Home
Biographie de Nancy Zingrone

Biographie de Nancy Zingrone

Nancy_Zingrone.jpgJ’ai l’habitude de dire au gens que je me suis intéressée à ce domaine dans mes années d’adolescence, à cause des expériences vécues par mes amies les plus proches et grâce à la collection d’étonnante qualité de livres de parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. scientifique dans la bibliothèque de ma ville natale. Certainement, entre nous, il y avait eu quelques rêves précognitifs, quelques visions d’apparitions, quelques expériences à demi sauvages avec une planche oui-ja, et quelques récits familiaux sur des évènements bizarres. Mais maintenant que j’y repense, il y avait également d’autres influences : la vieille télévision noir et blanc projetait depuis 1950 et début 1960 One Step Beyond – qui semblait toujours faire référence aux travaux de J.B. Rhine ; ce qui semblait être des expériences psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. dans des livres tels Jane Eyre et Wuthering Heights ; et naturellement les mensuels de fiction à sensation comme Astounding Stories. Ainsi, je savais qui était J.B.Rhine quand je me suis aventurée dans la Bibliothèque Publique de Woodstock, au milieu des années 1960, cherchant des livres sur la « vraie » parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.. Heureusement, les étagères incluaient quantité de livres sur le côté scientifique du secteur depuis le Traité de parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. du français René Sudre, jusqu’à presque tout ce qui était disponible sur Rhine et Gaither Pratt, y compris Extrasensory Perception after Sixty Years.

Mais les phénomènes psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. ne constituaient pas mon intérêt primordial ; aussi loin que je me souvienne, j’avais projeté de devenir écrivain. Quand j’ai quitté le collège, mon ambition était d’obtenir un master en Anglais puis un master en journalisme et écrire pour des magazines ou journaux, ou pour les deux. Mais les années 1969 et 1970 ont été des années difficiles et la vie réelle est devenue prioritaire. Lors de ma seconde année, quelque peu retardée, j’étais au collège n°3 (Mundelein College in Chicago), m’engageant pour un cours préliminaire en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., proposé par un jeune instructeur qui n’avait pas encore tout à fait terminé son propre doctorat. Enseigné durant le bref semestre estival, le cours de John Bisaha a été déterminant : j’ai redécouvert mon intérêt dans le domaine et je me suis tournée vers la psychologie.

L’employée du laboratoire PEARLe laboratoire Princeton Engineering Anomalies Research (PEAR) a été établi en 1979 par Pr. Robert G. Jahn, alors doyen de la faculté d'ingénierie et de sciences appliquées de l'université de Princeton afin d'étudier les interactions entre la psyché et les systèmes physiques, et plus particulièrement les systèmes aléatoires. Le PEAR dépend du département MEAS (Mechanics and Aerospace) de la SEAS (School of Engineering and Applied Science) de l'université de Princeton. Le PEAR est composé d'une équipe pluridisciplinaire (ingénieurs, physiciens, psychologues) mettant en place des expériences et tentant de fournir des modèles théoriques afin de mieux comprendre le rôle de la conscience dans la réalité physique. Le Program Director est Robert G. Jahn, et la Laboratory Manager Brenda J. Dunne., Brenda Dunne, était une de mes collègues en licence, et elle et John poursuivaient quelques recherches intéressantes ensemble lorsque j’ai obtenu ma licence en 1974. J’ambitionnais d’obtenir un master spécialisé en éducation en 1976 après une période de travail dans une entreprise familiale (la première de nombreuses autres dans ma famille), j’ai obtenu le diplôme en 1977 alors que le marché de l’enseignement s’effondrait, et me suis retrouvée de retour à Mundelein, travaillant dans le Bureau des inscriptions. La chose la plus intéressante cette année a été d’être déléguée auprès du très créatif Directeur du Développement pour aider l’équipe durant un mois à propos d’un hommage à la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., construit autour de l’exposition PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. Search du Smithsonian, dans la bibliothèque de Mundelein. A la suite de cette expérience, quelques-uns d’entre nous ont fondé l’Institut de Recherche PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. du Midwest, j’ai soumis mes premiers articles à un congrès de la Paraspsychological Assocation (rejetés à juste titre, chose qui ne s’est pas reproduite depuis, grâce à Dieu). Ensuite, Brenda a rejoint Princeton, pour diriger le laboratoire PEARLe laboratoire Princeton Engineering Anomalies Research (PEAR) a été établi en 1979 par Pr. Robert G. Jahn, alors doyen de la faculté d'ingénierie et de sciences appliquées de l'université de Princeton afin d'étudier les interactions entre la psyché et les systèmes physiques, et plus particulièrement les systèmes aléatoires. Le PEAR dépend du département MEAS (Mechanics and Aerospace) de la SEAS (School of Engineering and Applied Science) de l'université de Princeton. Le PEAR est composé d'une équipe pluridisciplinaire (ingénieurs, physiciens, psychologues) mettant en place des expériences et tentant de fournir des modèles théoriques afin de mieux comprendre le rôle de la conscience dans la réalité physique. Le Program Director est Robert G. Jahn, et la Laboratory Manager Brenda J. Dunne., John a quitté le secteur en même temps et je me suis jetée dans l’enseignement de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. en tant qu’emploi de complément – à l’Université du Nord Est d’Illinois dans une formation diplômante, et pour l’éducation des adultes à Mundelein, à l’Université Loop et au Musée National d’Histoire. Mon emploi régulier durant cette période a été constitué de divers travaux de bureau à l’université de Chicago après une autre période de travail dans l’affaire familiale. Fin 1982, après maintes contingences matérielles, je me suis retrouvée à l’Institut de ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. (maintenant le Centre de Recherche Rhine), alternant entre la peinture de mon nouveau bureau exigu et une réflexion sur l’action à mener à propos de l’indépendance intellectuelle que l’Institut représentait. Cela fut un point – charnière dans ma vie.

Par la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., j’ai rencontré la plupart des gens qui sont devenus des amis pour ma vie entière et de proches collègues, et parmi eux, mon époux, Carlos S. Alvarado. J’ai dirigé des expériences, j’ai commencé à connaître un peu mieux le terrain de ce domaine, et alors, assez rapidement, j’ai été confrontée avec les réalités fiscales. Mon emploi initial chez Rhine de trois ans en tant qu’assistant de recherche m’offrait un salaire minime mais me donnait des opportunités exceptionnelles de recherche et d’enseignement. Alors que mon poste d’assistante prenait fin, j’ai refusé des emplois à temps plein avec Ian Stevenson à l’Université de Virginie, où Carlos finissait alors un assistanat de recherche de 4 années, et avec Chuck Honorton au Psychophysical Research Laboratory de l’époque. Carlos et moi avions un projet : faire un doctorat en histoire des sciences ensemble à l’Université Duke, obtenir des emplois d’historiens et faire des recherches sur l’histoire de la psychologie, de la recherche psychique et de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire..

Pendant et après notre séjour à Duke, Carlos et moi nous sommes tirés d’affaire en faisant des « petits boulots », ceux que des diplômés sans emploi et des étudiants ont l’habitude d’accepter, par exemple la vente d’articles à des magazines semi-populaires comme la Parapsychology Review de la Fondation de ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., travailler à la bibliothèque de l’Université (pour lui) ; scans et dactylographies, relectures et corrections, facturations, collectes de données, PAO et indexation pour deux éditeurs locaux, ainsi que fournir une aide au secrétariat d’une unité de recherche de Duke, spécialisée en histoire de l’urbanisme (pour moi) ; monter des dossiers de demandes de subventions et faire des travaux bibliothécaires désagréables pour un spécialiste de l’histoire militaire (ce que nous avons fait tous les deux). Tous ces « petits boulots » étaient destinés à nous maintenir à l’école et à nous permettre la liberté de rester en connexion avec l’Institut et le secteur de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire..

Le bénéfice supplémentaire de cette phase de « jobs bizarres » était que chaque expérience unique contribuait à apporter quelque chose d’utile à notre carrière, qu’il s’agisse de l’acquisition de compétences dans l’édition, de la façon de coordonner les cours et séminaires, de la manière de fouiller dans des bibliothèques classiques et virtuelles, ou encore d’examiner les méthodologies d’une variété de perspectives disciplinaires. Que les factures soient payées était un plus.

Quelque temps après avoir obtenu ma candidature en doctorat, je me suis retirée de Duke (Carlos avait déjà terminé sa maîtrise et s’était retiré). Nous avons quitté Durham, déposant nos meubles en garde-meubles, et nous installant à Edimbourg pour faire nos PhD en Psychologie avec le Professeur Robert MorrisRobert Morris a occupé la chaire de parapsychologie Koestler de l’Université d’Edimbourg, dès sa création en 1985. Il a fortement aidé au développement de la parapsychologie scientifique dans les universités britanniques. Après une thèse de psychologie, Robert Morris a été formé à la parapsychologie à la Foundation for the Nature of Man à Durham, en Caroline. Il a ensuite effectué deux années de recherches post-doctorales au centre de gérontologie de l’Université de Duke. Il a également travaillé à la Psychical Research Foundation, à Durham, avant d'arriver à l’Université d’Edimbourg, en 1985. Plus d'une dizaine d'étudiants ont terminé leur thèse sous la direction de robert Morris à la Koestler Parapsychology Unit (KPU). Il a également publié plus d'une centaine d'articles scientifiques, certains en psychologie comparative mais la majorité concernait la parapsychologie. Ses recherches portaient notamment sur les comportements sociaux des animaux, la psychologie de la fraude et divers aspects de la parapsychologie. Robert Morris est décédé brutalement, en août 2004, suite à une crise cardiaque après son retour du congrès annuel de la Parapsychological Association (PA). à la Koestler Parapsychology UnitLa Koestler Parapsychlogy Unit (KPU) est le principal laboratoire de parapsychologie universitaire de Grande-Bretagne. Fondé dans les années 1980 grâce à un leg d'Arthur Koestler, la chaire de parapsychologie ainsi créée a été dirigée par le célèbre parapsychologue Robert Morris jusqu'en août 2004, date à laquelle il décéda soudainement. Plusieurs étudiants diplômés d'un doctorat du KPU sont devenus chercheurs dans d'autres universités de Grande-Bretagne et ont mis en place différents laboratoires de parapsychologie universitaires. La KPU est actuellement dirigé par Caroline Watt. (KPU). De généreuses et importantes allocations pour tous les deux, fournies par l’Institut des zones-frontières de la Psychologie et de l’Hygiène mentale (IGPPInstitut für Grenzgebiete der Psychologie und Psychohygiene (IGPP) : Organisme fondé en 1950 par H. Bender et situé à Freiburg, en Allemagne. Grâce notamment à un apport important de fonds privés, il est actuellement le plus grand centre de recherches parapsychologiques en Europe. Il possède un service d'accueil du public assuré par des psychologues.) à Fribourg, et une quantité de dons moins importants de la Société pour la Recherche Psychique (SPRLa Society for Psychical Research (SPR) est une société anglaise fondée en 1882 par des universitaires de l'élite intellectuelle de Cambridge et d'autres facultés de Grande-Bretagne, ayant pour but l'étude rationnelle des phénomènes psi et en particulier des apparitions. La SPR existe encore et a suscité la création d'organismes similaires dans d'autres pays (ex: American Society for Psychical Research aux Etats-Unis - ASPR).), le fond Perrott-Warrick et la Fondation de ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. (PF), nous ont permis de profiter de l’occasion (Carlos a obtenu son PhD à Edimbourg en 1997, et j’ai dernièrement fini de satisfaire les exigences pour le mien).

Nous avons passé la meilleure part des deux premières années à Edimbourg vivant dans les « appartements Granny » mis à disposition par Robert MorrisRobert Morris a occupé la chaire de parapsychologie Koestler de l’Université d’Edimbourg, dès sa création en 1985. Il a fortement aidé au développement de la parapsychologie scientifique dans les universités britanniques. Après une thèse de psychologie, Robert Morris a été formé à la parapsychologie à la Foundation for the Nature of Man à Durham, en Caroline. Il a ensuite effectué deux années de recherches post-doctorales au centre de gérontologie de l’Université de Duke. Il a également travaillé à la Psychical Research Foundation, à Durham, avant d'arriver à l’Université d’Edimbourg, en 1985. Plus d'une dizaine d'étudiants ont terminé leur thèse sous la direction de robert Morris à la Koestler Parapsychology Unit (KPU). Il a également publié plus d'une centaine d'articles scientifiques, certains en psychologie comparative mais la majorité concernait la parapsychologie. Ses recherches portaient notamment sur les comportements sociaux des animaux, la psychologie de la fraude et divers aspects de la parapsychologie. Robert Morris est décédé brutalement, en août 2004, suite à une crise cardiaque après son retour du congrès annuel de la Parapsychological Association (PA)., et qui hébergeaient de nombreux doctorants et des parapsychologues professionnels. De 1995 à 2000, notre vie a alterné entre Edimbourg et Porto Rico, où nous dirigions un petit institut indépendant de recherche : le Centro Estudios Integrales de Puerto Rico (CEIPR), et notre petite maison d’édition annexe, Puente Publications. Des fonds supplémentaires de l’IGPPInstitut für Grenzgebiete der Psychologie und Psychohygiene (IGPP) : Organisme fondé en 1950 par H. Bender et situé à Freiburg, en Allemagne. Grâce notamment à un apport important de fonds privés, il est actuellement le plus grand centre de recherches parapsychologiques en Europe. Il possède un service d'accueil du public assuré par des psychologues., de petites allocations provenant des sources habituelles, des contrats d’édition et de PAO, et un mode de vie très frugal nous ont permis de garder notre « entreprise » en activité. Nous avons appris comment faire de la recherche avec peu de moyens, et nous avons également observé de première main que, contrairement aux Royaume Uni, les départements psychologiques des Etats-Unis et de Porto Rico n’employaient que très rarement, sinon jamais, des individus pour des emplois à temps plein si leurs CV étaient pleins à craquer de références à la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire..

Un de nos jobs de PAO à Porto Rico était pour la Parapsychology Foundation, aidant Lisette Coly à remettre sur pied le programme de publications de la Fondation. Après deux ans, en 2000, nous avons accepté des postes à plein temps à la PF, et avons déménagé à New York City cet été-là. Trois ans plus tard, les programmes « virtuels » et le service d’édition de la PF, et nous avec, déménagions à Charlottesville, Virginie. Quelques mois après que nous soyons arrivés, nous avons été engagés comme « bénévoles » sur des postes universitaires à la Division des Etudes sur la Perception au Département de Médecine Psychiatrique à l’Université de Virginie. Et nous y sommes toujours.

Au cours de ma carrière, j’ai quitté à de nombreuses reprises le sentier sûr et conventionnel, de manière à rester dans le domaine. Pour la plupart des gens, ceci n’est pas une vie qu’ils choisiraient à cause des implications familiales et des autres responsabilités. Même pour nous, il y a eu de nombreuses occasions où nous avons cru que les circonstances allaient nous obliger à quitter le domaine. Mais nous pouvions éventuellement réduire notre train de vie, vivre comme des étudiants en licence, ou accepter de nouveaux « jobs bizarres » universitaires pour nous dépanner.

Nous partageons le même but : rester actifs dans la Parapsychological AssociationLa Parapsychological Association (PA) est une organisation internationale constituée de scientifiques et d'universitaires qui étudient les phénomènes psi, comme la télépathie, la clairvoyance, la psychokinèse, la guérison psychique ou la précognition. La Parapsychological Association est reconnue comme une association scientifique à part entière, étant membre de l'AAAS depuis 1969. C'est le plus important organisme de recherche en parapsychologie. La plupart des parapsychologues sont membre de PA. elle permet de féderer l'ensemble des chercheurs travaillant dans le domaine de la parapsychologie et organise chaque année un congrès où sont publiées les recherches scientifiques des parapsychologues. Elle a pour objectif de promouvoir l'approche scientifique et objective des phénomènes psi et ses membres obeissent à une charte de déontologie. (PA) (ce que nous avons fait jusqu’à présent) pour continuer à mener des recherches et poursuivre et étendre nos contributions à la littérature scientifique dans le domaine et également en psychologie. Comme d’autres couples d’universitaires, dont nous avons entendu parler dans nos cours d’histoire des sciences à Duke, nous avons été capables de faire plus, d’endurer plus et nous nous sommes amusés plus, que si nous avions été deux personnes isolées.

Je ne me considère pas comme une sommité dans le domaine mais quand je regarde mes années au service de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., et le corpus réduit mais – selon moi – intéressant auquel mon nom est attaché, je me sens satisfaite de ce que j’ai accompli jusqu’à présent. Il m’apparaît plus clairement maintenant que lorsque j’ai suivi la classe de John Bisaha, que la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. traite de réelles anomalies. Les phénomènes que nous étudions sont trop rapidement délaissés par la communauté scientifique « mainstream », sans même un coup d’œil investigateur, étant données la fréquence et la signification importante des expériences paranormales rapportées par de nombreuses personnes, et les preuves expérimentales de l’existence du psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi..

Les barrières sociales que nous affrontons peuvent devenir de l’ostracisme, bien qu’en général ce ne soit qu’hostilité et dérision. C’est parfois pénible de faire face à cela, mais le travail que nous accomplissons est trop important et fait par trop peu d’individus dans le monde entier pour permettre aux préjudices sociaux de l’emporter. Je pense que le travail que nous faisons, à tout le moins, élargit et approfondit notre compréhension de la personnalité, de la dynamique sociale des perceptions, sans parler des implications de nos phénomènes pour la physique, l’ingénierie, la philosophie et d’autres disciplines. Que nos collègues du courant officiel, spécialement aux Etats-Unis, dénoncent même la recherche la plus conventionnellement définie selon nos règles, sans même un seul moment de contact avec elle, témoigne de vues extrêmement étroites.

Mais c’est un fait que les barrières sociales auxquelles nous sommes confrontés ne peuvent pas être aisément écartées. Alors, mon conseil à ceux d’entre vous qui désirent braver ces eaux turbulentes est dans le fond le même que celui que J.B. Rhine m’a donné en 1972 : obtenez un diplôme conventionnel dans un domaine de recherche qui est apparenté aux questions scientifiques que pose la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. et attendez votre titularisation pour vous « révéler au grand jour ».

Si vous me ressemblez, si vous êtes le genre de personne qui ne peut attendre si longtemps d’obtenir satisfaction, vous ne suivrez pas ce conseil (J’ai encadré la lettre de Rhine mais ignoré son conseil). Dans ce cas, agissez au mieux pour « exister » dans la discipline, à la fois en vous préparant pour une carrière gagne-pain et en vous assurant que vous lisez, expérimentez, publiez, présentez et soutenez les sociétés et associations consacrées à la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. quand et où vous pouvez. De plus, ne manquez pas d’être respectueux envers les personnes qui vivent ces expériences et les « croyants ». Ma propre compréhension a été récemment enrichie quand j’ai eu la bonne fortune de passer un long moment à converser avec des femmes très intéressantes qui gagnent leur vie comme voyantes et mediums. Alors, cherchez les laboratoires, les bibliothèques, les centres d’éducation, les praticiens du domaine, et si vous ne pouvez obtenir un emploi en parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., participez comme bénévole.

La beauté de ce champ – et de son développement actuel – est que nous sommes toujours au stade liminaire de compréhension des phénomènes, et qu’il reste donc beaucoup à faire dans toutes les perspectives. C’est très difficile de s’accrocher à un plan de recherche cohérent, bien que les carrières les plus productives aient réalisé cela. (Mes intérêts personnels se sont déplacés au cours des années de la pure expérimentation à l’historique, au sociologique, au socio-psychologique, pour finalement y revenir). Et satisfaites-vous d’une contribution réduite : ne pas avoir mon propre laboratoire, ce qui était mon rêve initial, ne me paraît plus du tout aussi important maintenant. Le chemin que j’ai suivi a été suffisamment gratifiant du point de vue personnel, socialement et intellectuellement, pour que je ne me soucie pas des détours dans lesquels j’ai dévié parfois. C’est le voyage, après tout, qui compte réellement.

Sélection bibliographique

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (2004). Experiencias parapsicológicas, absorción y sueños: Un estudio con estudiantes de psicología de Puerto Rico [In Spanish: Parapsychological experiences, absorption and dreams: A study with psychology students from Puerto Rico]. In F.E. da Silva (Ed.), II Encontro PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi.: Refletindo sobre o futuro da parapsicologia [II PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. Encounter: Reflections on the future of parapsychology] (pp. 82-91). Curitiba, Brazil: Campus Universitario Bezerra de Menezes, Faculdades Integradas “Espírita.”

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (2003). Exploring the factors related to the after-effects of out-of-body experiences. Journal of the Society for Psychical Research, 67, 161-183.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1999). Out-of-body experiences among readers of a Spanish New Age magazine. Journal of the Society for Psychical Research, 63, 65-85.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1998-1999). A study of the features of out-of-body experiences in relation to Sylvan Muldoon’s claims. European Journal of Parapsychology, 14, 89-99.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1998). Anomalías de interacción con el ambiente: El estudio de los fenómenos parapsicológicos [In Spanish: Anomalies of interaction with the environment: The study of parapsychological phenomena]. Revista Puertorriqueña de Psicología, 11, 99-147.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1998). La experiencia fuera del cuerpo y su influencia sobre actitudes y creencias: El impacto de la complejidad fenomenológica de la experiencia [In Spanish: Out-of-body experiences and their influence on attitudes and beliefs: The impact of the phenomenological complexity of the experience]. In A. Parra (Ed.), Tercer Encuentro PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. 1998: Conciencia y psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. como fronteras de exploración científica (pp. 6-13). Buenos Aires: Instituto de Psicología ParanormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)}.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1997-1998). Factors related to the depth of near-death experiences: Testing the “embellishment over time” hypothesis. Imagination, Cognition and Personality, 17, 339-344.
Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1997). Experiencias disociativas y sueños: Relación con frecuencia de recuerdo de sueños, sueños lûcidos y sueños vívidos [In Spanish: Dissociative experiences and dreams: Relationship with the frequency of dream recall, lucid dreams and vivid dreams]. Ciencias de la Conducta, 12, 17-43.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1997). Out-of-body experiences and sensations of “shock” to the body. Journal of the Society for Psychical Research, 61, 304-313.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1997). Relación entre la experiencia fuera del cuerpo y la absorción: Estudios con participantes Puertorriqueños y Norteamericanos [In Spanish: Relationship between out-of-body experiences and absorption: Studies with Puerto Rican and American participants]. Revista Argentina de Psicología ParanormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)}, 8, 249-261.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1996). La parapsicologia y las tradiciones espiritistas y ocultistas: Ampliando el alcance del estudio de las experiences humanas [In Spanish: Parapsychology and spiritist and occultist traditions: Enlarging the scope of the study of human experiences]. In A. Parra (Ed.), Segundo Encuentro PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. 1996 (pp. 23-27). Buenos Aires: Instituto Argentino de Psicologia ParanormalLe champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l'idée même que l'on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l' « anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d'expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu'elles dépendent étroitement de l'idée qu'à une époque et dans une culture données on se fait du «normal », de l'« explicable» et du «possible ». Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n'existaient pas, puisque des «pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu'objets «dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l'on tente d'appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu'à l'aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L'idée de l'influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L'action sorcière est donc exclue d'une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d'ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente. Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l'on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d'aborder le concept de paranormal: « sceptique », «fourre-tout », «parapsychologique» et « holistique ». Pour les sceptiques, le paranormal n'existe pas en tant que tel. Il renvoie à d'autres catégories. Le paranormal n'est qu'apparent. Il peut s'agir en fait d'illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d'éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s'ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d'interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d'envisager les choses sont souvent qualifiés de «scientistes», tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d'une épistémologie se définissant comme «cartésienne» ou «rationaliste ». Ce qui n'est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d'une façon plus ou moins arbitraire des objets d'étude considérés comme rationnels et d'autres qui, ne l'étant pas, ne méritent pas que l'on s'y attarde, il n'est pas dit que l'on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d'un certain nombre de phénomènes gênants au prix d'une amputation d'un réel que l'on peut supposer toujours plus complexe que l'idée que l'on peut s'en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s'appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ». À l'apparent opposé de l'approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout «mystère» est traité sur un pied d'égalité et dans une logique du « tout existe et tout est ton », sans réflexion épistémolologique sur le niveau de réalité susceptibles d'être mis en jeu suivant les «faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l'ufologie et, d'une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux: triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l'amalgame et l'hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d'un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d'unité, du moins vu sous un épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence de recoupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l'ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l'optique scientiste évoquée précédemment « rien n'existe et rien n'est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l'adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique. Très souvent, le terme « paranormal» est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle (ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L'approche parapsychologique tente d'établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d'asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du «paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n'est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s'éloignant de leurs objets d'études et des interprétations se détachant trop d'une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. La dernière manière d'envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s'en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d'être définitive, certains chercheurs s'éloignent de l'expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu'elle n'est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l'expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser à travers le concept des «niveaux du mental », un élargissement de l'inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie quant à lui le concept d'« intentionnalité» comme moteur de l'émergence du paranormal. D'autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n'hésitent pas à associer d'une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux. Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au sumaturel, comme il peut l'être au contraire au diabolique. C'est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l'on doit ce type de confusions et d'amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d'accompagnements spirituels ou de pratiques d'exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d'un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du «préternaturel»? Il n'est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd'hui accordée. {Par Paul-Louis Rabeyron (extrait du dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétien, rédigé sous la direction de Patrick Sbalchiero, Fayard, 2000)}.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1995). Characteristics of hauntings with or without apparitions. An analysis of published cases. Journal of the Society for Psychical Research, 60, 385-397.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1994). Individual differences in aura vision: Relationships to visual imagery and imaginative-fantasy experiences. European Journal of Parapsychology, 10, 1-30.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1990). Apparizioni da infestazione: Un analisi di casi pubblicate. [In Italian: Haunting apparitions: An analysis of published cases.] Luce e Ombra, 90, 324-340.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1989). William McDougall, Lamarckism, and psychical research. American Psychologist, 44, 446-447.

Alvarado, C. S., & Zingrone, N. L. (1988). Los síntomas de la histeria: Observaciones clínicas durante el siglo 19. [In Spanish: The symptoms of hysteria: Clinical observations during the 19th century.] Archivo Latinoamericano de Historia de la Psicología y Ciencias Afines, 1, 11-21.

Alvarado, C. S., Zingrone, N. L., & Dalton, K. S. (1998-1999). Out-of-body experiences: Alterations of consciousness and the five-factor model of personality. Imagination, Cognition and Personality, 18, 297-317.

Weiner, D. H., & Zingrone, N. L. (1989). In the eye of the beholder: Further research on the “checker effect.” Journal of Parapsychology, 53, 203-231.

Weiner, D. H., & Zingrone, N. L. (1986). The checker effect revisited. Journal of Parapsychology, 50, 85-121.

Zingrone, N. L. (In press). Complicating the conversation: Rhetoric, substance and controversy in parapsychology. Journal of Parapsychology.

Zingrone, N. L. (2002). Controversy and the problems of parapsychology. Journal of Parapsychology, 66, 3-30.

Zingrone, N. L. (1994). The medium as image: Power, pathology and passivity in the writings of Cesare Lombroso and Frederic Marvin. In L. Coly, and J.D.S. McMahon (Eds.), Women and parapsychology: The proceedings of the 1991 Parapsychology Foundation conference (pp. 90-123). New York: Parapsychology Foundation.

Zingrone, N. L. (1988). Authorship and gender in American parapsychology journals. Journal of Parapsychology, 52, 321-343.

Zingrone, N. L., & Alvarado, C. S. (2001-2002). The Dissociative Experiences Scale-II: Descriptive statistics, factor analysis, and frequency of experiences. Imagination, Cognition and Personality, 21, 145-157.

Zingrone, N. L., & Alvarado, C. S., (1987). Historical aspects of parapsychological terminology. Journal of Parapsychology, 51, 49-74.

Zingrone, N. L., Alvarado, C. S., & Dalton, K. (1998-1999). PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. experiences and the “Big Five”: Relating the NEO-PI-R to the experience claims of experimental subjects. European Journal of Parapsychology, 14, 31-51.

Zingrone, N. L., Alvarado, C. S., Schlitz, M. J., & Milton, J. (Eds.) (1998). Research in parapsychology 1993. Lanham, MD: Scarecrow Press.