Home
Newsletter janvier 2009

Newsletter janvier 2009

Toute l’équipe de l’IMI se joint à moi pour vous souhaiter une bonne année 2009. Et pour commencer sur les meilleures bases possibles, l’IMI vous offre un « Livre Blanc de la ParapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. » qui propose, sur 115 pages, un tour d’horizon de la parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. telle qu’elle se fait dans le monde ; et aussi deux conférences de spécialistes ; la prochaine journée inaugurale de l’Association des Amis de l’IMI ; et la traduction d’un article de parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. théorique récent.

I. LE LIVRE BLANC DE LA PARAPSYCHOLOGIEEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire.
II. CONFERENCES SUR LES EXPERIENCES EXTRAORDINAIRES LE 30 JANVIER ET LE 6 FEVRIER
III. PROCHAINS EVENEMENTS AVEC L’ASSOCIATION A-IMI
IV. UN NOUVEL ARTICLE DE PARAPSYCHOLOGIEEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. THEORIQUE
V. EN BREF

I. LE LIVRE BLANC DE LA PARAPSYCHOLOGIE

L’Institut MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. International vous propose un travail de recensement des sociétés de parapsychologieEtude rationnelle et pluridisciplinaire des faits semblant inexplicables dans l'état actuel de nos connaissances, et mettant en jeu directement le psychisme et son interaction avec l'environnement. C’est en 1889 que l’Allemand Max DESSOIR proposa les termes de parapsychologie pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques", et de paraphysique pour désigner des phénomènes objectifs qui paraissent échapper aux lois de la physique classique. On parle plus spécifiquement de parapsychologie expérimentale pour désigner la parapsychologie dans le cadre du laboratoire. de par le monde, présentant leur organisation et leurs recherches.

http://www.metapsychique.org/Le-Livre-Blanc-de-la.html

Dans l’article ci-dessus, vous trouverez l’introduction et la synthèse de ce travail effectué en 2008.
Vous pouvez également télécharger gratuitement l’intégralité du Livre Blanc de la Parapsychologie.

II. CONFERENCES SUR LES EXPERIENCES EXTRAORDINAIRES LE 30 JANVIER ET LE 6 FEVRIER

Pour commencer cette année, deux spécialistes des expériences extraordinaires, c’est-à-dire les expériences vécues comme paranormales par une partie non négligeable de la population, ont été invités par l’IMI à présenter leurs travaux au public. Et nous sommes heureux de pouvoir vous annoncer que la deuxième saison des séminaires dispensés par des membres de l’Institut MétapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. International commencera à partir de mars 2009.

Dr Jean-Pierre Jourdan, Expériences de Mort Imminente : un phénomène nouveau sous les yeux de la science

Toutes les études hospitalières sur les EMI amènent aux mêmes conclusions, et de nos jours plus personne, même parmi les sceptiques, ne peut nier l’existence -sinon la réalité- de ces expériences.
Pourtant, si 30 ans ont passé depuis que ces dernières sont apparues sous les yeux de la science, aucune discipline n’a pu à ce jour proposer une explication qui rende compte de l’ensemble de leurs caractéristiques, en particulier la persistance de la conscience, une perception -avérée par des détails objectifs et des repères temporels- et une mémorisation théoriquement impossibles compte tenu des circonstances, sans oublier les retentissements d’ordre existentiel et éthique qui sont étonnants au vu de la courte durée de l’expérience.
Beaucoup plus qu’une simpliste interrogation sur la « vie après la mort », les EMI sont certainement une mine d’or pour l’étude de notre conscience. Comment aborder l’étude scientifique de ces expériences ? Quelles sont les pistes et les expérimentations possibles ? Comment éviter les pièges et malentendus d’une recherche qui touche autant à la science qu’à la transcendance ?
Jean-Pierre Jourdan est médecin, vice-président et directeur de la recherche médicale de Iands-France.
Cette conférence aura lieu le vendredi 30 janvier 2009, à 19h30,
au Forum 104, 104 rue de Vaugirard, Paris 6e, dans la salle « Bibliothèque ».
Métros : Saint-Placide (ligne 4), Montparnasse-Bienvenüe (lignes 4, 6, 12, 13)
Tarifs : Conférence : 15 €, étudiants ou chômeurs : 7 € (sur présentation de la carte).
Réservations au : 01 46 07 23 85 ou sur secretariat@metapsychique.org

Stéphane Allix, Autour de l’INREES et du Manuel clinique des expériences extraordinaires

Le journaliste Stéphane Allix a co-fondé l’Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires (INREES, www.inrees.com) en juin 2007. L’un des objectifs de cette association est de sensibiliser les professionnels en santé mentale, les médecins et les soignants en général, aux expériences extraordinaires que disent traverser un grand nombre de personnes. Leurs témoignages portent sur des visions qualifiées de surnaturelles, le vécu de phénomènes physiques ou subtils de nature inexplicable, des épisodes intenses vécus au seuil de la mort, ou au retour d’une expérience de mort imminente, des communications ou des rencontres avec des entités, ou des esprits, des transformations psycho spirituelles…
Depuis novembre 2007, l’INREES a eu pour priorité la rédaction d’un Manuel clinique des expériences extraordinaires qui a reçu le soutien de plusieurs membres de l’IMI. Ce manuel vise à présenter par catégorie une description clinique de la totalité des expériences extraordinaires répertoriées à ce jour, ainsi que des suggestions d’approches thérapeutiques et d’écoute. Cet ouvrage novateur et très attendu a pour but de proposer des outils de connaissance et de réponse thérapeutique à des professionnels en santé mentale souhaitant être mieux informés des connaissances scientifiques actuelles sur ces expériences extraordinaires. Avec quelle méthodologie dissocier dans le récit d’une expérience extraordinaire le pathologique du non pathologique ? Et que faire ensuite ? Stéphane Allix nous parlera de ce manuel et des nombreuses rencontres qui l’ont accompagné.

Cette conférence aura lieu le vendredi 6 février 2009, à 19h30,
au Forum 104, 104 rue de Vaugirard, Paris 6e, dans la salle « Les Glycines ».
Métros : Saint-Placide (ligne 4), Montparnasse-Bienvenue (lignes 4, 6, 12, 13)
Tarifs : Conférence : 15 €, étudiants ou chômeurs : 7 € (sur présentation de la carte).
Réservations au : 01 46 07 23 85 ou sur secretariat@metapsychique.org

III. PROCHAINS EVENEMENTS AVEC L’ASSOCIATION A-IMI

Merci à tous ceux qui ont assisté à la journée d’inauguration de l’ASSOCIATION DES AMIS DE L’IMI du 22 novembre 2008. Ce fut une rencontre chaleureuse et prometteuse. Plusieurs d’entre vous ont souffert d’un problème indépendant de notre volonté : en effet, le site « Mappy » n’indiquait pas la bonne adresse pour la Maison des Associations du 10e arrondissement. Pour tous ceux qui n’ont pas pu participer à cette journée inaugurale, sachez dès à présent qu’elle sera reconduite avec le même enthousiasme.

PROCHAINE JOURNEE INAUGURALE :
le SAMEDI 24 JANVIER 2009 de 14h00 à 17h00
au 206 quai de Valmy 75010-Paris (Maison des Associations du 10ème arrondissement). Métro Jaurès (lignes 2, 5, 7bis).

L’inscription est gratuite mais obligatoire, car le nombre de places est limité. Elle se fait via le site www.a-imi.org

Le prochain CAFE METAPSYCHIQUE se tiendra le SAMEDI 14 FEVRIER, de 16H30 à 18H30 au siège de l’IMI, 51 rue de l’Aqueduc, Paris 10e (Métro Stalingrad). Il est ouvert à tous. La participation aux frais demandée est de 3 € pour les membres et de 5 € pour les non-membres. Le nombre de places est limité à trente.

Il vous est maintenant possible de DEVENIR MEMBRE ADHERENT D’A-IMI, en remplissant le formulaire prévu à cet effet.

IV. UN NOUVEL ARTICLE DE PARAPSYCHOLOGIE THEORIQUE

Après l’enthousiasme faisant suite aux interventions du physicien et psychologue Walter von Lucadou à l’IMI, en novembre, nous vous proposons la traduction d’un nouvel article qu’il a co-écrit avec Hartmann Römer (chaire de physique théorique de l’Université de Freiburg) et Harald Walach (Professeur de psychologie à l’Université de Northampton). L’article, intitulé « Les phénomènes synchronistiques en tant que corrélations d’intrication dans la Théorie Quantique Généralisée », a été publié dans le Journal of Consciousness Studies en 2007.

Cet article présente un modèle théorique original qui nécessite encore d’être validé par des spécialistes sur la base de nouvelles données expérimentales. Il est néanmoins conçu avec rigueur et fait l’objet de plusieurs publications et discussions à l’étranger.

RESUME : Les phénomènes synchronistiques ou psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi. sont interprétés comme des corrélations d’intrication dans une théorie quantique généralisée. En partant du principe que des corrélations d’intrication ne peuvent pas être employées pour une transmission d’information, nous pouvons déduire l’effet de déclinTendance des résultats à décroître au cours d’une session, ou encore lors d’une expérimentation générale., fréquemment observé dans les expériences psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi., et nous proposons des stratégies pour le supprimer et améliorer la visibilité des effets psiThouless et Wiesner ont introduit en 1942 l’expression "Phénomène psi" (et non "psy"), de la lettre grecque Psi, qui se voulait un terme neutre simplement destiné à désigner le "facteur inconnu" dans les expériences de parapsychologie, en opposition avec les communications sensori-motrices habituelles. On utilise ainsi le terme psi comme signifiant de façon générale une communication anormale avec l’environnement (perceptions extra-sensorielles ou psychokinèse). On utilise fréquemment en parapsychologie les expressions de sujet psi, de perceptions psi et de phénomènes psi.. Des exemples illustratifs sont discutés.

V. EN BREF

  La recension par Edward F. Kelly du livre IRRECUDIBLE MIND (2005) traduite du Blog de la Parapsychology Foundation

  Le NUMERO DE PORTABLE de la ligne téléphonique SOS-PSEE a changé : c’est maintenant le 06 47 76 50 45, ou toujours sospsee@gmail.com pour vos demandes d’orientation ou de soutien autour de vos expériences exceptionnelles.