-  Mots clés de ce groupe

- Ganzfeld
- Parapsychologie expérimentale
- agent
- Biais
- Bio-feedback
- Cible
- Effet expérimentateur
- Effet de déclin
- Effet mouton-chèvre
- Approche élitiste
- Feedback
- Générateur de nombres aléatoires
- Jeux psi
- Juge aveugle
- Méta-analyse
- Pattern
- Psi réceptif
- Psi
- Psi projectif
- Psi négatif
- Reproductibilité
- Signification statistique
- Approche universaliste
- Percipient
- electro-encephalogramme (EEG)
- Elusivité
- Tychoscope
- Remote Viewing
- Dare Viewing


Parapsychologie expérimentale

Etude des perceptions extra-sensorielles et de la psychokinèse dans le cadre du laboratoire.

Articles

Psi réceptif et psi projectif
Les phénomènes psi sont entendus aujourd’hui comme des interactions esprit-matière qui ne sont pas explicables par nos systèmes habituels de perception (nos cinq sens), de cognition (mémoire, traitement d’informations), ou d’action (le système moteur).

Recueil de preuves en faveur du psi
Cet article a pour objectif de permettre un examen approfondi des expériences apportant des preuves en faveur de l’existence des phénomènes psi. Les références données dans cet article ne sont pas destinées à convaincre le lecteur de la réalité du psi. Elles ont pour ambition de fournir des arguments solides en vue de légitimer la recherche dans le domaine de la parapsychologie. En effet, les effets psi observés en laboratoire ne sont pas marginaux ou non reproductibles, bien qu’il soit clair que dans de nombreux cas, ils semblent dépendants de certains expérimentateurs et sujets. Cet article inclut des références d’expériences scientifiques, d’analyses statistiques utilisant les méta-analyses, d’expériences qualitatives effectuées avec des sujets doués et d’expérimentations ayant pour objectif de prouver la réalité du psi. Une évaluation critique de ce travail sera également proposée. Des liens vers les documents disponibles sur Internet ont été mentionnés. Enfin, nous verrons que des recherches prenant en compte des perspectives théoriques sont nécessaires, en particulier celles portant sur une éventuelle influence de l’expérimentateur.

Evaluation de preuves en faveur de l’existence des phénomènes psi
Pendant près de 20 ans, des recherches financées par le gouvernement américain ont été effectuées sur les mécanismes du psi au Stanford Research Institute (SRI) ainsi qu’au Science Applications International Corporation (SAIC). Bien que la grande majorité des recherches effectuées sur le sujet soit classée secret-défense, la CIA a demandé à deux scientifiques d’évaluer les résultats obtenus lors de ces recherches après leur arrêt officiel en 1995. Nous vous proposons ici l’un de ces deux rapports : celui de Jessica Utts, staticienne et parapsychologue américaine, qui se propose de déterminer si oui ou non les phénomènes psi ont été prouvés et s’ils représentent un intérêt pour le gouvernement américain, en particulier dans le domaine du renseignement.

Does Psi Exist ? Replicable Evidence for an Anomalous Process of Information Transfer (JPEG)
"Does psi exist ?" fut publié dans le Psychological Bulletin en 1994. Il a été co-écrit par Charles Honorton, l’un des pionniers de la recherche en parapsychologie, et Daryl J. Bem, professeur de psychologie à l’Université de Cornell. Ces deux chercheurs y exposent les résultats obtenus avec le protocole le plus utilisé en parapsychologie jusqu’en 1994 : le Ganzfeld. Depuis, le nombre d’expériences de Ganzfeld effectuées a encore augmenté (plus d’une centaine ont été réalisées). Vous trouverez à la suite de cet article quelques liens vers d’autres publications sur le sujet.

Le rêve télépathique. Avancées expérimentales et cliniques
Le docteur Montague Ullman fut directeur du département de psychiatrie du Maimonides Medical Center de New-York où il mit en place, en 1961, l’un des premiers laboratoires du sommeil dédié à l’étude expérimentale des rêves et de la télépathie. Professeur émérite du département de psychiatrie du Albert Einstein College of Medicine, Yeshiva University, ancien président de la Parapsychological Association et membre à vie de l’American Psychiatric Association, il a publié de nombreux articles neurophysiologiques et cliniques portant sur l’étude des rêves. Dans cet article, extrait de l’ouvrage “Psychoanalysis and the Paranormal : Lands of Darkness”, publié en 2003, Montague Ullman revient sur les célèbres expériences étudiant les rêves télépathiques effectuées au Maimonides Medical Center.

L’usage des statistiques
Un des principes de base pour l’évaluation statistique d’un résultat scientifique — quel qu’en soit le domaine — est la courbe "normale" ou "gaussienne". Ayant une forme qui ressemble à une cloche, cette courbe représente le comportement théoriquement prévu pour un échantillonnage important d’événements aléatoires.

Psi et cerveau : évolution de la recherche, des techniques et des connaissances
Cet article de Cheryl Alexander, proposé lors du congrès de la parapsychological association de 2002, retrace l’évolution de la recherche et des connaissance des relations entre les phénomènes psi et le cerveau humain.

Le rôle éventuel de l’intention, de l’attention et de l’attente dans la vision à distance
La vision à distance, appelée remote viewing en anglais, est une technique permettant de favoriser chez des sujets psi des descriptions précises de cibles situées à distance. A partir des années 1970 et jusqu’en 1995, le gouvernement américain a financé un programme de recherche centré sur cette technique. Joseph McMoneagle était l’un des "espions médiums" qui travaillait au sein de ce programme dirigé notamment par le physicien Edwin C. May. Dans cet article, présenté lors du congrès 2004 de la Parapsychological Association, Mc Moneagle et May résument quelques expériences récentes de vision à distance et s’interrogent sur le rôle de l’intention, de l’attention et de l’attente lors de ce type de recherches.

Protocole d’expérience utilisant des flashs lumineux
Une expérience particulièrement étonnante, comportant une cible plutôt inhabituelle, impliquerait qu’un sujet peut réagir à des stimulis psi, même s’il n’en est pas conscient. Une expérience sur ce sujet a notamment été conduite au Stanford Research Institute (SRI) par Russel Targ et Harold Puthoff. Ces deux physiciens décidèrent de vérifier si un sujet est ou non capable de manifester une réaction physique inconsciente à des flashs lumineux éblouissants, administrés dans les yeux d’un agent situé dans une autre pièce, en des moments déterminés au hasard.

La parapsychologie quantitative et les travaux de J.B. Rhine
Les phénomènes parapsychologiques ont fait l’objet de divers travaux systématiques en laboratoire. Parmi ces travaux, les plus connus sont ceux de l’Américain J.B. Rhine vers 1930. G. Nicoulaud (X 52) ingénieur conseil en systèmes informatiques décrit ces travaux et en fait un examen critique.

AGAPE : Une expérimentation au long cours sur la télépathie en groupe
Agapé est une recherche qui a été effectuée par l’un des membres du comité directeur de l’IMI, Bernard Auriol. Il s’agit d’une expérimentation au long cours sur la télépathie en groupe.

Etude psychophysiologique d’expériences de sortie hors du corps chez un sujet choisi
Charles T. Tart a effectué un nombre important d’expériences pour tenter de comprendre scientifiquement les "sorties hors du corps". Cet article, publié initialement dans le Journal of the American Society for Psychical Research en 1968, est un exemple du type de recherche effectuée sur le sujet.

Correlations of Random Binary Sequences with Pre-Stated Operator Intention (JPEG)
Le PEAR (Princeton Engineering Anomalies Research) a été fondé en 1979 à l’initiative de Robert G. Jahn, alors doyen de la faculté d’ingénierie et de sciences appliquées de l’université de Princeton. Ce laboratoire d’ingénierie, toujours en activité, propose une approche qui se distingue d’une démarche parapsychologique "classique" car elle est tournée plus spécifiquement vers des aspects physiques et techniques. Les chercheurs du PEAR ont ainsi mené des expériences originales, en particulier sur la psychokinèse, en étudiant d’éventuelles influences de sujets sur des Générateurs de Nombres aléatoires (GNA), mais aussi en utilisant des systèmes moins conventionnels, comme des cascades mécaniques aléatoires (RMC experiments), des pendules, ou encore des franges d’interférence. Cet article expose les résultats accumulés au cours de 12 années d’expériences de micro-psychokinèse au sein de ce laboratoire. Son principal intérêt réside dans la quantité importante des données étudiées, permettant ainsi de mettre à jour un certain nombre de caractéristiques des phénomènes observés.

Science, recherche sur le paranormal et croyances irrationnelles : quel est le lien ?
L’idée de ce mémoire vient d’un article polémique écrit par un historien et professeur de philosophie français, Bertrand Méheust et paru dans Alliage (1996). Ses affirmations étaient alors les suivantes (elles concernent essentiellement la situation en France) :

(GIF) Le Ganzfeld au laboratoire PRL
Le ganzfeld (champ sensoriel uniforme) est un protocole d’induction d’un état hypnagogique pour les expériences de télépathie.

Les résultats de la parapsychologie
Présentation succinte des principales expériences de parapsychologie les plus concluantes et des connaissances acquises par le biais de ces expériences.

Situation de la parapsychologie scientifique : bilan et perspectives
Publié initialement dans "La Gazette Fortéenne" en 2002, cet article se propose de dresser un bilan sommaire de la parapsychologie scientifique, en passant en revue son historique, ses résultats, ses controverses, tout en essayant d’expliciter son positionnement et sa spécificité au sein du contexte du « Paranormal ». Une attention particulière est portée à la situation en France.

Les évolutions de la parapsychologie expérimentale
Cet article propose un rapide survol de l’évolution historique de la démarche des principaux chercheurs ayant développé l’approche expérimentale en parapsychologie.

Etude de terrain d’un effet activateur sur les graines de laitue - Reproduction expérimentale
En parapsychologie il existe une expérience classique de soin par guérisseur dans laquelle des graines sont stressées et ensuite distribuées au hasard entre un groupe traité et un groupe contrôle (e.g. Grad, 1963, 1964). Plusieurs de ces études ont montré un taux de germination et une croissance plus élevés dans le groupe faisant l’objet d’un soin.

Les progrès des recherches sur le psi : La chaire Koestler de parapsychologie de l’Université d’Edimbourg
Ce document est le résumé d’un article d’Adrian Turpin, intitulé "Scepticbusters" ("les chasseurs de sceptiques"), et publié dans le Financial Times du 1er avril 2005. Il propose un bref aperçu des recherches effectuées à la Koestler Parapsychology Unit d’Edimbourg ainsi que quelques arguments de sceptiques et de parapsychologues concernant l’état actuel des recherches sur le psi.

(GIF) Les travaux de J.B. Rhine à la Duke University
Présentation générale des travaux effectués par J.B. Rhine à la Duke University.

(GIF) Mademoiselle Z et les "sorties hors du corps"
Le parapsychologue américain Charles Tart a mis en place, dans les années 1960, un protocole expérimental en vue de tester en conditions contrôlées les "Out of Body Experience" (OBE, "sortie hors du corps" en français).

L’impression d’être observé
Le biologiste Rupert Sheldrake a développé plusieurs expériences afin d’étudier scientifiquement des situations de la vie quotidienne pouvant impliquer des perceptions psi. C’est dans cette perspective qu’il a étudié un phénomène rapporté par de nombreuses personnes, à savoir l’impression de sentir lorsque l’on est regardé. S’agit-il d’une impression subjective et illusoire ou d’un effet réel ? Sheldrake a mis en place depuis plusieurs années des recherches visant à répondre à cette question. Elles ont donné lieu à des résultats probants qui ont engendré de vives polémiques. Dans son numéro du mois de juin dernier, le Journal of Consciousness Studies s’est fait l’écho de ces recherches et de leurs critiques. Nous vous proposons la traduction de la première partie de l’un des articles, publié par Sheldrake dans ce numéro, et qui offre un panorama des recherches récentes effectuées sur l’impression d’être regardé.

Le psi missing et l’effet mouton-chèvre
Le Psi missing est l’une des plus surprenantes découvertes de la parapsychologie moderne. Il peut arriver que certains sujets donnent de mauvaises réponses lors de tests psi, et cela de façon récurrente. L’accumulation des réponses erronées suggère alors que quelque chose d’autre qu’une simple absence de capacités psi est en jeu, comme si ces personnes utilisaient le psi pour éviter la bonne cible, « sabotant » ainsi inconsciemment leurs propres résultats !

Réponses à choix forcé et réponses libres
Les expérimentateurs psi ont l’habitude de distinguer les expériences à choix forcé et les expériences à réponse libre. Ces deux types sont utilisés lors des tests. Si l’on compare les expériences sur le psi aux tests que l’on fait passer dans les universités, on peut dire qu’une expérience à choix forcé ressemble à un examen à choix multiples, et qu’une expérience à réponse libre est comparable à un examen qui nécessite la rédaction d’un texte de la part de l’étudiant.



Sur le Web


Les autres mots clés



-  Tous les mots clés :