Home
Tables des matières (1936-1940)

Tables des matières (1936-1940)

Janvier-Février 1936, n°1

 Dr OSTY, Charles Richet

 M. PROSPER de SMURL Prises de connaissance paranormale de chose inconnue de tout vivant

 C. de VESME, Les Livres :

 Recherches de la Vérité : Art, Sciences, Occultisme,

 Religion, par le Pr E. Arnaud

 Traité élémentaire de Géomancie, par E. Caslant

 Zum Problem der ausserinnlechen Wahrnehmung. J.BaptisteVan Helmont. N.de Mévegner

Janvier-Février 1937, n° 1

 Dr OSTY Forces inconnues, émises ou reçues ?
Hasards, fatalités, coïncidences et connaissance extra-sensorielle

 M.L.J. KOOPMANN Du caractère de l’énergie mise en jeu dans les phénomènes de télékinésie

 Dr L. MONER L’émanation humaine

 Dr PASCAL Expériences de radiesthésie

 M.C. de VESME, Les Livres :

 L’Ombre des Ailes, par M. Maeterlink

 Chroniques :

 Un médiumIndividu qui semble produire des phénomènes psi de façon particulièrement intense ou fiable. Le terme "médium" provient à l'origine de la doctrine du spiritisme, qui affirme que le médium est un intermédiaire avec les esprits des défunts. En parapsychologie, on préfère utiliser le terme de sujet psi (en anglais : Psychic). musical extraordinaire : Iole Catéra

 Voyants et Voyantes de Paris

 Prédictions sur l’abdication d’Edouard VIII

 Le décès du Dr. D. Frasser-Harris

 La réalisation d’une tragique prédiction de Melle Jeanne Laplace

Mars-Avril 1937, n° 2

 Dr OSTY, Ne cultivez pas la fausse médiumnité sincère.Séances de connaissance extra-sensorielle en public

 M.C. de VESME, Les hantises attribuées aux vivants

 M.C. de VESME Les Livres :

 Gaufridy, par le Dr H. Meige

 Vérités sur le diagnostic radiesthésique médical, par le Dr Alfred Roux

 Les tâches d’encre, par Luce Vidi

 Fakirs et Yogis des Indes, par Ed. Demaître

 Il Cinématografo al servizio della Scienza, par E. Cauda

 Espiritismo Dialectico, par M.S.Porteiro

 L’œuvre philosophique de Hoene Wronski, par Fr. Warrin

 Une Science de l’Ordre dans le monde des Nombres, par A. Sage

 Le Problème Moral, par P. Teisonnère

 Kha, Chat égyptien, par L. Megret

 Chronique :

 Pour répéter les expériences du Dr Rhine

 Le Congrès MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. de Budapest

 ClairvoyanceConnaissance d’objets ou d’événements à distance sans l’intermédiaire des sens. par téléphone ?

 Un clairvoyant hongrois

 Un exorcisme spirite

 Une chute mystérieuse de pierres

 Un appareil enregistrant les manifestations physiologiques de la pensée

 Le décès de Mrs F. W. H. Myers

Mai-Juin 1937, n°3

 Dr OSTY Séances de connaissance extra-sensorielle en public

 C. de VESME Swedenborg et ses révélations sur les conditions de vie dans l’au-delà

 C.ANDRY BOURGEOIS Le Temps et l’Espace, la Mort de l’Univers

 M.C. de VESME, Les Livres :

 The Maniac. A realistic Study of Madness from the maniac’s point of view, par F. Thelmar

 Radiesthésie, Science et Morale, par le Dr Rendu

 La Science Nouvelle du pendule n’est qu’une nouvelle « Science occulte », par J. Guinchant

 La Médecine Morphologique, par A. Thooris

 Traité élémentaire d’Occultisme et d’Astrologie, par Papus

 La crise morale devant la science moderne, par Louis Elbe

 Un grand discipline d’Allan Kardec : Gabriel Delanne, par Paul Bodier et Henri Regnault

 Comment j’ai trouvé la lumière, par René Micaele

 Biofisica e Psicondinamica, par Angelo Montani

 Sur les Fondements philosophiques et scientifiques des

 Réformes en cours, par Julien Favre

 La crise de l’originalité juvénile, par M. Debesse

 Comment étudier les adolescents, par M. Debesse

 Chroniques :

 Une revue universitaire de parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.

 Le nouveau Président de la S.P.R.

 Rudi Schneider, médiumIndividu qui semble produire des phénomènes psi de façon particulièrement intense ou fiable. Le terme "médium" provient à l'origine de la doctrine du spiritisme, qui affirme que le médium est un intermédiaire avec les esprits des défunts. En parapsychologie, on préfère utiliser le terme de sujet psi (en anglais : Psychic). à effets intellectuels

 Le premier échec de la cinématographie aux infra-rouges

 Nouvelles expériences de marche sur le feu

 Souxente personnes défilent devant un fantôme

 L’os égyptien porte malheur

 Inspirations musicales mystérieuses

 Une prédiction de la catastrophe de l’Hindenburg

Juillet-Août 1937, n°4

 Dr LENGLET, Le surnormal chez Jeanne d’Arc

 Dr OSTY Séances de connaissance extra-sensorielle en public

 M.C. de VESME, Livres :

 Le Sens de la plante, par R. Francé

 La Beauté invisible, par Maurice Nagre

 Chroniques :

 Les « révélations » sur la vie de l’Au-delà

 Quelques vieilles histoires d’excursions dans l’Au-delà

 L’échec de Rudi Schneider à Londres

 La fin du procès contre Mme Ingeborg Koeber

 Une crise de larmes de Napoléon Ier

 Un Américain écervelé

 La protection contre les calamités naturelles

 Une ferme « ensorcelée » dans le Poitou

Septembre-Octobre 1937, n°5

 Dr OSTY La Parodie de la connaissance paranormale

 Dr J. VINCHON Diagnostic entre la transe médiumnique et les états similaires pathologiques

 R. WARCOLLIER L’entraînement télépathique

 M.C. de VESME, Les livres :

 Somes case of prediction, par E. Lyttelton

 Les phénomènes de Bilocalisation, par E. Bozzano

 Das Haus am Kurzen Domberg (Tallin)

 A la recherche de l’âme humaine, par E. Wiétrich

 Grande Encyclopédie Illustrée des Sciences Occultes

 Paracelse, le médecin maudit, par le Dr R. Allendy

 Devant Dieu, par M. Maeterlinck

 Le datene lineari del corpo e dello spirito, par le Dr G. Calligaris

 Qu’est-ce que la radiesthésie ? par G. Barbarin

 Horizons of Immortality, par E. Palmistierna

 Dictionnaire des Sciences Occultes, par F. Boulet

 Pour être maître de soi, par Georges Saviard

 Baguette-pendule et Recherche d’Eaux souterraines, par F. Charobert

 Problèmes psychologiques à l’usage des infirmières, par le Dr Morgenthaler

 L’intuition de la radiesthésie, par H. de France fils

 La Cabale mystique, par Dion Fortune

 Chroniques :

 Les « révélations » sur la vie de l’au-delà

 Quelques vieilles histoires d’excursions dans l’Au-delà

 L’échec de Rudi Schneider à Londres

 La fin du procès contre Mme Ingeborg Koeber

 Une crise de larmes de Napoléon Ier

 Un Américain écervelé

 La Protection contre les Calamités naturelles

 Une « ferme ensorcelée » dans l’Anjou

Novembre-Décembre 1937, n°6

 Dr J. Ch. ROUX Les messages du subconscient et leur rôle en Métapsychie

 Capitaine MONDEIL La légende de l’homme électrique

 M.C. de VESME, Chronique :

 Une Société Italienne de MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie.

 Une suite de questions du réveil à heure fixe

 Une prémonition aux courses de chevaux

 L’aventure d’un médiumIndividu qui semble produire des phénomènes psi de façon particulièrement intense ou fiable. Le terme "médium" provient à l'origine de la doctrine du spiritisme, qui affirme que le médium est un intermédiaire avec les esprits des défunts. En parapsychologie, on préfère utiliser le terme de sujet psi (en anglais : Psychic). islandais à matérialisations

 Un bon jugement synoptique sur la Radiesthésie

 Autre cas de lévitation dans l’Inde

 Histoire d’une curieuse coïncidence

Janvier 1938, n°1

 Dr PASCAL Le Suaire de Turin

 Capitaine MONDEIL La légende de l’homme électrique

 M.C. de VESME, Les Livres :

 De la bête à l’ange, par Jacques Demarquette

 Comment je crois en Dieu, Upton

 Je lis dans les destinées, par Pascal Forthuny

 Les compagnons de la Hiérophanie, par V-E Michelet

 Venetian Voices, par G. Kelley Hack

 L’athéisme est-il possible ?, par le Dr L.Wauthy

 Telepathie und Hellsehen, par le Dr A. von Winterstein

 Guide familiale de la pratique spirite, par A. Consentino

 Metapsichica e Scienza, par Anhelus

 I sosia del Nulla, par A. Consentino

 Traité d’astrologie ésotérique, par R. Ambelin

 Les prophéties de Nostradamus dévoilées, par le Dr de Fontbrune

 Formulaire de Haute Magie, par V. Piobb

 Mystique de la Terre, plaidoyer pour le corps, par V. Poucel

 Notre éducation vue d’ailleurs.

 la Gerbe du Soir, par P. Teisonière

 Chroniques :

 Les discours présidentiel de lord Rayleigh à la S.P.R.

 Un Institut pour les Recherches psychiques en Argentine

 Le décès de Stanley de Brath

 La simulation des ectoplasmes par la régurgitation

 La mort simultanée de trois jumeaux

 La femme qui a épousé un fantôme

 Les prédictions « post-mortem » d’un vivant

 Paul Heuzé est mort

Mars-Avril 1938, n°2

 Dr Thérèse BROSSE Psychisme et Yoga

 Paul VIGNON La question du Saint-Suaire

 Dr PASCAL Hypnotisme et Scopochloralose

 Henri MANGIN-BALTHAZAR L’Orientation professionnelle

 M.C. de VESME, Les Livres :

 L’exploration de l’affectivité subconsciente par la

 Méthode du rêve éveillé, par Robert Desoille

 Le yoga de l’Occident, par C.Kerneïz

 Notice sommaire sur Swedenborg, par H. de Geymuller

 Uy Làtohatorak Felé, par le Dr Chengery Pap Elemer

 Où luisent de beaux feux, poèmes de P.Forthuny

 Chroniques :

 Différentes séries d’expériences en Amérique pour l’étude de la TélépathieLa télépathie désigne un échange d’informations entre deux personnes n’impliquant aucune interaction sensorielle ou énergétique connue.

 Les éboulements dans l’édifice de la psychanalyse

 Mathématique en Métapsychie

 Un fantôme photographié dans un château hanté

 Les intéressantes prédictions d’une clairvoyante au sujet de la publication d’un ouvrage

 Les drogues mystérieuses aux aveux

 On demande un fantôme radiophonique

Mai-Juin 1938, n°3

 M.C. de Vesme L’Objectivité ou la subjectivité des manifestations supranormales perçues collectivement

 Henri MANGIN-BALTHAZAR L’Orientation Professionnelle (suite et fin)

 M. DELPECH de FRAYSSINET La graphologie

 M.C. de VESME, Les Livres :

 Les Morts nous frôlent, par F.Stellet

 L’Oiseau-Tonnerre, paysages et Magie Peaux-Rouges, par P. Cosse

 Evidence of Personal Survival from Cross-Correspondences, par H.F. Salimarsh

 The case of Astral Projection, par S. Muldoon

 Les prophéties à travers les siècles, Par H.J.Forman

 L’Homme et les Energies astrales, par P. Serres

 Mystères de la Vie humaine, par R. Marchais

 L’Inde secrète et sa magie, par J. Marques-Rivière

 Man’s Latent Powers, par Phoebe Payne

 Lumière Nouvelle et l’Equilibre universel, par L.-A. Jaquin

 Comme le Vent du Soir, Par François Moutier

 Chroniques :

 L’extraordinaire conflit Rhine-Soal

 Remarquables expériences télépathiques avec Margery

 Quatres sociétés métapsychiques polonaises fusionnent

 La télépathieLa télépathie désigne un échange d’informations entre deux personnes n’impliquant aucune interaction sensorielle ou énergétique connue. chez les abeilles

 Un cas de poltergeistEnsemble de phénomènes semblant inexplicables, survenant spontanément au sein d'un groupe restreint, et comportant des déplacements inattendus d'objets, des bruits sans cause apparente, des lueurs, des perturbations électriques, etc. Généralement de courte durée, concernant un groupe social restreint, le poltergeist semble souvent se centrer autour d'un adolescent. Contrairement aux hantises, les apparitions y sont rares. en Bretagne

 La prétendue photographie mentale

Juillet-Octobre 1938, n°4 et 5

 R. WARCOLLIER TélépathieLa télépathie désigne un échange d’informations entre deux personnes n’impliquant aucune interaction sensorielle ou énergétique connue. et ClairvoyanceConnaissance d’objets ou d’événements à distance sans l’intermédiaire des sens.

 C de VESME L’objectivité ou la subjectivité des manifestations supranormales (suite et fin)

 Dr PASCAL Le « Saint-Suaire de Turin de M. Vignon »

 P. VIGNON Nouvelle réponse au Dr Pascal

 C. de VESME, Les Livres :

 Louis le Cardonnel, Pèlerin de l’Invisible, par Raymond Christoflour

 Etudes sur « Alexandre ou le Faux prophète » de Lucien, par Marcel Caster

 La Vie d’Outre-Tombe, par G. Trarieux d’Egmont

 Je lis dans les mains, par R. trintzius

 Recherches nouvelles sur les mouvements du pendule, par P. Vingeaunne

 L’Invisible et moi. Introduction pratique à la vie secrète, par Georges Barbarin

 Evidence of purpose, par Zoé Richmond

 Hypnosis, its Meaning and pratice, par Eric Faria

 The Path of solitude, par Florence Alli Maccarani

 Temps, Espace, Devenir, Moi. Les Sosies du Néant, par A. Consentino

 IL Concetto della Indeterminazione, par Léon Vivante

 Le Trésor des Albigeois, roman du seizième siècle à Toulouse, par Maurice Magre

 Chroniques :

 Le langage des abeilles

 Le « tic-tac » mystérieux

 Une curieuse anecdote astrologique

 Un rêve prémonitoire de Rudyard Kipling

 Quelques anecdotes métapsychiques de la vie de Hitler et de Mussolini

Novembre-Décembre 1938, n°6

 J. Ch. ROUX et F. MOUTIER Eugène Osty

 C. de VESME Visions grandioses de croix, d’armées et de combats dans les airs

 M.L.J KOOPMAN Le fonctionnement du cerveau humain pendant les expériences métapsychiques

 R. WARCOLLIER Les Méthodes du Dr Rhine et leurs résultats

 Dr PASCAL Une observation de radiesthésie

 R. WARCOLLIER, Les livres :

 Discarnate influence in human life

 Science and Psychical Phenomena, par Tyrrel

 Telepathy and ClairvoyanceConnaissance d’objets ou d’événements à distance sans l’intermédiaire des sens. explained, par Hereward Carrington

 Le Yoga Tantrique Hindou et Tibétain, par J. Marques-Rivière

 La Danse sur le volcan, par Barbarin

 Magie Sonore, par Hélène de Callias

 Chroniques :

 Une nouvelle société MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. italienne

 La perception paranormale des dessines et la perception normale dans l’enfance

 Encore la transmission de pensée

 L’Eglise désavoue Thérèse Neuman

 ClairvoyanceConnaissance d’objets ou d’événements à distance sans l’intermédiaire des sens. et hantisePhénomènes paranormaux visuels et auditifs liés à un lieu, généralement chargé d'histoire. Les phénomènes peuvent être objectifs et/ou subjectifs et comprennent souvent des apparitions de "fantômes". au château de Glamis

 Une annonce de mort démentie par une vision véridique

 Correspondance Fait de prémonition spontanée laissant l’événement caché et ne fixant qu’une date

 Maison hantée, par M. Provent

 Une hallucination télépathique, par Mény de Marangue

Janvier-Février 1939

 Dr J.-Ch. ROUX J. Maxwell

 La Société MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. Charles Richet

 Marcel OSTY Une faculté de connaissance paranormale : Madame Detey

 Dr L.-J. FRANKE Le Fonctionnement du cerveau humain pendant les phénomènes métapsychiques

 Et M. L.-J. KOOPMANN

 C. de VESME Visions grandioses de croix, d’armées et de combats dans les airs (suite)

 R. WARCOLLIER, Les livres :

 Alltageratsel des Seelenlevens, par Hans Driesch

 Foreknowledge, par Saltmarsh

 L’irradiation de la vie et de la pensée, par E.Lolli

 L’hymnotisme moderne, par le Dr Pascal Brotteaux

 Nuit mystique Etudes Carmélitaines. Essais liturgiques, par P. Teisonnière

 Chronique :

 Fusion de deux sociétés anglaises de recherches psychique

 Concours de métapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie.

 Transmission de messages télépathiques par des personnalités médiuminiques

 Perceptions extrasensorielles

 Les plantes qui tuent la volonté

 Correspondance Un cas remarquable de clairvoyanceConnaissance d’objets ou d’événements à distance sans l’intermédiaire des sens. de Mme Detey

Mars-Avril 1939

 R. WARCOLLIER Julien Mongel

 A. SAINTE-LAGUE De la recherche de certaines facultés médiuminiques

 R. WARCOLLIER Les anciennes expériences de Reichenbach vues à la lumière de nos connaissances actuelles

 C. de VESME Visions grandioses de croix, d’armées et de combats dans les airs (suite)

 Dr PASCAL La prophétie du moine de Padoue est bien apocryphe

 J. de CRESSAC Déterminisme, libre arbitre et prémonition
Quelques cas de prémonitions

 R. WARCOLLIER, Les livres :

 Ghosts and apparitions, par W.H. Salter

 L’automatisme dans l’art, par la Dr Antoine Giraud

 La Centrothérapie, par le Dr J. Klotz-Guérard

 La main, miroir du destin par Henri Mangin

 Luci Nell’ombra, par A. Taruri

 L’esprit des abeilles, par Julien Françon

 Mœurs étranges des insectes, par Hyatt Verrit
Chronique

 William Mc Dougall,

 Une expérience de correspondance croisée

 Toujours Thérèse Neumann

 Les expériences psychiques de Georges Fox

 La découverte d’un squelette par le clairvoyant Ossowiecki

 Dessins automatiques obtenus à l’aide du pendule

 Hypnose, Psychisme et pression sanguine

 Correspondance Un fait curieux de coïncidence

Mai-Juin 1939

 R. WARCOLLIER Un métagnome-graphologue : Otto Reiman

 C. de VESME Visions grandioses de croix, d’armées et de combats dans les airs (suite et fin)

 R.WARCOLLIER, Les Livres :

 Spiritual forces, par Sir Duckley Myers

 The discovery country, par O. Redington Washburn

 Les Métapsychoses, par le Dr T. Bret

 Mademoiselle Juliette, par Mme A. Siegrist

 L’Abbé Mermet, par J. Baradat

 Le règne de la bête, par Georges Barbarin

 Prophéties de Nostradamus

 Martines de Pascally, par le Dr Van Rijnbeck

 Les interventions surnaturelles, par Maurice Magre
Chroniques

 A la Duke University

 Les fourmis auraient neuf sens

 Un étrange incident

 Un cas de xénoglossie en égyptien ancien

 Le retour de Sir William Barret

 Un document de séance de la Société des Amis de l’Institut MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. International

 Correspondance Pour et contre la prophétie du Moine de Padoue

 Une prémonition à longue échéance

 Détermination ou libre arbitre

Juillet-Décembre 1939

 Dr Thomas BRET Terminologie MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie.

 R. WARCOLLIER Un peintre de la musique

 Etat actuel des recherches du Dr Rhine aux Etats-Unis
Un meuble hanté

 Les livres :

 Le Monde invisible et mystérieux des ondes, par Henri Chrétien

 Le règne de l’Agneau, par Georges Barbarin

 Les Radiations des Maladies et des Microbes, par le Dr Albert Leprince

 Indétermination et Création, par Léonie Vivante

 Suggestion et Création, par Charles Baudoin

 Précis de Chiroscopie Médicale, par Henri Mangin

 Rituel de Magie Tantrique Hindoue, par J. Marquès-Rivère

 L’Art de Juger les hommes en examinant les écritures, par Pierre Foix

 Amulettes, Talismans et Pentacles, par J.Marquès-Rivière

 Thérapeutique et Télesthésie, par p. Detheil

 Psychic Science and Survival, par H. Carrington

 Evidence of the identity, par Kenneth Richmond

 Chronique :

 Sigmund Freud

 Thérèse Neuman serait morte

 L’acupuncture chinoise

 Le non-bouclage de la boucle

 Les danseurs du Feu

 Un radiesthésique suisse découvre le corps d’une jeune fille assassinée

 Les Echanges gazeux et la glycolyse dans le Cerveau

 De la pensée de Claude Bernard

 La Physique et le déterminisme

 Science et Libre-arbitre

 Correspondance Les prophéties du Moine Padoue

 Déterminisme et Prémonition

 Le Libre arbitre

Janvier-Février-Mars 1940, n°1

 R. WARCOLLIER Un procédé chimique communiqué par typologie
Dr Thomas BRET Vocabulaire de la métapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie.

 R. WARCOLLIER, Les livres :

 Rééducation psychathérapique, par le Dr Prost

 Phénomènes occultes, par C-J Jung

 La nouvelle Jérusalem et sa doctrine céleste, traduit du latin par E. Swedenborg

 Traité de Spiritisme réformé, par le Chevalier de Saint-Marcq

 Les Méditations du Silence, par P. Teissonière

 Chronique :

 Freud et la télépathieLa télépathie désigne un échange d’informations entre deux personnes n’impliquant aucune interaction sensorielle ou énergétique connue.

 Un cas de dédoublement de la personnalité

 Médiumnité spontanée

 Coïncidences ou prémonitions

 Un rêve prémonitoire pendant la guerre de 1914

 De la guerre à la paix

 Les armés fantomatiques

 L’électroencéphalogramme humain

 Métapsychie, neurobiologie et méthode expérimentale
Correspondance Etude d’un sage hindou contemporain

 Le mot radiesthésie

 Saint Malachie, la prémonition et le déterminisme