Home
Le Zetetic Scholars en ligne

Le Zetetic Scholars en ligne

George Hansen propose sur son site cinq numéros du Zetetic Scholars qui peuvent être téléchargés gratuitement.

Fondé par le sceptique Marcello Truzzi, Le Zetetic Scholars était l’une des meilleures – si ce n’est la meilleure – publication sceptique portant sur le « paranormal ». Cette revue de référence, publiée jusqu’en 1987, avait pour particularité de proposer un abord à la fois sceptique et ouvert à l’étude scientifique des phénomènes dits « paranormaux ».

Marcello Truzzi avait fondé cette revue en prenant en compte l’existence du pseudo-scepticisme, un courant de pensée s’intitulant également scepticisme, mais caractéristé par une approche idéologique et fermée des phénomènes dits « paranormaux ». C’est pour cette raison qu’après avoir co-fondé le CSICOP (renommé, depuis 2006, CSI) avec Paul Kurtz, Truzzi avait décidé de quitter ce groupe de sceptiques souvent critiqué pour son manque d’impartialité. Il avait égalément utilisé le terme zetetic pour se démarquer de l’expression scepticisme trop souvent liée au pseudo-scepticisme.

Ce mélange d’ouverture et de rigueur se traduit notamment par un comité éditorial composé de plusieurs parapsychologues célèbres (Robert MorrisRobert Morris a occupé la chaire de parapsychologie Koestler de l’Université d’Edimbourg, dès sa création en 1985. Il a fortement aidé au développement de la parapsychologie scientifique dans les universités britanniques. Après une thèse de psychologie, Robert Morris a été formé à la parapsychologie à la Foundation for the Nature of Man à Durham, en Caroline. Il a ensuite effectué deux années de recherches post-doctorales au centre de gérontologie de l’Université de Duke. Il a également travaillé à la Psychical Research Foundation, à Durham, avant d'arriver à l’Université d’Edimbourg, en 1985. Plus d'une dizaine d'étudiants ont terminé leur thèse sous la direction de robert Morris à la Koestler Parapsychology Unit (KPU). Il a également publié plus d'une centaine d'articles scientifiques, certains en psychologie comparative mais la majorité concernait la parapsychologie. Ses recherches portaient notamment sur les comportements sociaux des animaux, la psychologie de la fraude et divers aspects de la parapsychologie. Robert Morris est décédé brutalement, en août 2004, suite à une crise cardiaque après son retour du congrès annuel de la Parapsychological Association (PA). et Charles Tart) et une qualité de publication que l’on retrouve rarement dans les revues sceptiques actuelles. Il s’agit là d’un exemple qui démontre que la collaboration entre sceptiques et parapsychologues est possible quand l’approche sceptique est à la fois scientifique, respectueuse et ouverte.