Home
Une histoire de la métapsychique

Une histoire de la métapsychique

Sofie_Lachapelle_-_Couverture_Investigating_Supernatural.jpgSofie Lachapelle, professeure associée d’histoire à l’Université de Guelph, vient de publier un livre issu en grande partie de sa thèse (2002). Cette histoire de la métapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. consacre un grand passage au début de l’IMI, dont cette chercheuse a consulté les archives.

Lachapelle, S. (2011). Investigating the Supernatural: From Spiritism and Occultism to Psychical Research and Metapsychics in France, 1853-1931. The Johns Hopkins University Press. ISBN-13: 978-1421400136

 > Commander l’ouvrage ici.

Présentation de l’éditeur :
Séances were wildly popular in France between 1850 and 1930, when members of the general public and scholars alike turned to the wondrous as a means of understanding and explaining the world. Sofie Lachapelle explores how five distinct groups attempted to use and legitimize séances: spiritists, who tried to create a new « science » concerned with the spiritual realm and the afterlife; occultists, who hoped to connect ancient revelations with contemporary science; physicians, psychiatrists, and psychologists, who developed a pathology of supernatural experiences; psychical researchers, who drew on the unexplained experiences of the public to create a new field of research; and metapsychists, who attempted to develop a new science of yet-to-be understood natural forces.

Lachapelle examines the practices, aims, and level of success of these five disciplines, paying special attention to how they interacted with each other and with the world of mainstream science. Their practitioners regarded mystical phenomena worthy of serious study; most devotees—with notable exceptions of physicians, psychiatrists, and psychologists—also meant to challenge conventional science in general and French science in particular. Through these stories, Lachapelle illuminates the lively relationship between science and the supernatural in late nineteenth- and early twentieth-century France and relates why this relationship ultimately led to the marginalization of psychical research and metapsychics.

An enlightening and entertaining narrative that includes colourful people like « Allan Kardec »—a pseudonymous former mathematics teacher from Lyon who wrote successful works on the science of the séance and what happened after death—Investigating the Supernatural reveals the rich and vibrant diversity of unorthodox beliefs and practices that existed at the borders of the French scientific culture in the late nineteenth and early twentieth centuries.