Home
Lauréat 2012 de la Bourse Etudiants de l’IMI

Lauréat 2012 de la Bourse Etudiants de l’IMI

La Direction de l’IMI, réunie le 23 septembre, a décerné pour la deuxième fois la Bourse étudiants de l’IMI à Kenny Cadinu pour son travail son travail intitulé : « Tentative d’analyse critique de la parapsychologie : approche historique et psychanalytique des phénomènes psi ». Le lauréat remporte la somme de 1000 € pour l’inciter à poursuivre et à faire connaître son travail.

La date limite de candidature pour la prochaine Bourse étudiants de l’IMI sera le 15 septembre 2013. Elle sera décernée à un étudiant inscrit dans une université, quelque soit sa discipline, pour un projet d’étude scientifique en lien avec la parapsychologie, réalisé ou non dans un cadre universitaire.

Lauréat 2012

Kenny Cadinu est étudiant en psychologie. Il a présenté ce mémoire en 2012 en vue de l’obtention du grade de Master en Sciences psychologiques, à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation.

Tentative d’analyse critique de la parapsychologie : approche historique et psychanalytique des phénomènes psi

Résumé : Il n’est pas rare, dans nos sociétés, de constater certains malaises par rapport à
des termes dont la véritable essence peut être mal connue du grand public. J’entends par
« parapsychologie » l’étude dite scientifique des phénomènes dits paranormaux, appelés
dans le jargon des parapsychologues “phénomènes psi”.
Loin des préjugés, de nombreux chercheurs universitaires, docteurs en
psychologie pour la plupart, étudient avec tout le sérieux présumé du scientifique ces
phénomènes en question. Dans cet ordre d’idée, je me suis rendu en personne à
l’Université d’Edimbourg qui dispose d’une unité de parapsychologie au sein de son
département de psychologie. Dans le but de me rendre compte du sérieux supposé de
cette discipline, j’y ai rencontré le docteur Caroline Watt, psychologue et chercheur en
parapsychologie.
Voici la première motivation qui m’a poussé à rédiger ces lignes : tenter de
démystifier cette discipline en l’éloignant, comme il se doit, des préjugés courants de
notre époque (de notre culture ?). Le premier axe de mon mémoire m’a ainsi permis,
par son historique et ses aspects théoriques, de faire rentrer la parapsychologie dans le
cadre qui lui appartient, c’est-à-dire celui d’une discipline utilisant des procédés
scientifiques reconnus par les milieux académiques contemporains.
La deuxième motivation qui est mienne se retrouve dans mes racines
psychanalytiques. Il y a depuis longtemps déjà qu’une intuition me pousse à penser que
si certains phénomènes paranormaux comme la télépathie sont réels, ils devraient
trouver leur assise dans ce que l’on appelle l’inconscient. C’est ainsi que mes recherches
m’ont amené vers des textes de Freud traitant de paranormal, à lire Jung, et à tenter de mettre en lien certains concepts psychanalytiques et le psi. Ces thèmes, et d’autres
encore, constitueront l’épine dorsale théorique de mon deuxième axe de recherche qui
consiste en une approche psychanalytique des phénomènes psi.
Mon troisième et dernier axe de recherche, dans la continuité du
deuxième, propose une analyse de trois séances de voyance en temps réel, ce qui me
permet d’observer la relation transférentielle entre un voyant et son consultant pour
tenter de mettre en lien certaines de ces observations avec des concepts théoriques
venant du courant psychanalytique.
Mots-clefs : Psychanalyse – Histoire de la parapsychologie – Analyse qualitative de séances de voyance – Relation transférentielle