ses membres obeissent à une charte de déontologie. sont au moins d’accord sur le fait que l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. est un phénomène prouvé et qu’il n’y a aucune raison pour fournir encore et encore de nouvelles preuves (ceci est peut-être trop optimiste, voir par exemple l’enquête plus récente parmi les membres de la P.A. par McConnel et Clark, 1980). Mais mis à part le fait que les opinions des parapsychologues les plus importants sont également divisées quant à la manière d’étudier empiriquement les modalités des phénomènes psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi., Rhine (1974b) adopte par exemple la position – critiquée par Thouless (1973)- qu’un grand nombre de thèmes de la recherche parapsychologique, comme les phénomènes psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. se produisant lors d’experiences de décorporation (OBE), les problèmes de survie, la rétrocognition, la psychométrieCapacité de prendre connaissance de l'ambiance d'une personne, de ses états affectifs et intellectuels, de son histoire de vie, par l'intermédiaire d'un objet lui appartenant ou ayant été en contact avec elle. et même la télépathieLa télépathie désigne un échange d’informations entre deux personnes n’impliquant aucune interaction sensorielle ou énergétique connue., sont des problèmes fondamentalement insolubles, qui ne peuvent être étudiés de manière empirique car il est impossible d’éliminer la clairvoyanceConnaissance d’objets ou d’événements à distance sans l’intermédiaire des sens. comme hypothèse alternative potentielle. Il est bon de réaliser que ce dilemme n’est pas seulement sémantique. Il reflète principalement différents modèles théoriques qui ont évidemment des conséquences pour la testabilité empirique des hypothèses qui en sont dérivées. Cette image de la diversité parapsychologique rend plutôt aisé pour les critiques le rassemblement, à partir de la littérature, d’une série de déclarations et d’opinions excessivement variables (voir pour un exemple récent le « coup de grâce » d’Alcock contre la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. et l’argumentation conjointe de Palmer ; Alcock,1981 ; Palmer,1983) qui peuvent être utilisés pour dépeindre une image livide des conséquences les plus absurdes d’une recherche dans ce domaine, par exemple, d’un point de vue juridique.

Un survol de l’histoire d’un siècle de recherches en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. nous permet de détecter des formes d’argumentation  »pro » et  »contra » plutôt typiques, qui influencent la structure des controverses de façon remarquable (voir par exemple les considérations données par Nicol, 1956 ; Crumbaugh, 1966 ; Dommeyer, 1966 ; Ranson, 1971). Le discours inaugural de 1882 par le premier Président de la British Society for Psychical Research (S.P.R.), Henry Sidgwick, est typique de la façon dont les pionniers de cette recherche prenaient comme allant de soi la façon dont ils feraient face aux objections du monde scientifique. Sidgwick parle de « preuve suffisante », c’est-à-dire de « preuve qui convaincra le monde scientifique » (Sidgwick, 1882a,9). Sidgwick a élaboré ce point dans sa seconde allocution présidentielle « … s’ils n’applaudissent pas à une demi douzaine d’expériences décisives par des chercheurs d’intelligence entraînée et de probité jusqu’ici incontestée, essayons de leur donner un résultat ; si un résultat ne suffit pas, portons le nombre à cinquante » (Sidgwick, 1882, 67). Donc l’opposition serait graduellement réduite au silence et à la reconnaissance de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., renforcée par (note2) l’application du principe du cumul des preuves, c’est-à-dire par l’ajout de plus en plus de preuves en faveur de l’existence de l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement..

Ceci est à mettre en relation étroite avec le principe du témoignage faisant autorité : cela devient plus ou moins une procédure standard, en particulier pour les sessions avec des médiums à effets physiques, où il s’agit d’inclure un grand nombre de personnalités jouissant d’une réputation établie comme observateurs, afin d’utiliser leurs témoignages concernant l’authenticité des phénomènes en question pour changer l’opinion de la communauté scientifique. Toutefois, la controverse relative à la « médiumnité physique » qui a éclaté entre les deux guerres mondiales, et d’abord au sujet du travail de Schrenck-Notzing, ne put guère être résolue de cette façon. Les positions des adhérents et des opposants restaient fondamentalement irréconciliables (note 3).

Quand, au début des années trente J.B. Rhine s’est avancé avec sa recherche expérimentale et statistique de l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement., il semblait que cela apporterait un changement dans la discussion. Pour la première fois, un nombre de chercheurs indépendants ont accepté une méthodologie commune et une terminologie et les ont appliquées à un problème spécifique. C’était aussi la première fois que la communauté scientifique était mise au défi par un excès de résultats expérimentaux obtenus dans des conditions de laboratoires avec des méthodes conventionnelles et des sujets non sélectionnés.

La réaction de la communauté scientifique à la méthodologie proposée pour expérimenter avec des cartes fut animée en conséquence. Entre 1934 et 1940, il est paru environ 60 publications critiques par 40 auteurs, principalement dans la littérature psychologique, couvrant à peu près tous les aspects des conditions d’expérimentation et de leurs évaluations statistiques (Honorton, 1975a). La plupart des critiques qui se sont élevées peuvent se classer en trois groupes (Pope et Pratt, 1942): Le premier groupe concerne les données mathématiques-statistiques qui ont été appliquées ; le second, la validité des procédés expérimentaux ; et le troisième, la logique des interprétations des résultats en termes d’hypothèses ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement..

Le compte rendu publié en 1940 (Pratt et al, 1940) de toute la principale recherche expérimentale depuis 1882 jusqu’en 1940 – la « bible » de la parapsychologie expérimentaleEtude des perceptions extra-sensorielles et de la psychokinèse dans le cadre du laboratoire. – relève et discute 35 hypothèses alternatives. Parmi elles, des méthodes statiques erronées, des sélections d’informations impropres, des mélanges insuffisants des couvertures de cibles, des arrêts sur option, des erreurs inconsciemment motivées dans les enregistrements et le contrôle de la cibleDans l’ESP, l’objet ou l’événement que le récepteur cherche à deviner (cartes-cible, image-cible, sites-cible) ; dans la PK, l’objet, le processus ou le système que le sujet cherche à influencer (système-cible : souris, GNA, dés, etc.). ainsi que les séquences de réponses, et des perturbations sensorielles insuffisamment éliminées (chuchotements inconscients, cartes marquées) et finalement l’incompétence et la crédulité des expérimentateurs. Sur les 142 publications des 60 années précédentes, seules six se sont révélées suffisamment robustes pour résister à toutes ces objections, donc selon les auteurs procurant des preuves valables de cognition paranormale. Ces six-là sont toutes des expériences effectuées dans le laboratoire de l’Université de Duke depuis 1927.

En appliquant cette procédure objective, Rhine et ses collaborateurs ont réussi, dans une large mesure, à réduire au silence l’opposition principale des psychologues universitaires. Au moins parce qu’ils ont adapté leurs recherches aux critiques fondées. Alors, bien que la réalité de l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. n’ait pas été totalement acceptée, au début des années quarante, un accord existait au moins sur ce à quoi devait ressembler une expérience ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. (Honorton 1975b). Quand en 1943, le programme de recherche du laboratoire de Duke s’est élargi jusqu’à inclure la psychokinèseCapacité à influencer mentalement un objet, un processus ou un système sans l’utilisation de mécanismes ou d’énergies connues. On distingue la bio-psychokinèse , la micro-psychokinèse et la macro-psychokinèse . (influençant le lancement de dés), les critiques sont restées limitées à celles offertes par les parapsychologues britanniques, principalement motivés par leur manque de succès dans la réplication de ces expériences. Ce n’est qu’en 1962 que le psychologue américain Edward Girden a publié une évaluation critique fondamentale de 200 expériences PK et a conclu que « l’évidence de la PK en tant que phénomène psychologique fait totalement défaut. Et cette déficience persistera jusqu’à ce que l’effet soit produit en présence d’une variante psychologique spécifiée, et que l’effet n’apparaisse pas en son absence » (Girden, 1962, 387).
Prat (1964) a objecté que Girden a exagéré les défauts de l’expérience (prétextant par exemple un manque de procédures expérimentales strictes, un mauvais contrôle des dés faussés, une évaluation incorrecte d’informations non homogènes) et qu’il a ignoré les expériences pour lesquelles de telles objections n’étaient pas applicables. De plus amples informations concernant la complexité des problèmes propres à la controverse du PK et les différences entre les opinions des parapsychologues concernés peuvent être obtenus en consultant la littérature relative (voir Girden, Murphy, Eisenbud, Flew, Rush, Schmeidler, Thouless, 1964.)

Après l’achèvement couronnée de succès de la « controverse ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. », dans ce sens où l’opposition est devenue silencieuse à la fin des années trente, Rhine a pris comme acquis que seul le temps était nécessaire avant que la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. soit entièrement intégrée dans la science psychologique (Nilsson, 1975, 1976). Mais cet espoir s’est révélé vain. Dans les 15 années suivantes la « science établie » (Honorton, 1975b) a à peine pris note de la recherche parapsychologique. Cette confrontation active a échoué dans sa matérialisation. Ce n’est pas avant la moitié des années cinquante que la controverse a surgi de nouveau. La cause immédiate en a été deux publications dans les journaux scientifiques interdisciplinaires peut-être les plus influents « Nature » et « Science ». Le logicien d’Oxford, G. Spencer Brown (1953) a procuré un nouvel argument à la « controverse statistique » en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. en dirigeant ses critiques non pas envers les détails techniques d’application des procédés statistiques, mais contre les prétentions fondamentales de la théorie des probabilités elle-même. Il a critiqué le fait que la procédure habituelle en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. était d’inférer à partir de l’improbabilité même du résultat de l’évaluation statistique, l’existence de l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement., malgré le manque de reproduction et de modèles démontrables des phénomènes. Une telle manière naïve d’inférer une « cause » de la « signifiance » a également été critiquée par le mathématicien allemand Tornier. Il a avancé que les statistiques sont seulement un outil de recherche et ne peuvent jamais fournir de preuve à elles seules (Tornier, 1959, 115) (note 4). Les critiques de Tornier ont été longuement discutées dans la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. germanique ; les différentes positions concernant cette controverse peuvent être trouvées dans Bender (1959), Mischo (1974), Krengel et Liese (1978) et surtout Timm (1979).

La critique la plus radicale dirigée contre la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., et peut-être la plus influente à ce jour, fut l’affaire du chimiste George Price, qui la développa longuement dans son article « Science et surnaturel », publié comme article principal dans  »Science » (Price, 1955). Il a commencé par admettre que l’opposition à la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. a été pratiquement réduite au silence par un nombre impressionnant d’expériences soigneuses et une argumentation intelligente. Cependant, partant du fait que l’existence de l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. doit être considérée en conflit avec les théories actuelles en science, Price a été forcé de conclure que tous les résultats significatifs en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. ne pouvant s’expliquer par des procédures expérimentales fausses, des erreurs statistiques ou l’usage inconscient de signaux sensoriels, devaient être dues « à une fraude délibérée ou des conditions mentales anormales atténuées » (Price, 1955, 360). La fraude délibérée chez un investigateur comme alternative au psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. – c’est avec une telle prémisse que Price a discuté un nombre important de scénarii montrant comment la fraude a conduit aux résultats très significatifs obtenus par le mathématicien britannique Soal (Soal et Bateman, 1954) même s’il n’en a pas fourni de faits probants. En plus des réactions des scientifiques qui étaient personnellement attaqués (Rhine, 1956 ; Soal, 1956), Meehl et Scriven (1956) ont porté spécifiquement leur attention vers deux présupposés insoutenables dans l’argumentation de Price : Premièrement que l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. est en conflit avec la science moderne ; et deuxièmement que la science moderne, dans sa forme présente, devrait être correcte et complète. Dans tous les cas, sept ans plus tard, Price a retiré sa suspicion de fraude concernant Rhine et Soal, la reconsidérant comme « hautement incorrecte » (Price, 1972, 356) (note 5).

Néanmoins les deux arguments, l’improbabilité a priori de l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. et la possibilité de fraude de la part des expérimentateurs, ont été repris et étendus dans le livre du psychologue britannique C.E.M. Hansel, publié en 1966 : « ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement., une evaluation scientifique ». Le monde non-parapsychologique a semblé considérer ce livre comme le dernier mot qu’on gaspillerait sur ce sujet (cf. Slater, 1968). Selon Hansel, le processus étudié en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. est « à la fois hypothétique et a priori extrêmement peu probable » (Hansel, 1966,17). Toute cause possible connue, y compris la conspiration à tricher des participants à l’expérience, est de loin plus susceptible d’être responsable des résultats que les procédés hypothétiques (ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement.) mis en avant. Dans l’analyse de quatre expériences, dont trois appartiennent aux expériences « classiques » concluantes : les séries Pearce-Pratt et l’expérience Pratt-Woodruff, toutes deux de la période Duke du début, les expériences Soal avec Madame Stewart et Basil Shackleton ainsi que les expériences Soal-Bowden avec trois écoliers gallois, Hansel démontre avec une ingénuité remarquable comment la fraude aurait pu être commise. Selon Hansel, cela est suffisant pour remettre en cause toute affirmation positive tentant de persuader que la preuve de l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. est faite (Hansel, 1966,241). Il est à peine possible de contrer de telles accusations de fraude, du moins aussi longtemps que des confirmations indépendantes des résultats sont manquantes. Mais dans le cas des parapsychologues, l’argument de fraude n’est pas plus plausible que dans le cas d’autres scientifiques (voir par exemple McConnel, 1975). Le scandale autour du successeur de Rhine, W.J.Levy, qui s’est produit en 1974 et qui donna lieu à des commentaires dans le monde entier, démontre surtout ce point essentiel : la fraude de Levy avait été détectée par ses collègues et c’est Rhine lui-même qui l’a rendue publique (Rhine, 1974c) (note 6).

L’approche sceptique de Hansel envers la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. a été sévèrement critiquée en relevant la déviation apparente de ses arguments, sur la base de ses nombreuses erreurs quant aux faits et de ses imprécisions, qui rendent douteux que ce travail puisse être désigné comme une évaluation « scientifique » du psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. (note7). Néanmoins, la critique pénétrante de Hansel a éclairé un nombre de problèmes fondamentaux. Les opinions concernant l’importance de ces problèmes diffèrent dans la communauté parapsychologique. En premier lieu, on peut considérer à ce sujet le problème de la reproduction (voir spécialement Crumbaugh, 1966 et plus récemment – la discussion minutieuse par Hovelmann, (1983)). Au minimum, on peut dire que chacun est d’accord pour dire que la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. montre des expériences reproductibles mais pas des résultats reproductibles. Selon Beloff (1972) une expérience avec des résultats reproductibles peut être considérée comme la description d’un procédé expérimental qui, lorsqu’il est utilisé par des chercheurs compétents, « doit marcher au moins dans 50% des cas et surtout ne doit pas dépendre de la disponibilité d’un certain individu comme sujet. » (Beloff , 1972, 198). Mais les opinions varient parmi les parapsychologues sur ce sujet. Par exemple Beloff, en accord avec Crumbaugh (1966, 526) et Dommeyer (1966), conclut que les résultats parapsychologiques seront seulement acceptés de façon générale par la communauté scientifique quand au moins un effet reproductible pourra être démontré. Des propositions pour modifier le concept de reproductibilitéPossibilité de reproduire des résultats identiques ou similaires dans des expérimentations de même type., suivant les schémas suggérés par LeShan (1966) ou Murphy (1971) le font dépendre du caractère spécifique de l’objet de recherche. Pour la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., cela impliquerait qu’une reproductibilitéPossibilité de reproduire des résultats identiques ou similaires dans des expérimentations de même type. « intrasubjective » existe dans le sens où, sur plusieurs années, un même sujet obtient des résultats positifs avec différents investigateurs. Un exemple est l’effet « focusing » de Pavel Stepanek (Keil, 1977). L’espèce de « reproductibilitéPossibilité de reproduire des résultats identiques ou similaires dans des expérimentations de même type. interne » trouvée dans les expériences avec le groupe de Maimonides par l’induction de rêve télépathique (Ulman et al, 1973) ou dans la phénoménologie des torsions de métaux (Hasted, 1977) pourrait donc être mesurée comme telle. De toute façon, la demande de reproductibilitéPossibilité de reproduire des résultats identiques ou similaires dans des expérimentations de même type. reste un problème méthodologique fondamental en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.. Mais ceci ne vaut pas seulement pour la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. mais aussi pour les sciences comportementales. Par exemple, en psychologie, les résultats sont également caractérisés par des manques de régularité largement répandus, par la non reproductibilitéPossibilité de reproduire des résultats identiques ou similaires dans des expérimentations de même type. et la non prédictibilité (Maschewsky 1977, 212). Concernant la reproductibilitéPossibilité de reproduire des résultats identiques ou similaires dans des expérimentations de même type. (Honorton, 1975b) estime que, comparée à certains champs en psychologie, la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. s’en sort même mieux.

L’attitude envers le problème de la reproductibilitéPossibilité de reproduire des résultats identiques ou similaires dans des expérimentations de même type. et de ses fondements épistémologiques a de vastes conséquences pour un certain nombre de « sous-problèmes » qui ne peuvent être que brièvement mentionnés ici. Par exemple, le problème du rapport sélectif des seuls résultats positifs a pu conduire à une image distordue des accomplissements réels de la recherche (sur ce point, voir la discussion entre Rhine, 1975 et Beloff et al., 1976).

Un autre problème connexe est la vérification empirique des hypothèses. En combinant, de manière non critique différents « effets », comme les biaisPrésence de patterns ou de défauts particuliers pouvant introduire une modification arbitraire des résultats et faussant ainsi leur validité (ex : un dé non équilibré ayant tendance à faire sortir souvent le même chiffre). de « psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. missing », d’effets de déclin ou d’effets expérimentateurs, il devient en principe possible d’interpréter chaque résultat d’une expérience parapsychologique en faveur de l’hypothèse psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi.. Le danger d’une telle stratégie, qui assure l’immunité de l’interprétation psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. contre à peu près toutes les critiques, est renforcé par la terminologie généralement utilisée en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.. Par exemple, il est affirmé qu’un certain phénomène peut être « expliqué par l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. » (voir Mundle, 1971,20). Une telle expression néglige le fait que le concept d’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. n’a aucun pouvoir explicatif mais devrait être considéré simplement comme une convention verbale pour étiqueter un certain groupe de phénomènes, jusqu’à présent inexpliqué (pour plus de détails, voir Staub, 1978). L’observation, souvent discutée, d’un psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. qui échouerait souvent à apparaître quand des observateurs (par exemple des magiciens) ou des chercheurs sceptiques sont impliqués, peut être interprétée d’un point de vue psychologique comme l’indication d’une dépendance des phénomènes à des conditions psychologiques complexes, celle d’un champ affectif subtil (Bender, 1976) entre les participants à une expérience psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi.. En d’autres termes, il peut y avoir un certain nombre de conditions inconnues exigeant de nouvelles stratégies afin d’être approchées. Un autre problème du statut controversé de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., indirectement lié aux résultats de la reproductibilitéPossibilité de reproduire des résultats identiques ou similaires dans des expérimentations de même type. du psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi., mais d’importance plus étendue, concerne la remarquable érosion des preuves. Cet « effet d’évaporation » comme Scriven l’appelle (voir chez Eisenbud, 1963, 251) signifie que certains résultats de la recherche parapsychologique initialement très convaincants semblent perdre leur force avec les réévaluations postérieures. Quand le temps passe, même le chercheur deviendra éventuellement affecté par l’influence destructrice du doute. John Beloff (1972) en tant que Président de la Parapsychological AssociationLa Parapsychological Association (PA) est une organisation internationale constituée de scientifiques et d'universitaires qui étudient les phénomènes psi, comme la télépathie, la clairvoyance, la psychokinèse, la guérison psychique ou la précognition. La Parapsychological Association est reconnue comme une association scientifique à part entière, étant membre de l'AAAS depuis 1969. C'est le plus important organisme de recherche en parapsychologie. La plupart des parapsychologues sont membre de PA. elle permet de féderer l'ensemble des chercheurs travaillant dans le domaine de la parapsychologie et organise chaque année un congrès où sont publiées les recherches scientifiques des parapsychologues. Elle a pour objectif de promouvoir l'approche scientifique et objective des phénomènes psi et ses membres obeissent à une charte de déontologie. a donné une illustration vivante de cette « genesis du doute » (Rogo, 1977) avec des exemples de parapsychologues éminents (note8). La « volonté de croire » des parapsychologues, ainsi qualifiée par les sceptiques, semble plutôt une « volonté d’incrédulité » envers leurs propres expériences et observations. Ce « principe de dissonance rétroactive » (B.Inglis) peut être joliment démontré via, par exemple, les fameuses investigations par la SPRLa Society for Psychical Research (SPR) est une société anglaise fondée en 1882 par des universitaires de l'élite intellectuelle de Cambridge et d'autres facultés de Grande-Bretagne, ayant pour but l'étude rationnelle des phénomènes psi et en particulier des apparitions. La SPR existe encore et a suscité la création d'organismes similaires dans d'autres pays (ex: American Society for Psychical Research aux Etats-Unis - ASPR). d’Eusapio Palladino en 1908 (voir Rogo, 1977).

« L’érosion de la preuve » est un des traits les plus stables dans l’histoire de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.. Presque chaque « cas classique », chaque « expérience concluante », a été soumise à ce « test du temps », le processus de réévaluation, basé sur de nouvelles preuves et de nouvelles interprétations vues d’une perspective différente. Cette reconstruction du matériel probant, souvent accompagnée de nombreuses controverses, peut seulement être abordée ici : elle remplit en vérité des milliers de pages ainsi que l’histoire de la recherche psychique (voir par exemple les Proceedings du SPRLa Society for Psychical Research (SPR) est une société anglaise fondée en 1882 par des universitaires de l'élite intellectuelle de Cambridge et d'autres facultés de Grande-Bretagne, ayant pour but l'étude rationnelle des phénomènes psi et en particulier des apparitions. La SPR existe encore et a suscité la création d'organismes similaires dans d'autres pays (ex: American Society for Psychical Research aux Etats-Unis - ASPR).) l’éclaire abondamment (voir en particulier Inglis, 1977). Les discussions concernant l’authenticité des expériences de William Crooke avec D.D.Home et avec la médiumIndividu qui semble produire des phénomènes psi de façon particulièrement intense ou fiable. Le terme "médium" provient à l'origine de la doctrine du spiritisme, qui affirme que le médium est un intermédiaire avec les esprits des défunts. En parapsychologie, on préfère utiliser le terme de sujet psi (en anglais : Psychic). aux matérialisations Florence Cook, ont duré déjà plus d’une centaine d’années (Medhurst et Goldney, 1964 ; Medhurst, 1972). Trevor H. Hall (1962) essaya par exemple de prouver, dans son livre largement débattu « The Spiritualists », que Crookes était l’amant de Florence et l’a aidée à tricher durant les sessions (voir les discussions entre Stevenson, 1963, 1964 et Hall 1964a). En particulier, les investigations de Hall qui, tel un détective, essaye de déceler « les points faibles » dans les anciennes expériences S.P.R. (voir Campbell et Hall, 1968) donnent constamment un nouvel essor aux controverses historiquement orientées, comme dans le cas du livre de Hall sur un des fondateurs de la S.P.R., Edmund Gurney. Selon Hall (1964b), Gurney dissimula des indices de fraude et se suicida ensuite pour emporter son secret dans sa tombe (pour une critique appréciative détaillée voir Nicol, 1966, et le complément de Hall, 1968). Ainsi les controverses continuent (pour un exemple récent, voir Brandon, 1983). Les études approfondies de cas fameux, comme Tietze (1973) et son étude de Margery, de Rogo (1975) étudiant Palladino ou d’Anita Gregory (1977) étudiant Rudi Schneider, démontrent le patternStructure, régularité ou systématicité apparaissant dans un ensemble de données. typique des controverses scientifiques en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.. A ce modèle se joint la polarisation émotionnelle des antagonistes, les proclamations de compétence, les comités pour évaluer les « preuves concluantes », les offres de « prix », etc.

« L’érosion de la preuve » affecte aussi ces expériences qui, pour longtemps, ont été considérées comme les données les plus solides de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.. L’ironie tragique des fameuses séries Soal-Schackleton de 1941-1943 sur la télépathieLa télépathie désigne un échange d’informations entre deux personnes n’impliquant aucune interaction sensorielle ou énergétique connue. précognitive (Soal et Bateman, 1954) avec son schéma expérimental visant à éliminer toute fraude de l’expérimentateur mais à laquelle Soal lui-même a donné lieu à suspicion (la perte des protocoles originaux admise seulement a posteriori, l’utilisation de tables aléatoires différentes de celles rapportées, l’allégation par Crete Albert qu’elle a vu Soal changeant des images (voir pour cette controverse Scott et al, 1974 ; Scott et Haskell, 1975 ; Markwick, 1978) (note9). Dans la même veine, l’expérience de Pratt-Woodruff constitue une plateforme pour des accusations de fraudes par les critiques depuis des décennies (Pratt, 1976). Ces exemples nous enseignent au moins une chose : L’expérience réussie pouvant convaincre n’importe quel sceptique de l’existence du psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. n’existe pas. C’est une illusion de faire dépendre la reconnaissance scientifique du passage forcé par une expérience « parfaite ». Dans son commentaire du livre de Hansel, Stevenson a écrit cette phrase remarquable « Si nous abandonnons l’idée d’une expérience prouvée-faussée, nous devons aussi abandonner l’idée que nos expériences sont de quelque manière que ce soit probantes ou puissent être considérées comme preuves » (Stevenson, 1967, 263f). Il développe des arguments plutôt en faveur de standards emportant l’adhésion, développés en coopération entre les chercheurs en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. et les critiques intérieurs et extérieurs à ce domaine, pour l’évaluation d’une expérience spécifique (Stevenson et Roll, 1966).

L’apparente impossibilité d’une « expérience décisive » est confirmée par l’observation de Nicol selon laquelle même « les « psychistes » dont l’autorité est incontestée ne sont pas d’accord entre eux pour savoir si certaines des principales expériences donnent des preuves concluantes de paranormalité » (Nicol, 1956,29). Considérant une telle situation la « théorie du fagot » de Coover (Coover, 1927,233) offre certaines perspectives. Bien que chaque pièce de preuve, chaque branche pour ainsi dire, peut être critiquée et en principe réfutée, elles constituent ensemble un fagot solide de preuves. D’autre part, il est également possible de défendre une « chaîne » de modèles (Beloff, 1976,93). La chaîne de preuves pour l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. est aussi solide que ses liens les plus faibles. C’est pourquoi il semble inévitable que les parapsychologues appliquent souvent des critères subjectifs dans l’évaluation de la preuve. Pour Rhine (1974a, 113), par exemple, les découvertes inattendues post hoc d’« empreintes digitales psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. » dans la divination de cartes et dans les expériences de dés, les effets de déclins et les courbes en U, constituent des preuves convaincantes. Sûrement beaucoup d’incompréhension serait évitée si les preuves subjectives pouvaient être gardées – quand cela est possible – strictement séparées des relevés de preuves scientifiques, bien que cela nous interpelle spécialement dans le cas de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.. Les motivations personnelles, l’influence de l’expérimentateur et une attitude positive envers le psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. ne constituent-ils pas une condition essentielle pour l’obtention du psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. ?

Un groupe de critiques considère la réponse à cette question comme la solution ultime au mystère du psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi.. Conformément à cette argumentation, fournie initialement par Moll (1929) et développée ensuite par Gubisch (1961) puis reprise par Prokop et Wimmer (1976), les parapsychologues crédules vivent dans une joyeuse anticipation de l’occulte et couvrent leurs superstitions d’un cloaque pseudo-scientifique. Donc, tout le domaine de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. existerait seulement du fait de la motivation, peut-être anormale, des parapsychologues. Le critique allemand Willem Gubisch réduit ainsi tout le problème de l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. à une « structure psychologique de croyants dans l’occultisme « (Gubisch 1961, 98). Comme un pseudo-clairvoyant, dans sa « démonstration expérimentale de l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. », il a rassemblé, parmi un public général, des informations de valeur concernant la crédulité et la volonté de croire. Mais cet exemple-là peut aussi être utilisé pour démontrer, en respect avec les principes d’analyses de la recherche en perception sociale, comment la motivation de Gubish en tant que détracteur agit sur sa manière de traiter ses données (voir pour exemples Neuhausler, 1964). Malgré l’intensité de son attitude négative, Gubish démontre sa prise de conscience des conséquences possibles du paranormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)} (Bender, 1964). Avec d’autres, le problème ne se réduit plus qu’à un seul, de nature purement psychologique (voir par exemple Wimmer, 1973) Déjà W.F.Prince (1930) avait observé que même quand des personnes formées scientifiquement pénètrent dans le domaine de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. et franchissent « la frontière enchantée », elles paraissent soudainement devenir partiales dans les informations qu’elles recueillent et ignorer les arguments. En bref, elles réagissent d’une manière irrationnelle dans leur opposition, manière qui serait impensable dans leur propre domaine. Des défenses, apparemment solidement enracinées contre l’acceptation du paranormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)}, se terrent derrière les discussions rationnelles. Servadio (1958), interprétant ces défenses, conçoit qu’il s’agit d’une « réaction de réfutation » psychodynamiquement fondée aux phénomènes parapsychologiques. Dans les spéculations d’Eisenbud (1963 ; 1966) la défense contre le psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. fait partie de la nature elle-même, et même les parapsychologues sont mis en garde contre l’acquisition d’un contrôle expérimental de ces pouvoirs par un « sabotage inconscient » dirigé contre leurs propres efforts. LeShan (1966) applique de son côté le modèle de dissonance cognitive de Festinger. La motivation psychologique du rejet des phénomènes paranormaux trouve son origine dans leur observation même, qui est en conflit avec le contexte socio-culturel familier et créé donc une menace de conflit. Une explication est tentée ici au moyen de concepts de la psychologie sociale ou de la psychologie des profondeurs, concluant notamment que ni la quantité ni la qualité scientifique des preuves des phénomènes parapsychologiques ne contribuent à son acceptation sociale. Ceci devient même plus clair encore si on les considère du point de vue de l’histoire et de la sociologie de la science. Ici le statut controversé de la recherche parapsychologique devient un exemple primordial du problème général dans le développement de la science, c’est-à-dire que l’acceptation de nouveaux phénomènes et de nouvelles théories est à peine influencée par l’état objectif de la preuve (Ferrera, 1977). Dès lors, l’étude sociologique de la communauté parapsychologique peut servir à démontrer l’étroite association entre l’organisation sociale d’un groupe novateur et la réaction des sciences établies (Allison, 1973).

Parmi les parapsychologues McConnel (1966) a été le premier à interpréter la situation de controverse de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. en termes du modèle influent de Thomas Kuhn (1962) pour le développement des sciences. Dans ce modèle, les informations parapsychologiques deviennent des « anomalies » qui sont en conflit avec les paradigmes dominant couramment les sciences naturelles et sociales, et en conséquence, provoquent une forme d’opposition. L’image de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. moderne – observations non coordonnées et aléatoires, résultats expérimentaux conflictuels, manque de concepts bien définis, d’hypothèses de travail généralement acceptées et de théories qui les prolongent, la désintégration en écoles concurrentes, l’émotivité des controverses – sont également des traits caractéristiques d’une phase immature d’une science, en défaut de paradigmes et dans l’attente d’un « Einstein de la ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. » (Pratt, 1974) pour guider le champ dans le royaume des sciences acceptées. C’est même en soi un sujet de discussion continue que de savoir dans quelle mesure cette interprétation en termes du modèles kuhnien est peut-être trop optimiste et même trompeuse (Shapin et Coly, 1977). Mais, sans aucun doute, de telles « méta-perspectives » sont de grande valeur pour déterminer la position d’une « protoscience ».

La parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. comme objet d’étude pour une « sociologie relativiste de la science » (Rao, 1977), démontre à quel point l’acceptabilité scientifique dépend du consensus d’un groupe lié à des critères historiques changeants. Ceci empêche par ailleurs la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. de se concentrer sur la question existentielle du « oui » ou « non » de ses phénomènes, du concept de psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi., encore et encore découvert et accepté par un groupe de personnes pour être ensuite rejeté et enterré par d’autres. En bref, le conflit autour de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. devient dans cette perspective la pierre d’achoppement pour des suppositions anthropologiques cachées sur notre vision scientifique du monde et notre méthodologie de recherche. Voilà un autre des défis de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire..

Postscriptum de 1986

Ce rapport, légèrement revu, a été écrit en 1977 et publié d’abord en Allemagne dans les 15 volumes de « Kindler’s Psychologie des 20. Jahrhunderts ». Il était, à l’origine, destiné aux psychologues et autres éducateurs, qui pouvaient admettre être plutôt ignorants de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. et qui probablement n’ont jamais entendu parler du « European Journal of Parapsychology » et d’autres journaux professionnels dans notre domaine. Par manque d’espace, le sujet devait être discuté en pages relativement peu nombreuses et, pour cette raison, des aspects importants du sujet ne pouvaient parfois être qu’effleurés.

Une chose est certaine, même en 1984 : La controverse psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. est toujours avec nous.

Cependant, il semble qu’au cours des dernières années une avance a été faite vers un dialogue plus rationnel et plus correct entre les supporters et les critiques du paranormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)} (parmi les derniers, différents représentants de CSICOP). K.R.Rao, par exemple, a organisé, au cours de la PA Convention en 1981, un symposium intitulé « La ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. et ses critiques ; Implications pour la philosophie et la sociologie de la science » dans lequel nombre de vues critiques récemment publiées sur la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. (Girden, Diaconis, Moss et Butler, Gibson, Kurtz) ont été discutées. De même à la conférence du Jubilé du Centenaire (SPRLa Society for Psychical Research (SPR) est une société anglaise fondée en 1882 par des universitaires de l'élite intellectuelle de Cambridge et d'autres facultés de Grande-Bretagne, ayant pour but l'étude rationnelle des phénomènes psi et en particulier des apparitions. La SPR existe encore et a suscité la création d'organismes similaires dans d'autres pays (ex: American Society for Psychical Research aux Etats-Unis - ASPR). 1882-1982 et PA 1957-1982), s’est tenu un symposium intitulé « The case for skepticism », auquel parmi d’autres C.Scott, S.Blackmore, P.H.Hoebens et R Hyman ont participé. Le « Zetetic Scholar » édité par le sociologue M.Truzzi s’est exprimé, ces dernières années, comme une des meilleures sources d’informations concernant la critique de la recherche en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., avec des contributions en provenance de critiques internes ou externes au domaine parapsychologique. Les plus importants sont les « Major Dialogues » entre des parapsychologues et des sceptiques (voir spécialement Hyman, Beloff, Westrum, Hovelmann). De plus,un certain nombre de livres, exprimant une vue critique de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., ont été récemment publiés, parmi eux la seconde édition du livre de Hansel mais aussi des livres de Alcock, Marks et Yammann, ainsi que celui d’Abell et Singer, qui évoquent plusieurs évaluations approfondies de la communauté parapsychologique.

 »’Notes : »’

1. On peut considérer comme symptômatique de tout cela le comportement de certains membres du Committee for the Scientific Investigation of Claims of the ParanormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)} (CSICOP) fondé en 1976 via l’association des critiques de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. les plus connus comme Hansel, Hyman et Randi. Avant la publication de leur propre journal : « The Sceptical Inquirer », la revue « Humanist » publié par le philosophe Paul Kurtz était le porte-parole du CSICOP. La prétention d’évaluer rationnellement les phénomènes paranormaux et la méthodologie appliquée a rencontré des critiques sévères de la part des parapsychologues, cf. par exemple Rockwell et al (1978) et Kurz et al (1978).

2. Du point de vue de la sociologie des sciences, il vaudrait sûrement la peine de comparer les allocutions présidentielles variées de la S.P.R. afin d’étudier le développement historique de ce qui est considéré comme « le savoir parapsychologique établi », mais aussi comment cette connaissance fut acquise et comment la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., tout en progressant, lance un regard scientifique sur son passé.

3. La controverse est mieux présentée dans le ‘Drei-Manner Buch’ (livre-de-trois-hommes) de Gulat-Wellenburg, v. Klinckowstroem, Rosenbusch (1925), le ‘Sieben-Manner Buch’ (livre-de-sept-hommes) publié par Schrenck-Notzing (1926), et les discussions subséquentes dans les ‘Zeitschrift fur Parapsychologie’ et ‘Zeitschrift fur Kritischen Okkultismus’. Une évaluation des points de vues opposés est présentée par le psychiatre suisse Bleuler (1930).

4. Tornier élargit sa critique dans son livre ‘Rhine – Fall of the parapsychologists’ (« Rhine – le cas des parapsychologues ») qui rencontra les compliments de critiques comme Prokop et Wimmer (1976, 122). La réfutation mathématique décisive fut donné – si on ne considère pas Buchel (1975, 170), par Yrengel et Liese (1978) et surtout par Timm (1979).

5. En ajout à la réédition de son article par French (1975, 373), Price dit : « que je me suis moi-même rendu coupable en acceptant et en essayant de suivre (d’une manière particulièrement radicale) l’étrange système de croyances dont j’accusais de prosélytisme Rhine et Soal, et que par conséquent je crois maintenant en des choses pires que l’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement.. »

6. L’importance fondamentale de la fraude et de l’argumentation trompeuse est discutée par Muller (1980).

7. Voir par exemple les évaluations critiques d’Honorton (1967), Stevenson (1967)
et Medhurst (1968). Spécialement instructives sont les positions de Eysenck, West, Beloff,
Stevenson, et la revue par Slater (1968) et la discussion entre Hansel et Slater
(British Journal of Psychiatry, 114, 1968, 1471-1480; and ibid 115, 1968, 743-745).

8. Comparez aussi l’attitude résignée de W. James dans ses ‘Final Impressions of a Psychical Researcher’, of 1909, réédité in Murphy et Ballou, 1969, 309-325, en particulier la page 310.

9. Pendant que l’analyse fine par Betty Marwick (1978) laisse peu de doute sur le fait que Soal a manipulé les séquences cibles de l’expérience Shackleton. La motivation pour le comportement de Soal reste peu claire. Cependant, on ne peut douter que la parapsychologie expérimentaleEtude des perceptions extra-sensorielles et de la psychokinèse dans le cadre du laboratoire. aie perdu une part importante de ses preuves et de ses adhérents tandis que la thèse « PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. = fraude » marquait un nouveau point.


Références

Alcock, J.E. ‘Parapsychology: science or magic? A psychological perspective’, New York, Pergamon, 1981.

Allison, P.D. ‘Social aspects of scientific innovation: The case of parapsychology’. M.A. thesis University of Wisconsin, 1973.

Angoff, A and Shapin, B. ‘A century of Psychical research: The continuing doubts and affirmations’. New York, Parapsychology Foundation, 1971.

Bauer, E. and von Lucadou, W. ‘Parapsychologische Forschung und wissenschaftliche Methodik’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1980, 22, 51-70.

Beloff, J. ‘Parapsychology as science’. International J. Parapsychology, 1967, 9 (No.2), 91-97. Beloff, J. ‘Belief and doubt’. Research in Parapsychology, 1972, 1, 189-200.

Beloff, J. ‘Psychological sciences: A review of modern psychology’. London, Crosby Lockwood Staples, 1975, 282-320.

Beloff, J., Broughton, R.S. and Millar, B. ‘Letter to the editors’. J.o.P., 1976, 40, 88-91.

Bender, B. ‘ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. und Rechtsordnung’. Neue Jurist. Wschr., 1977, 24, 1089-1091.

Bender, H. ‘Editorial’. Z. Parapsychol. Grensgeb. Psychol., 1959, 3, 81-88.

Bender, H. ‘Formen der Einstellung zur Parapsychologie’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1964, 7, 85-92.

Bender, H. ‘ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., ihre Ergebnisse und Probleme’, Frankfurt/M., Fischer, 1976.

Bleuler, E. ‘Vom Okkultismus und seinen Kritiken’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1930, 5, 654-680.

Brandon, R. ‘The spiritualists. The passion for the occult in the nineteenth and twentieth centuries’, London, Weidenfeld and Nicholson, 1983.

Brown, G.S. ‘Statistical significance in Psychical research’, Nature, 1953, 172, 154-156.

Buchel, W. ‘Zur Kritik an der Parapsychologie’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1976, 18, 161-186.

Campbell, J.L. and Hall, T.H. ‘Strange things’, London, Routledge and Kegan Paul, 1968.

Coover, J.E. ‘Metapsychics and the incredulity of psychologists’, In C. Murchison ‘The case for and against Psychical belief’, Worcester, Clark University, 1927, 229-264 (New edition New York, Arno Press, 1975).

Crumbaugh, J.C. ‘A scientific critique of parapsychology’, Intern. J. Neuropsychiat., 1966, 2, 423-531.

Diaconis, P. ‘Statistical problems in ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. research’, Science, 1978, 201, 131-136.

Dommeyer, F.C. ‘Parapsychology: old delusion or new science’, Intern. J. Neuropsychiat., 1966, 2, 539-555.

Eisenbud, ‘J. ‘PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. and the nature of things’, International J. Parapsychol., 1963, 5, 245- 273.

Eisenbud, J. ‘The problem of resistance to psi’, In Roll, W.G., Proceedings of the Parapsychological AssociationLa Parapsychological Association (PA) est une organisation internationale constituée de scientifiques et d'universitaires qui étudient les phénomènes psi, comme la télépathie, la clairvoyance, la psychokinèse, la guérison psychique ou la précognition. La Parapsychological Association est reconnue comme une association scientifique à part entière, étant membre de l'AAAS depuis 1969. C'est le plus important organisme de recherche en parapsychologie. La plupart des parapsychologues sont membre de PA. elle permet de féderer l'ensemble des chercheurs travaillant dans le domaine de la parapsychologie et organise chaque année un congrès où sont publiées les recherches scientifiques des parapsychologues. Elle a pour objectif de promouvoir l'approche scientifique et objective des phénomènes psi et ses membres obeissent à une charte de déontologie., 1966, 3, 63-79.

Ferrera, L. ‘Beitrage der Wissenschaftstheorie zu umstrittenen Forschungsgebieten’, In I. Brand (ed.) ‘Unerklarliche Himmelserscheinungen aus alterer und neuerer Zeit’, Munchen, Mufon-Ces, 1977, 31-56.

French, P.A. ‘Philosophers in wonderland. Philosophy and Psychical research’, Saint Paul, Llewellyn, 1975.

Girden, E. ‘A review of psychokinesis’, Psychological Bulletin, 1962, 59, 353-388.

Girden, E., Murphy, G., Beloff, J., Eisenbud, J., Flew, A., Rush, J.H., Schmeidler, G. and Thouless, R.H. ‘A discussion of psychokinesis’, Intern. J. Parapsychol., 1964, 6, 26-137.

Gregory, A. ‘Anatomy of a fraud: Harry Price and the medium Rudi Schneider’, Annals of Science, 1977, 34, 499-549.

Gubisch, W. ‘Hellseherp Scharlatane, Demagogen? Kritik an der Parapsychologie’, Munchen, Basel, Reinhard, 1961.

Gulat-Wellenberg, W.v. , Klinckowstroem, C.v. and Rosenbusch, H. ‘Der physikalische Mediumismus’ , In M. Dessoir (ed) ‘Der Okkultismus in Urkunden’, Part I. Berlin, Ullstein, 1925.

Hall, T.H. ‘The spiritualists: The story of Florence Cook and William Crookes’, London, Duckworth, 1962.

Hall, T.H. ‘Reply to Dr. Ian Stevenson’s review of « The Spiritualists », J. A.S.P.R., 1964, 58, 57-65. (a)

Hall, T.H. ‘The strange case of Edmund Tourney’, London, Duckworth,1964. (b)

Hall, T.H. ‘Some comments on Mr. Fraser Nicol’s review’, Intern. J. Parapsychol., 1968, 10, 149-164.

Hansel, C.E.M. ‘ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement.: A scientific evaluation’, New York, Scribner’s , 1966.

Hasted, J.B. ‘Physical aspects of paranormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)} metal bending’, J. S.P.R.p 1977, 49, 583- 607.

Honorton, C. Book review (of Hansel, 1966), i.o.P., 1967, 31, 76-82.

Honorton, C. ‘Error Some Place’, J. Communication, 1975, 25, 103-116. (a) Honorton, C. ‘Ras science developed the competence to confront claims of the paranormal’, Research in Parapsychology, 1975, 3, 199-223. (b)

Hovelman, G.H. ‘Zum Problem der Wiederholbarkeit parapsychologischer Experimente’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1983, 25, 29-54.

Inglis, B. ‘Natural and supernatural. A history of the paranormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)} from earliest times to 1914’, London, Hodder and Stoughton, 1977.

James, W. ‘The final impressions of a Psychical researcher’, In G. Murphy and R.O. Ballou (eds) ‘William James on Psychical Research’, New York, Viking, 1969, 309-325.

Johnson, M.U. ‘Who is a parapsychologists’, E.J.P., 1977, 2, 1-3. Keil, H.H.J. ‘Pavel Stepanek und der Fokussierungs-Effekt’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1977, 19, 1-22.

Krengel, U. and Liese, M. ‘Begrundung und Kritik der Statistischen Auswertung parapsychologischer Experimente’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1978, 20, 185-211.

Kuhn, T.S. ‘The structure of scientific revolutions’, Chicago, Univ. of Chicago Press, 1962.

Kurtz, P., Rockwell, T., Rockwell, W.T. ‘The humanist’s crusade against parapsychology: A discussion’, J. A.S.P.R., 1978, 72, 349-364.

LeShan, L. ‘Parapsychology and the concept of the « repeatable experiment »‘ , Intern. J. Parapsychol., 1966, 8, 133-145. (a)

LeShan, L. ‘Some psychological hypotheses on the non-acceptance of parapsychology as a science’, Intern. J. Parapsychol., 1966, 8, 367-385. (b)

Markwick, B. ‘The Soal-Goldney experiments with Basil Shackleton: New evidence of data manipulation’, Proc. S.P.R., 1978, 56, 250-277.

Maschewsky, W. ‘Das Experiment in der Psychologie’, Frankfurt/M, Campus, 1977. McConnell, R.A. ‘ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. research at three levels of method’, J.o.P., 1966, 30, 195-207.

McConnell, R.A. ‘The motivations of parapsychologists and other scientists’, J. A.S.P.R., 1975, 96, 273-280.

McConnell, R.A. ‘Areas of agreement between the parapsychologist and the skeptic’, J. A.S.P.R., 1976, 70, 303-308.

McConnell, R.A. and Clark, T.K. ‘Training, belief, and mental conflict within the Parapsychological Association’, i.o.P., 1980, 44, 245-268.

Medhurst, R.G. ‘The fraudulent experimenter: Professor Hansel’s case against Psychical research’, J. S.P.R., 1968, 44, 217-232. Medhurst, R.G. ‘Crookes and the spirit world’, New York, Taplinger, 1972.

Medhurst, R.G. and Goldney, K.M. ‘William Crookes and the physical phenomena of mediumship’, Proc. S.P.R., 1964, 54, 25-157.

Meehl, P.E. and Scriven, M. ‘Compatability of science and ESP’, Science, 1956, 123, 14-15. Mischo, J. ‘Die Hypothese des Entlarvungstechnikers’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1964, 7, 126-145.

Mischo, J. ‘Parapsychische Phanomene im quantitativ-statistischen Modell. Teil II: Thesen der Kritiker’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1974, 16, 125-147.

Moll, A. ‘Psychologie und Charakterologie der Okkultisten’, Stuttgart, Enke, 1929.

Mundle, C.W.K. ‘Confusion about ESP » and skepticism about « ESP »‘. In A. Angoff and B. Shapin (eds) ‘A century of Psychical research: The continuing doubts and affirmations’, New York, Parapsychology Foundation, 1971, 17-30.

Murchison, C. ‘The case for and against Psychical belief’, Worcester, Clark University, 1927.

Murphy, G. ‘Report on a paper by Edward Girden on psychokinesis’, Psychological Bulletin, 1962, 59, 520-528. 1

Murphy, G. ‘The problem of repeatability in Psychical research’, J. A.S.P.R., 1971, 65, 3-16. Neuhausler, A. ‘Die Patentlosung’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1964, 7, 93-125.

Nicol, J.F. ‘Some difficulties in the way of scientific recognition of ESP’. In G.E.W. Wolstenholme and E.C.P. Millar (eds) ‘Extrasensory Perception: A Ciba foundation symposium’, London, Churchill, 1956, 24-37.

Nicol, J.F. ‘The silences of Mr. Trevor Hall’, Intern. J.o.P., 1966, 8, 5-59.

Nilsson, 1. ‘The paradigm of the Rhinean school’ , E.J.P., 1, 1, 45-60.

Nilsson, I. ‘The paradigm of the Rhinean school. Part II., E.J.P., 1, 2, 45-57.

Palmer, J. ‘In defense of parapsychology: A reply to James E. Alcock’, Zetetic Scholar, 1983, 11, 39-70. Pope, D. and

Pratt, J.G. ‘The ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. controversy’, J.o.P., 1942, 6, 175-189.

Pratt, J.G. ‘The Girden-Murphy papers on PK’, J.o.P., 1963, 27, 199-209.

Pratt, J.G. ‘Some notes for the future Einstein of parapsychology’, J. A.S.P.R., 1974, 68, 133-155.

Pratt, J.G. ‘New evidence supporting the ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. interpretation of the Pratt-Woodruff experiment’, i.o.P., 1976, 40, 217-227.

Pratt, J.G., Rhine, J.B., Smith, B.M., Stuart, C.E. and Greenwood, J.A. ‘Extra-sensory perception after sixty years’, Boston, Bruce Humphries, 1940.

Price, G.R. ‘Science and the supernatural’, Science, 1955, 122, 359-367.

Price, G.R. ‘Apology to Rhine and Soal’, (Letter), Science, 1972, 175, 359.

Prince, W.F. ‘The enchanted boundary. Being a survey of negative reactions to claims of psychic phenomena, 1820-1930’, Boston, Boston Society for Psychical Research, 1930. (new edition: New York, Arno Press, 1975).

Prokop, 0. and Wimmer, W. ‘Der moderne Okkultismus. ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. und Paramedizin’, Stuttgart, Fischer, 1976.

Ransom, C. ‘Recent criticisms of parapsychology’, J. A.S.P.R., 1971, 65, 289-307.

Rao, K.R. ‘Some frustrations and challenges in parapsychology’, J.o.P., 1977, 41, 119- 135.

Rhine, J.B. ‘Comments on « Science and the supernatural »‘, Science, 1956, 123, 11-14.

Rhine, J.B. ‘Comments: Is parapsychology losing its way?’, J.o.P., 1972, 36, 170-176. Rhine, J.B. ‘Security versus deception in parapsychology’, J.o.P., 1974, 38, 99-121. (a)

Rhine, i.B. ‘Telepathy and other untestable hypotheses’, J.O.P., 1974, 38, 137-153. (b)

Rhine, J.B. ‘A new case of experimenter unreliability’, J.O.P., 1974, 38, 215-225. (c)

Rhine, J.B. ‘Publication policy regarding nonsignificant results’, J.o.P., 1975, 39, 135- 142.

Rockwell, T., Rockwell, R. and Rockwell, W.T. ‘Irrational rationalists: a critique of « The Humanist’s » crusade against parapsychology’, J. A.S.P.R., 1978, 72, 23-34.

Rogo, S.D. ‘Eusapia Paladino and the structure of scientific controversy’, Parapsychology Review, 1975, 6 (No.2), 23-27.

Rogo, S.D. ‘Parapsychology and the genesis of doubt’, Parapsychology Review, 1977, 9 (No.6), 20-22.

Schmeidler, G. « Parapsychologists’ opinions about parapsychology’, 1971, J.o.P, 1971, 35, 208-218.

Schrenck-Notzing, A.v. ‘Die physikalischen Phanomene der grossen Medien. Eine Abwehr’, Stuttgart, Union, 1926.

Scott, C., Haskell, P., Goldney, K.M., Mundle, C.W.K., Thouless, R.H., Beloff, J., Pratt, J.G., Barrington, M.R.,

Stevenson, 1. and Smythies, J.R. ‘The Soal-Goldney experiments with Basil Shackleton: a discussion’, Proceedings S.P.R., 1974, 56, 41-131.

Scott, C. and Haskell, P. ‘Fraud in the Shackleton experiments: a reply to critics’, J. A.S.P.R., 1975, 48, 220-226.

Servadio, E. ‘ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. und « Unglaubigkeitsreaktion »‘, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1958, 2, 1-9.

Shapin, B. and Coly, L. ‘Education in parapsychology’, New York, Parapsychology Foundation, 1976.

Shapin, B. and Coly, L. ‘The philosophy of parapsychology’, New York, Parapsychology Foundation, 1977.

Sidgwick, H. ‘First presidential address’, Proceedings S.P.R., 1882, 1, 7-12. (a)

Sidgwick, H. ‘Address to the S.P.R., second meeting’, Proceedings S.P.R., 1882, 1, 65- 69. (b)

Slater, E. ‘Book review (of Hansel, 1966)’, British J. of Psychiatry, 1968, 114, 653-658.

Soal, S.G. ‘on « Science and the supernatural »‘, Science, 1956, 123, 9-11.

Soal, S.G. and Bateman, F. ‘Modern experiments in telepathy’, London, Faber and Faber, 1954.

Staub, W. ‘Beschreibungs- und Beobachtungssprache in der ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. – eine methodologische Ktitik’, Master thesis, University of Freiburg, 1978.

Stevenson, I. ‘Reflections on Mr.Trevor Hall’s « The Spiritualists »‘, J. A.S.P.R., 1963, 57, 215-226.

Stevenson, I. ‘Rejoinder to Mr.Trevor Hall’s reply’, J. A.S.P.R., 1964, 128-133.

Stevenson, I. ‘An antagonist’s view of parapsychology: a review of Professor Hansel’s « ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement.: A Scientific Evaluation », J. A.S.P.R., 1967, 61, 254-267.

Stevenson, I. and Roll, W.G. ‘Criticism of parapsychology: an informal statement of some guiding principles’, J. A.S.P.R., 1966, 60, 347-356.

Thouless, R.H. ‘Summary of dialogue’ (in News and Comments), i.o.P., 1973, 37, 69- 70.

Tietze, T.R. ‘Margery’, New York, Harper and Row 1973.

Timm, U. ‘Tornier und die Parapsychologie’, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1979, 21, 99-120.

Tornier, E. ‘Die Arbeitshypothese « Antizufallswahrscheinlichkeit »‘, Z. Parapsychol. Grenzgeb. Psychol., 1959, 3, 90- 119.

Tornier, E. ‘Der « Rhine-Fall » der Parapsychologen’, privately printed by the author, 1974.

Ullman, M., Krippner, S. and Vaughan, A. ‘Dream Telepathy’, London, Thurstone, 1973.

West, D.J. ‘Reasons for the continuing doubt about the existence of psychic phenomena’. In A. Angoff and B. Shapin (eds) A century of Psychical research: The continuing doubts and affirmations’, New York, Parapsychology Foundation, 1971, 155-159.

Wimmer, W. ‘Eine andere Wirklichkeit? Von Unfug der Parapsychologie’, Deutsches Arzteblatt, 1973, 71, 732-739.

Wimmer, W. ‘Parapsychologen als Sachverstandige?’, Neue Jurist. Wschr., 1976, 1131-1133.


[Article original :
European Journal of Parapsychology, 1984, 5, 141-166
Criticism and Controversy in Parapsychology – An Overview
Eberhard Bauer
Department of Psychology, University of Freiburg->http://www.psy.gu.se/EJP/EJP1984Bauer.pdf]

L’IMI remercie Eberhard Bauer pour son autorisation à la publication de cette traduction.

Traduction de Marcelle Gerday.