Home
Qu’est ce que la parapsychologie ?

Qu’est ce que la parapsychologie ?

La Parapsychology Foundation propose un Blog d’introduction à la parapsychologie qui donne également accès à un certain nombre de références accessibles en ligne. Voici la traduction du premier billet de ce blog rédigé par le parapsychologue Carlos S. Alvarado, intitulé « Qu’est ce que la parapsychologie ». La traduction des billets suivants sera progressivement mis en ligne sur le site de l’IMI.


Bien que de multiples définitions de la parapsychologie aient pu être proposées de par le passé, ceux qui s’intéressent à ce fascinant champ de recherche savent déjà probablement que la parapsychologie est l’étude scientifique de ce qu’il était convenu d’appeler historiquement les phénomènes psychiques (cliquez ici pour quelques lectures introductives).

Ce champ de recherche est caractérisé par l’utilisation de méthodes scientifiques en vu de comprendre ces phénomènes. En effet, alors que les mouvements occultes et le « New Age » s’intéressent aux dimensions subjectives et personnelles de l’expérience, ainsi qu’à différentes formes de « révélations », les parapsychologues concentrent leurs efforts sur la collecte de données expérimentales obtenues en laboratoire et d’études de cas rigoureuses (cliquez ici pour une bibliographie sur le sujet, et cliquez ici pour lire notre essai intitulé « Manuel concis pour travailler en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. »).

Les parapsychologues étudient différents types de phénomènes (cliquez ici pour consulter une liste d’entre eux), incluant les perceptions extra-sensoriellesConnaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. On distingue la télépathie, la clairvoyance et la précognition. (PES) et la psychokinèseCapacité à influencer mentalement un objet, un processus ou un système sans l’utilisation de mécanismes ou d’énergies connues. On distingue la bio-psychokinèse , la micro-psychokinèse et la macro-psychokinèse . (PK). Les perceptions extra-sensoriellesConnaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. On distingue la télépathie, la clairvoyance et la précognition. désignent toute information obtenue par une sujet sans l’usage apparent des sens et des moyens de communications connus. Cela inclut le transfert d’information concernant des pensées ou des états émotionnels (télépathieLa télépathie désigne un échange d’informations entre deux personnes n’impliquant aucune interaction sensorielle ou énergétique connue.), la connaissance d’objet ou d’évènements situés à distance (clairvoyanceConnaissance d’objets ou d’événements à distance sans l’intermédiaire des sens.), et d’évènements qui ne sont pas encore produits (précognitionLa précognition est la connaissance d’un événement futur qui ne pourrait être ni prédit ni inféré par des moyens normaux.). La psychokinèseCapacité à influencer mentalement un objet, un processus ou un système sans l’utilisation de mécanismes ou d’énergies connues. On distingue la bio-psychokinèse , la micro-psychokinèse et la macro-psychokinèse ., quant à elle, désigne l’action sur l’environnement de ce qui est couramment appelé l’action de l’« esprit sur la matière ». Au delà des phénomènes de déplacements d’objets, la psychokinèseCapacité à influencer mentalement un objet, un processus ou un système sans l’utilisation de mécanismes ou d’énergies connues. On distingue la bio-psychokinèse , la micro-psychokinèse et la macro-psychokinèse . implique également des effets impliquant du matériel électronique, informatique, photographique et biologique (par exemple, la guérison psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. et des effets mesurables sur la croissance des plantes).

Il existe, en outre, d’autres phénomènes qui peuvent apparaître comme liés aux PES et à la PK, mais pouvant impliquer des caractéristiques spécifiques, notamment :

 les apparitions,

 les auras,

 la médiumnité,

 les « maisons hantées »,

 la guérison psychiqueGuérison effectuée par des moyens mentaux.,

 les expérience de mort imminente (EMI),

 les « sorties hors du corps »,

 les poltergeistEnsemble de phénomènes semblant inexplicables, survenant spontanément au sein d'un groupe restreint, et comportant des déplacements inattendus d'objets, des bruits sans cause apparente, des lueurs, des perturbations électriques, etc. Généralement de courte durée, concernant un groupe social restreint, le poltergeist semble souvent se centrer autour d'un adolescent. Contrairement aux hantises, les apparitions y sont rares.

 et la réincarnation.

La littérature existante sur ces sujets est particulièrement vaste, comme le montre quelques exemples proposés dans ces bibliographies de la Parapsychology Foundation.

Il existe de nombreux phénomènes inexpliqués qui ont été observé tout au long de l’histoire (par exemple, voir le livre de J. Mishlove, « The Roots of Consciousness ») . Le monde est rempli d’anomalies. Mais les parapsychologues n’étudient pas tout ce qui est paraît inexpliqué, bizarre, ou étrange. Comme l’explique Dean RadinDean Radin a mené des recherches dans le domaine de la parapsychologie expérimentale en milieu universitaire et dans l’industrie. Il a travaillé à l’Université de Princeton, à l’Université d’Edimbourg, à l’Université du Nevada et au Stanford Research International (SRI). Il a également été président de la Parapsychological Association. Il est l’auteur de "La consience invisible", un livre qui dresse un paranorama global des recherches scientifiques dans le domaine de la parapsychologie. Il est aussi auteur et co-auteur de plus de 175 articles de journaux et rapports techniques en lien avec la parapsychologie. :

« En dépit du discours des médias, la parapsychologie n’est pas l’étude de tout ce qui semble bizarre ou étrange, pas plus qu’elle n’est concernée par les OVNI, l’astrologie, la cryptozoologie, le paganisme, les vampires, l’alchimie ou la sorcellerie. (Cliquez ici pour avoir quelques informations sur les OVNIS et les phénomènes religieux).

Beaucoup de scientifiques se sont méfiés de la parapsychologie parce que ce terme était associé à une énorme variété de phénomènes mystérieux, de sujets frontaliers et de pseudosciences. La parapsychologie est aussi souvent liée, à tort encore une fois, aux médiums du milieu du spectacle, aux magiciens et aux « investigateurs du paranormal » auto-proclamés. Enfin, des « praticiens psychiques » s’auto-intitulent parapsychologues, ce que nous ne faisons pas. » (Pour une discussion additionnelle, vous pouvez lire l’article de Mario Varvoglis : « What is psi, What isn’t »)

Nous pourrions ajouter que la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. n’étudie pas non plus nécessairement les phénomènes psychologiques controversés comme les rêves, l’hypnose, l’hallucination ou les personnalités multiples (définies à présent comme troubles dissociatifs de l’identité). Bien que ces phénomènes puissent impliquer les ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. et d’autres expériences psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi., elles sont généralement laissées à l’attention des psychologues et des psychiatres.

Peut-être que la meilleure façon de limiter les sujets abordés dans ce champ de recherche est de porter l’accent sur les phénomènes qui suggèrent des interactions peu ou mal connues avec notre environnement. De tels phénomènes, tel que les ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. ou la PK, peuvent être considérés comme de bons exemples d’interactions en terme d’acquisition d’information et d’action sur le monde physique. D’autres phénomènes, comme les apparitions, les guérisons, la médiumnité, les poltergeistEnsemble de phénomènes semblant inexplicables, survenant spontanément au sein d'un groupe restreint, et comportant des déplacements inattendus d'objets, des bruits sans cause apparente, des lueurs, des perturbations électriques, etc. Généralement de courte durée, concernant un groupe social restreint, le poltergeist semble souvent se centrer autour d'un adolescent. Contrairement aux hantises, les apparitions y sont rares., et les EMI peuvent aussi être considérés dans cette perspective, et cela même si nous ne comprenons pas les processus spécifiques à l’origine de ces manifestations.

Nous devons être prudent à ce niveau là afin d’éviter que les définitions de ce champ de recherche, fondées sur des conceptions théoriques qui présupposent, par exemple, la nature non physique de l’esprit ou de certaines formes de communications, l’action de processus physiques particuliers et d’agents désincarnés (pour une définition voir ici). Ces conceptions théoriques sont des constructions hypothétiques qui méritent d’être explorés empiriquement, mais ne doivent pas définir ce champ de recherche aussi longtemps qu’un consensus n’aura pas été atteint.

Bien entendu, ces questions sont controversées et vous trouverez certains parapsychologues qui contesteraient ma tentative de définition de ce domaine sans aucun recours théorique spécifique.

La situation dans le domaine de la psychologie, par exemple, est similaire. Selon les orientations théoriques des psychologues, vous trouverez, suivant les ouvrages, des définitions de la psychologie fondée sur des critères sociaux, cognitifs, physiologiques et comportementalistes. Une telle richesse – ou confusion, selon les points de vue – caractérise les problèmes complexes impliqués par l’étude des êtres humaines, dont relève notamment la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire..


A suivre : Blog #2, Le métier de parapsychologueCe terme revêt de nos jours un double sens. Utilisé pour désigner les chercheurs de formation scientifique et universitaire qui étudient les phénomènes paranormaux dans le cadre de la parapsychologie scientifique, il renvoie aussi aux praticiens de l'occulte et du paranormal (voyants, médiums, magnétiseurs, etc.). On pourrait souhaiter que la première acception évoquée l'emporte dans le vocabulaire courant pour ainsi éviter toute confusion. L'ambiguïté du terme est volontiers entretenue par les critiques et détracteurs de la parapsychologie scientifique. Ceux-ci tentent ainsi, par un pernicieux effet d'amalgame maintenant une certaine confusion sémantique, de reléguer des recherches se voulant rationnelles sur ces questions en dehors du champ de la science. Des praticiens du paranormal peuvent avoir tendance, eux aussi, à entretenir cette ambiguïté. En se prétendant parapsychologues, ils espèrent sans doute, par la référence scientifique qu'ils s'attribuent, renforcer auprès de leurs clients l'image de professions en manque de reconnaissance sociale. De plus, le peu d'approfondissement que des enquêtes médiatiques trop souvent en mal de sensationnel consacrent à ce type de questions contribue à laisser perdurer la confusion, là où il faudrait au contraire faire preuve de discernement et de prudence. Que pouvons-nous dire des parapsychologues relevant du premier sens envisagé et que nous voudrions privilégier ici? D'origines universitaires variées, les chercheurs amenés à réfléchir aux questions parapsychologiques se recrutent aussi bien parmi des spécialistes des sciences dites humaines (psychologues, ethnologues, sociologues, etc.) que parmi des spécialistes des sciences dites exactes (mathématiciens, physiciens, biologistes, etc.). Des philosophes, des médecins et des ingénieurs se retrouvent également impliqués dans ce domaine de recherche. Seuls quelques laboratoires dans le monde emploient des chercheurs en parapsychologie à temps plein. Compte tenu du peu de place que l'institution scientifique accorde encore à la parapsychologie, la plupart des chercheurs n'y consacrent qu'une partie de leur temps, exerçant par ailleurs des fonctions en lien avec leur formation d'origine. Les premiers grands noms de la parapsychologie furent les pionniers de recherches qualifiées alors de psychiques , ou bien encore de métapsychiques. Parmi les plus connus, on pourrait citer le philosophe américain William James (1842-1910), tenant du pragmatisme, le physicien anglais William Crookes (1829-1919), rendu par ailleurs célèbre par la découverte du thallium, et le Français Charles Richet (1850-1935), prix Nobel de médecine en 1913. Deux psychologues américains ont ensuite particulièrement marqué l'histoire de la parapsychologie durant la seconde moitié du XXème siècle. Joseph Banks Rhine (1925-1980) est considéré comme le père de la parapsychologie quantitative car il a systématisé le traitement statistique des phénomènes paranormaux observés en laboratoire. Plus près de nous, Charles Honorton, en introduisant la technique du ganzfeld et en appliquant les techniques de méta-analyses aux données parapsychologiques, a permis de faire avancer le débat entre partisans et opposants de la parapsychologie. En France, c'est essentiellement autour de l'Institut métapsychique international, fondé en 1919, que se sont regroupés les principaux intellectuels interessés par ces questions. On citera, pour mémoire, les docteurs Gustave Geley (1865-1924) et Eugène Osty (1874-1938) ou bien encore les ingénieurs René Warcollier (1881-1962) et Henri Marcotte (1920-1987). Le spécialiste d'éthologie animale Rémy Chauvin, membre de l'Académie des sciences, est certainement, à l'heure actuelle, le scientifique le plus connu du grand public qui ait ouvertement déclaré son intérêt pour la parapsychologie, par le biais notamment d'expériences réalisées avec des animaux. Ce sont en fait de très nombreux chercheurs (qu'il faudrait certainement compter en milliers), issus de mondes scientifiques et intellectuels très divers, qui se sont passionnés pour la parapsychologie depuis plus d'un siècle, aussi bien en Europe qu'aux États-Unis, comme dans l'ex-URSS ou d'autres pays du monde. Dans son ouvrage "Somnambulisme et médiumnité" et plus particulièrement dans le tome II intitulé "Le Choc des sciences psychiques", le philosophe et sociologue Bertrand Meheust, reprenant l'histoire des débuts de la métapsychique, tente de comprendre les origines de l'incroyable entreprise d'occultation qui a pesé et qui pèse encore sur les travaux de plusieurs générations de parapsychologues. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)}