Home
Newsletter Mars 2011

Newsletter Mars 2011

I. PARUTION DU BULLETIN METAPSYCHIQUE N°8 SUR LE TRICKSTER
II. CONFERENCES DE BERTRAND MEHEUST SUR « CE QUE LES VOYANTS NOUS APPRENNENT », LE 11 MARS
III. CONFERENCE EXCEPTIONNELLE DE RICHARD BROUGHTON LE 15 AVRIL
IV. LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET SHAREFELD
V. EN BREF
VI. AGENDA

I. PARUTION DU BULLETIN METAPSYCHIQUE N°8 SUR LE TRICKSTER

Toute l’équipe du Bulletin Métapsychique (BM) est heureuse de vous présenter le n°8 sur le thème « Le Trickster : phénomène marginal au coeur de la métapsychique », avec la participation exceptionnelle du chercheur américain George Hansen, qui présente les penseurs français qui ont dynamisé ses réflexions sur le Trickster et le paranormal. Le sommaire complet est disponible en version PDF ici.

Tous les membres de l’appel à contributions.

II. CONFERENCES DE BERTRAND MEHEUST SUR « CE QUE LES VOYANTS NOUS APPRENNENT », LE 11 MARS

A l’occasion de la parution de son nouveau livre, Les miracles de l’esprit : qu’est-ce que les voyants peuvent nous apprendre ? (Les Empêcheurs de Penser en Rond / La Découverte, janvier 2011), Bertrand Méheust viendra poursuivre son travail de réflexion sur les liens à faire entre voyance et mémoire qu’il avait exposés lors d’un workshop à l’IMI en février 2010, alors que son livre était encore en chantier. Il indiquait alors que plus on réfléchit à la voyance (ou « métagnomie »), et plus on réalise qu’elle fonctionne comme une dimension étendue de la mémoire. Ce constat est lourd d’implications historiques et épistémologiques, que Bertrand Méheust évoquait en faisant jouer ce que les philosophes appellent un « cercle herméneutique » : la conception antique de la mémoire peut être revisitée à la lumière des découvertes de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. moderne ; mais inversement la parapsychologie moderne est interpellée par la conception antique de la mémoire.
Maintenant que l’ouvrage paraît, Bertrand Méheust revient sur son parcours, sur les parties qu’il a dû sacrifier, sur les problèmes rencontrés, sur les pistes qui restent à explorer…

Le Conférencier
Bertrand Méheust est professeur de philosophie, sociologue et membre du Comité Directeur de l’IMI. En 1999, sa thèse est publiée par Les Empêcheurs de Penser en Rond sous la forme de deux gros livres totalisant 1200 pages, Somnambulisme et Médiumnité. Un pavé dans la mare des controverses autour de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., mais aussi de la psychologie tout court… Vaste étude érudite, son livre retrace l’histoire des recherches, des théories et des concepts engendrés autour de la question des potentiels cachés de l’être humain depuis la fin du XVIIIème siècle.

Informations pratiques : Cette conférence aura lieu le vendredi 11 mars 2011 de 19h30 à 21h30, au siège de l’IMI, 51 rue de l’Aqueduc, 75010 Paris. 
Métros : Stalingrad ou Louis Blanc.
Tarifs : tarif normal : 15 € ; membres d’A-IMI : 12 € (sur présentation de la carte).

III. CONFERENCE EXCEPTIONNELLE DE RICHARD BROUGHTON LE 15 AVRIL

PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. et évolution : pourrait-on comprendre le fonctionnement de la perception extra-sensorielle dans une perspective évolutionniste ? par Richard Broughton

Bien que l’évolution soit rarement mentionnée dans le contexte de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire., si on soutient que la perception extra-sensorielle – et en particulier la précognition -, est une capacité humaine réelle, alors l’évolution doit contribuer à notre compréhension du fonctionnement des capacités psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi.. Les récents développements de nos connaissances sur le rôle de la mémoire et des émotions fournissent des indices-clés sur la façon dont la perception extra-sensorielle peut faire partie de notre très importante capacité d’adaptation à l’environnement.
(conférence traduite en français)

Le conférencier
Richard S. Broughton est Ph.D en psychologie. Il a rejoint en 2003 la division de psychologie de l’Université de Northampton au Royaume-Uni où il est membre du Centre pour l’étude des processus psychologiques anomaliques (CSAPP). Ses sujets de recherche privilégiés sont dans le domaine de l’intuition et de la prise de décision intuitive, spécialement lorsqu’elle implique une perception extrasensorielle. Depuis longtemps, il pense que les facultés dites paranormales peuvent être comprises dans un contexte évolutioniste, ce qui implique de mettre au jour les mécanismes sous-jacents. En plus de nombreux articles scientifiques, Broughton est auteur de Parapsychologie : une science controversée (Editions du Rocher, 1995), une introduction populaire à ce domaine, saluée par la critique, et traduite en cinq langues. Broughton a également été par deux fois président de la Parapsychological AssociationLa Parapsychological Association (PA) est une organisation internationale constituée de scientifiques et d'universitaires qui étudient les phénomènes psi, comme la télépathie, la clairvoyance, la psychokinèse, la guérison psychique ou la précognition. La Parapsychological Association est reconnue comme une association scientifique à part entière, étant membre de l'AAAS depuis 1969. C'est le plus important organisme de recherche en parapsychologie. La plupart des parapsychologues sont membre de PA. elle permet de féderer l'ensemble des chercheurs travaillant dans le domaine de la parapsychologie et organise chaque année un congrès où sont publiées les recherches scientifiques des parapsychologues. Elle a pour objectif de promouvoir l'approche scientifique et objective des phénomènes psi et ses membres obeissent à une charte de déontologie., et fut longtemps un membre du comité directeur de cet organisme. Il est membre du Comité d’Honneur de l’IMI.

Informations pratiques : Cette conférence aura lieu le vendredi 15 avril 2011 de 19h30 à 21h30, dans la salle Glycines du Forum 104. 
Métros : Montparnasse, Duroc ou St-Placide.
Tarifs : tarif normal : 15 € ; membres d’A-IMI : 12 € (sur présentation de la carte). 
Réservations : contact@a-imi.org.

IV. LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET SHAREFELD

L’Institut MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. International a obtenu une bourse de recherche de la fondation Bial pour le projet ShareFeld, lancé officiellement depuis mars 2011.
L’objectif de ce projet est d’augmenter de façon significative la taille d’effet obtenue avec les protocoles d’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. dans le GanzfeldLe Ganzfeld (terme allemand qui signifie "champ sensoriel uniforme") est un protocole d’induction d’état hypnagogique pour les expériences de télépathie. Le Ganzfeld est le protocole le plus utilisé actuellement en parapsychologie expérimentale. Il a été tout d'abord développé par Charles Honorton dans les années 1970., en favorisant la réceptivité au psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. des participants, et en augmentant le nombre de données collectées. Il est basé sur l’idée d’une « résonnance » interpersonnelle entre les participants, basée sur des environnements audio et vidéo symétriques, et sur des procédures d’induction identiques pour les deux participants. Ceci contraste avec les protocoles testant habituellement la télépathieLa télépathie désigne un échange d’informations entre deux personnes n’impliquant aucune interaction sensorielle ou énergétique connue., dans lesquels il y a de fortes différentes dans les conditions propres à « l’agent » et au « percipient ». En outre, le projet permet d’effectuer de multiples essais par session, au lieu d’un seul. Les essais sont intégrés de façon fluide dans les séquences d’induction partagées, avec des participants prenant alternativement le rôle de l’ « agent » et du « percipient ».
La première partie du projet consiste à concevoir et mettre en place le dispositif nécessaire ; et la seconde à tester une cinquantaine de paires d’agents-percipients, chacune effectuant 10 essais par session. La prédiction est d’augmenter la taille d’effet des expérimentations d’ESPPerception extrasensorielle ; connaissance d’un événement extérieur sans l’intervention des sens connus, ou parfois comportement répondant à cet événement. avec le GanzfeldLe Ganzfeld (terme allemand qui signifie "champ sensoriel uniforme") est un protocole d’induction d’état hypnagogique pour les expériences de télépathie. Le Ganzfeld est le protocole le plus utilisé actuellement en parapsychologie expérimentale. Il a été tout d'abord développé par Charles Honorton dans les années 1970..
Le projet ShareFeld est développé par Mario Varvoglis, Djohar Si Ahmed, Peter Bancel, Jean-Paul Bailly et Annie Diot.

V. EN BREF

 Nouveau site pour la Parapsychological AssociationLa Parapsychological Association (PA) est une organisation internationale constituée de scientifiques et d'universitaires qui étudient les phénomènes psi, comme la télépathie, la clairvoyance, la psychokinèse, la guérison psychique ou la précognition. La Parapsychological Association est reconnue comme une association scientifique à part entière, étant membre de l'AAAS depuis 1969. C'est le plus important organisme de recherche en parapsychologie. La plupart des parapsychologues sont membre de PA. elle permet de féderer l'ensemble des chercheurs travaillant dans le domaine de la parapsychologie et organise chaque année un congrès où sont publiées les recherches scientifiques des parapsychologues. Elle a pour objectif de promouvoir l'approche scientifique et objective des phénomènes psi et ses membres obeissent à une charte de déontologie., avec plein de nouveautés interactives
http://www.parapsych.org

 Nouveau blog pour le sociologue des (para-)sciences, Pierre Lagrange
http://culturevisuelle.org/pulpsciences

 Recension du livre de Méheust « Les miracles de l’esprit » dans Le Monde, par Roger Pol-Droit
http://www.metapsychique.org/+Le-Monde-recense-le-dernier-livre+.html

VI. AGENDA

3 mars, 19h : Groupe d’échange sur les expériences exceptionnelles à l’IMI
10 mars, 19h30 : Conférence de Bertrand Méheust sur la voyance, à l’IMI
31 mars, 19h : Groupe d’échange sur les expériences exceptionnelles à l’IMI
15 avril, 19h30 : Conférence de Richard Broughton sur PsiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. et évolution, au Forum 104
27 mai, 19h30 : Conférence de Philippe Guillemant sur les coïncidences, au Forum 104
10 juin, 19h30 : Conférence de Peter Bancel sur le Global Consciousness Project, à l’IMI
11 juin : Assemblée générale de l’A-IMI.