Home
Séminaire « Terra Incognita » 30/6 et 1/7 2018 avec M. Varvoglis et M. Folmer

Séminaire « Terra Incognita » 30/6 et 1/7 2018 avec M. Varvoglis et M. Folmer

Séminaire Terra Incognita : A la découverte de notre conscience élargie

Présentation :

Pressentiments, synchronicité, inspiration, vision, intuitions… Spontanées ou intentionnelles, précises ou troubles, tristes ou exaltantes, nous avons tous pu avoir des expériences qui semblaient dépasser le rationnel, le connu. Chacune, sans doute, avait sa propre histoire, son propre sens et pourtant … nous ressentons peut-être qu’elles ont des racines communes, qu’elles semblent surgir d’une seule source, même si celle-ci nous reste voilée.

Au cours de cet atelier nous vous proposons de découvrir et de déchiffrer la conscience élargie, cette terra incognita qui est à la fois en nous et au-delà de nous ; d’apprendre à dialoguer avec elle, de lui demander conseil, de solliciter son soutien bienveillant.

– Parmi les thèmes abordés :

Pratiques guidées pour vivre un état de conscience élargie

L’intuition :  accès, discernement, pratique

Expériences psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. de groupe

Et après ? Outils pour enraciner la conscience élargie dans notre quotidien

– Limité à 14 participants, ce séminaire s’appuiera sur des

alternances vivantes entre expérimenter, échanger, intégrer

exercices courts ou longs, individuels, en binômes, en petits groupes

éclairages venant de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. et de la psychologie transpersonnelle

 

Les intervenants :

Magali Folmer, Hypothérapeute et Coach

Magali a mené une recherche sur la créativité avec des artistes de renommée mondiale, afin de comprendre les différentes dimensions de leur talent – créativité, intuition, connexion, création.

Dans sa pratique, Magali s’appuie notamment sur l’hypnose Ericksonienne et l’hypnose Humaniste, pour accompagner des particuliers et des artistes sur le développement de leur potentiel. Elle anime également des séminaires sur les thèmes de la créativité et de l’Intelligence émotionnelle.  (http://magalifolmer.com/)

 

Mario Varvoglis, Ph.D en psychologie expérimentale., étudie depuis 40 ans les phénomènes psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi., d’abord dans des laboratoires américains à New York et à Princeton et aujourd’hui au sein de l’Institut MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. International, dont il est président. Il a publié de nombreux articles dans des revues spécialisées et des ouvrages collectifs et est l’auteur de La Rationalité de l’Irrationnel, Le Sixième Sens (avec Marie-Monique Robin) et le CD-ROM éducatif PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. Explorer. Mario dirige également une société consacrée à la créativité et l’intelligence collective ; il a travaillé sur ces sujets avec plus d’une centaine d’organisations dans les secteurs privés ou publics (http://mariovarvoglis.com/).

 

Voir les informations pratiques sur l’AGENDA de l’IMI