Home
Newsletter Juillet 2008

Newsletter Juillet 2008

I. UN NOUVEAU DIRECTEUR POUR L’IMI
II. DEUX NOUVEAUX MEMBRES DU COMITE D’HONNEUR
III. REPRISE DES CONFERENCES LE 19 SEPTEMBRE
IV. EN BREF

I. UN NOUVEAU DIRECTEUR POUR L’IMI

Depuis près d’une dizaine d’années maintenant, le renouveau de l’IMI est passé par plusieurs étapes.

Après la refonte progressive d’un Comité Directeur opérationnel, plusieurs actions ont été menées sur différents plans : administratif, institutionnel et scientifique. Parmi les actions les plus marquantes, citons le déménagement de l’IMI dans les locaux actuels ; l’organisation du congrès international de la Parapsychological AssociationLa Parapsychological Association (PA) est une organisation internationale constituée de scientifiques et d'universitaires qui étudient les phénomènes psi, comme la télépathie, la clairvoyance, la psychokinèse, la guérison psychique ou la précognition. La Parapsychological Association est reconnue comme une association scientifique à part entière, étant membre de l'AAAS depuis 1969. C'est le plus important organisme de recherche en parapsychologie. La plupart des parapsychologues sont membre de PA. elle permet de féderer l'ensemble des chercheurs travaillant dans le domaine de la parapsychologie et organise chaque année un congrès où sont publiées les recherches scientifiques des parapsychologues. Elle a pour objectif de promouvoir l'approche scientifique et objective des phénomènes psi et ses membres obeissent à une charte de déontologie., à Paris, en 2002, et de deux congrès Euro-PA en 2003 et 2007 ; plusieurs travaux de recherche menés à bien avec encore de nombreux projets de cours ; participation à la réédition de classiques de la métapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. ; création d’un site internet complet avec traduction d’articles étrangers ; création du Groupe Etudiants de l’IMI ; réorganisation de la bibliothèque ; développement d’actions bénévoles ; relance des conférences et organisation des séminaires ; publication de quatre numéros du Bulletin MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. ; etc.
Sans être exhaustive, cette liste rappelle l’existence d’un mouvement dynamique qui a pris naissance au sein de l’IMI voilà quelques années. Nous pouvons aujourd’hui ajouter un nouveau progrès, une nouvelle étape dans la dynamique actuelle de l’IMI. LE COMITE DIRECTEUR A NOMME ALEXIS CHAMPION AU POSTE DE DIRECTEUR DE L’IMI. Il sera chargé de développer et de coordonner les diverses actions de l’IMI. Cela a pour conséquence la démission d’Alexis du Comité Directeur dont il était membre, étant donné l’incompatibilité institutionnelle entre sa nouvelle et son ancienne fonction.
Mario Varvoglis reste Président de l’IMI.

Alexis_Portrait_IMI-2.jpgDocteur en informatique (intelligence artificielle), il a mené pendant plusieurs années des recherches au sein d’entreprises privées et d’instituts publics (UMR CNRS de Valenciennes, INRETS). Il met actuellement ses compétences en direction de projets au service de grandes entreprises. Il est l’auteur d’une quinzaine d’articles et de communications scientifiques de niveau international dans les domaines de l’informatique, des transports, de la simulation et de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire..
Après deux années passées au comité directeur de l’institut, il est en élu directeur en juin 2008. Dans ce cadre, il s’attache à participer à la définition et à mettre en œuvre un programme de gestion de l’institut considérant particulièrement la recherche, la formation et le service.
Au-delà de son poste directorial, il s’implique dans le développement et la gestion d’une activité de recherche et d’une offre de service relatives à l’application de la perception extra-sensorielle, notamment dans le champ de l’archéologie.

II. DEUX NOUVEAUX MEMBRES DU COMITE D’HONNEUR

Le senior lecturer en psychologie Richard Broughton (Université de Northampton, Angleterre) et la docteur ès lettres Yvonne Duplessis ont accepté d’intégrer le Comité d’Honneur de l’IMI, et nous les remercions grandement pour leur soutien.
Vous pouvez consulter la liste des 26 membres du Comité d’Honneur de l’IMI ici.

III. REPRISE DES CONFERENCES LE 19 SEPTEMBRE

L’IMI est en mesure de vous proposer un programme des conférences pour la saison 2008-2009. Réservez tout de suite vos soirées ! 9 conférenciers de France ou de l’étranger aborderont des thèmes variés comme l’archéologie intuitive, les expériences de mort imminente, l’histoire du voyant Alexis DidierAlexis Didier est considéré comme l’un des Sujet psi les plus doués du XIX ème siècle. Il a participé à de nombreuses séances publiques, aussi bien en France qu’en Angleterre, auprès de scientifiques et personnalités de l’époque. et de la médiumIndividu qui semble produire des phénomènes psi de façon particulièrement intense ou fiable. Le terme "médium" provient à l'origine de la doctrine du spiritisme, qui affirme que le médium est un intermédiaire avec les esprits des défunts. En parapsychologie, on préfère utiliser le terme de sujet psi (en anglais : Psychic). Hélène Smith, etc. D’autres conférences exceptionnelles seront programmées en cours d’année, avec Maud Kristen, Jacques Vallée, Erlendur Haraldsson et d’autres surprises.

La première conférence aura lieu le vendredi 19 septembre et portera sur la « communication facilitée » (ou psychophanie), une méthode thérapeutique récente qui fait débat. La conférencière est Sylvie Drouot, thérapeute, et élève d’Anne-Marguerite Vexiau. Voici la présentation de cette première conférence.

Sylvie Drouot, LA COMMUNICATION FACILITEE : LE POINT SUR LA QUESTION

Lorsqu’elle est partie en Australie en 1992 pour apprendre la communication facilitée, Anne-Marguerite Vexiau ne savait pas à quel point la méthode qu’elle allait introduire en France était extraordinaire. Soutenir la main de quelqu’un pour lui permettre de parler (comme elle le relate dans son premier livre « Ta Main pour parler ») c’est en effet ouvrir à la personne « facilitée » la voie de l’expression consciente de ses pensées, désirs, souffrances et joies, mais c’est aussi lui donner accès à son être le plus profond… Voilà pourquoi faire une séance de communication facilitée, en conscience, ou de psychophanie, en prise avec les profondeurs de l’être, est toujours, pour le/la facilité(e) comme pour la facilitante que je suis, une expérience hors du commun, que je vais tâcher de vous faire partager au cours de cette conférence.

Infos pratiques : La conférence aura lieu le VENDREDI 19 SEPTEMBRE 2008 à 19h30, au siège de l’IMI, 51 rue de l’Aqueduc, 75010 Paris, métro Stalingrad ou Louis Blanc.
Tarifs : L’entrée est fixée à 15€, et 7€ pour les étudiants et les chômeurs.
Réservations : secretariat@metapsychique.org ou en appelant au 01 46 07 23 85.

IV. EN BREF

 Décès de Montague Ullman le 7 juin 2008. Psychiatre et psychanalyste, il fonda le Dream Laboratory du Centre médical du Maimonides à Brooklyn, New York. Il y mena notamment de célèbres expériences sur le rêve télépathique.

 Dernière biographie d’un parapsychologue traduite à partir du blog de la Parapsychology Foundation. Il s’agit de Paul Stevens, de la Koestler Parapsychology UnitLa Koestler Parapsychlogy Unit (KPU) est le principal laboratoire de parapsychologie universitaire de Grande-Bretagne. Fondé dans les années 1980 grâce à un leg d'Arthur Koestler, la chaire de parapsychologie ainsi créée a été dirigée par le célèbre parapsychologue Robert Morris jusqu'en août 2004, date à laquelle il décéda soudainement. Plusieurs étudiants diplômés d'un doctorat du KPU sont devenus chercheurs dans d'autres universités de Grande-Bretagne et ont mis en place différents laboratoires de parapsychologie universitaires. La KPU est actuellement dirigé par Caroline Watt. d’Edimbourg.

 Christine Brusson vient de publier un roman sur Alexis DidierAlexis Didier est considéré comme l’un des Sujet psi les plus doués du XIX ème siècle. Il a participé à de nombreuses séances publiques, aussi bien en France qu’en Angleterre, auprès de scientifiques et personnalités de l’époque. (Editions du Rocher, 2008) et nous parlera lors d’une conférence en compagnie de Bertrand Méheust en décembre.