Home
Newsletter Juin 2008

Newsletter Juin 2008

I. META ψ – ASSOCIATION METAPSYCHIQUE DE LAUSANNE
II. CONFERENCE ET SEMINAIRE DE PASCAL LE MALEFAN
III. L’OBE LIEE A UNE AIRE CEREBRALE ?
IV. GABRIEL MARCEL ET LA METAPSYCHIQUE
V. AUTRES NOUVEAUTES

I. META ψ – ASSOCIATION METAPSYCHIQUE DE LAUSANNE

L’association META ψ (Association de MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. de l’Université de Lausanne) va être créée pour les étudiants souhaitant s’intéresser à l’étude des états modifiés de conscience et aux nouvelles perspectives épistémologiques ouvertes par un tel sujet. Pour voir le jour, l’association a besoin du concours d’étudiants en Suisse ayant des projets relatifs à ces questions. Cette initiative est d’ores et déjà soutenue par le Groupe Etudiants de l’Institut MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. International, fondation reconnue d’utilité publique depuis 1919.
L’université de Lausanne propose depuis quelques années un enseignement portant sur les traditions magico-religieuses marginalisées et l’ésotérisme à la Faculté de théologie et des sciences des religions. Cet enseignement, dispensé par la professeure Silvia Mancini, a donné lieu en 2005 à la création d’un DEA et à un colloque sur le thème « L’histoire comparée des religions et les états modifiés de conscience », dont rend compte l’ouvrage La Fabrication du psychisme (La découverte, 2006). La venue de chercheurs de renom, ainsi que la tenue de plusieurs manifestations culturelles et scientifiques, ont mis en évidence la nécessité pressante d’offrir un espace de réflexion autour de tels sujets au sein de l’université.
Afaf Ben Alli, étudiante en lettres à l’UNIL, se tient à disposition pour répondre à toute question ou recueillir toute remarque.
Contact : afaf.benali@unil.ch

II. CONFERENCE ET SEMINAIRE DE PASCAL LE MALEFAN

Pascal LeMaléfan est docteur en psychologie, psychanalyste, maître de conférences HDR à l’Université de Rouen. Il interviendra à l’IMI le VENDREDI 27 JUIN pour un SEMINAIRE DE PARAPSYCHOLOGIEEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. CLINIQUE (14-18h) et pour une CONFERENCE à (à partir de 19h30).

 Conférence : « LA ‘SORTIE DU CORPS’ EST-ELLE UNIQUEMENT DU RESSORT DE LA PARAPSYCHOLOGIEEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. ? »
La « sortie du corps » connaît un regain d’actualité dans le cadre des neurosciences. Naguère étudiée par les sciences psychiques et aujourd’hui par la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. sous l’appellation OBE, elle semble se réduire en une explication mécaniste de nature uniquement cérébrale. Si cet éclairage a l’avantage de donner une soudaine légitimité à un phénomène longtemps jugé marginal car peu concevable, il peut néanmoins être situé dans le cadre général de l’héautoscopie dont il serait une modalité particulière, en lien avec une situation de confrontation au réel de la mort. Il relève ainsi des phénomènes spéculaires et permet de vérifier la structure de dédoublement qui les fonde.
La question est alors celle de savoir pourquoi l’actualité semble révéler une « niche écologique » (Hacking) pour la « sortie du corps ». De quel corps s’agit-il ici ?
Informations pratiques : La conférence aura lieu au siège de l’IMI, 51 rue de l’Aqueduc, Paris 10e, le VENDREDI 27 JUIN à 19h30. Métros Stalingrad ou Louis Blanc.
Tarifs : Conférence : 15 €, étudiants 7 € (sur présentation de la carte).
Réservations au : 01 46 07 23 85 ou sur secretariat@metapsychique.org


 Un SEMINAIRE de PARAPSYCHOLOGIEEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. CLINIQUE est proposé dans le cadre des activités du Service d’Orientation et de Soutien des Personnes Sensibles aux Expériences Exceptionnelles (SOS-PSEE), créé par l’IMI en juin 2007.
Pascal Le Maléfan interviendra sur « PSYCHOPATHOLOGIE CLINIQUE ET PARANORMALITE ». Les participants seront invités à soumettre les situations éventuellement issues de leur propre clinique. De fait cette formation s’adresse avant tout à des cliniciens (psychologues, psychiatres, psychanalystes, psychothérapeutes).
Informations pratiques : Le séminaire aura lieu au siège de l’IMI, 51 rue de l’Aqueduc, Paris 10e, le VENDREDI 27 JUIN 2008 de14h à 18h. Métros Stalingrad ou Louis Blanc.
Tarifs : 65€ pour les professionnels de la santé mentale (psychologues, médecins, psychothérapeute) ; 25€ pour les étudiants (sur présentation de la carte).
Réservations au : 01 46 07 23 85 ou sur secretariat@metapsychique.org dans la limite des 30 PLACES DISPONIBLES.

III. L’OBE LIEE A UNE AIRE CEREBRALE ?

Il y a eu récemment une augmentation notable du nombre d’articles de recherche relatifs à l’étude des OBEs (Out of Body Expériences, Expériences Hors du Corps) qui ont été publiés dans des revues « mainstream ». La plupart de ces articles se sont focalisés sur la recherche d’aires cérébrales qui pourraient être associées à une caractéristique commune de l’OBE – voir son propre corps à distance. L’équipe de l’IMI a traduit un article de Bryan Williams, publié sur le blog Public parapsychology, qui fait l’analyse critique de ces articles. Pascale CATALA, membre du Comité Directeur, ajoute un commentaire montrant de façon claire les enjeux de ce débat scientifique.

Lire l’article.

IV. GABRIEL MARCEL ET LA METAPSYCHIQUE

Un nouvel EXTRAIT DE LA REVUE METAPSYCHIQUE est disponible en ligne. Publié en 1969, il s’agit d’un hommage – au soir de ses 80 ans – au philosophe GABRIEL MARCEL (1889-1973), compagnon de route de la métapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie., qui fut président d’honneur de l’IMI. On apprend combien les phénomènes psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. ont influencé sa philosophie pendant plus d’un demi-siècle. Certaines des intuitions de Marcel pour comprendre ces phénomènes sont toujours d’actualité : le rapprochement entre le processus de la voyance et celui du souvenir ; la distinction entre une transmission de signal et une communion ; le mécanisme possible de la « psychométrieCapacité de prendre connaissance de l'ambiance d'une personne, de ses états affectifs et intellectuels, de son histoire de vie, par l'intermédiaire d'un objet lui appartenant ou ayant été en contact avec elle. », etc. L’auteur de l’article, Marcel Martiny, alors professeur à l’école d’Anthropologie et président de l’IMI, rappelle comment ce grand philosophe français a cherché à observer ces phénomènes dans un cadre scientifique, critiquant justement ces autres philosophes et savants préférant « une fuite devant le hasardeux, mais qui, bien entendu, ne se reconnaît pas elle-même comme fuite. »

Lire l’article.

V. AUTRES NOUVEAUTES

  Bertrand MEHEUST rend à son tour un hommage à notre ancien directeur Hubert LARCHER par un texte intitulé : A MAN FOR ALL SEASONS

  Nouvelle autobiographie d’une parapsychologue, NANCY ZINGRONE

  Exposition sur le peintre médium AUGUSTIN LESAGE jusqu’au 7 septembre à la Maison Rouge. Peintre « sans avoir appris », Lesage avait fait l’objet d’une étude par le Dr Eugène OSTY, alors directeur de l’IMI.

  Vous trouvez en librairie deux ouvrages de poche parus chez Dervy et qui annoncent une série de livres de vulgarisation sur la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.. Ces livres regroupent des témoignages entendus sur Sud Radio, dans l’émission « LES AVENTURIERS DE L’ETRANGE » animée par Louis Benhedi. Une seconde partie expose de manière accessible les recherches scientifiques. Bertrand MEHEUST, membre du Comité Directeur de l’IMI, préface l’un de ces livres.