Imprimer cette page

Conférences et activités 2016-2017

lundi 26 septembre 2016. publié par, IMI
 
21 octobre 2016 Renaud Evrard Nouvelle approche des NDE Workshop
25 novembre 2016 Laurent Kasprowicz Coups de fil de l’audelà Conférence
16 décembre 2016 Walter Von Lucadou 50 années d’étude Conférence
10 février 2017 Erlendur Haraldsson Les grands mediums Conférence
24 mars 2017 Jean-Pierre Gerbaulet Science et spiritualité Conférence
27 avril 2017 Jean-Pierre Rospars Neurosciences et psi Conférence
26 juin 2017 Jacques Vallée Le point sur les Ovnis Conférence

Les grands médiums à « effets physiques » et les différences dans l’expression de leurs phénomènes

Présentation par l’auteur :

J’aborderai dans cette conférence le cas de 6 célèbres médiums : l’écossais Daniel Dunglas Home, l’italienne Eusapia Palladino, le polonais Franek Kluski (lequel a été étudié par l’IMI), le danois Einer Nielsen, l’autrichien Rudi Schneider, et l’islandais Indridi Indridason.

Des rapports détaillés des séances d’Indridi ont été conservés, comparables à ceux de Sir William Crookes concernant son investigation auprès de D.D. Home, ou ceux de Gustave Geley sur Franek Kluski. On a pu constater des raps et des coups, des mouvements et des lévitations d’objets ou du médium lui-même, d’inexplicables musiques jouées par des instruments, des souffles semblant provenir d’une bouche invisible, des voix, des matérialisations, d’étranges odeurs, des apports... Tous ces phénomènes ne se sont pas produits avec tous les médiums. Il y a eu d’importantes et intéressantes différences de l’un à l’autre. Pour prendre un exemple, avec Indridi des voix émanant directement de « communicateurs » ont été entendues dans 77% des séances qui ont fait l’objet d’un rapport. Elles ont été entendues dans différents emplacements de la salle dans laquelle se déroulait la séance, et éloignés du médium. Des chants ont également été entendus, quelquefois semblant émaner en même temps de deux chanteurs confirmés, un soprano et un baryton, alors que des voix directes ont rarement été entendues dans le cas de D .D. Home, et jamais avec Einer Nielsen et Rudi Schneider.

Je présenterai donc la manière dont l’apparition ou non, la fréquence et l’intensité des différents phénomènes varient d’un médium à l’autre.

Cette conférence sera accompagnée de nombreuses photos.

Le conférencier
(JPEG) Erlendur Haraldsson est professeur émérite de psychologie à l’université d’Islande. Il a publié de nombreux articles dans des journaux scientifiques. Il est de plus l’auteur de plusieurs livres, certains publiés en plusieurs langues, dont un en français : Ce qu’ils ont vu... Au seuil de la mort. Paris : Club Loisirs, 1983. En 2012, il a publié The Departed among the living. An Investigative Study of Afterlife Encounters chez Haftad, en 2013 Modern Miracles : The Story of Sathya Sai Baba : A Modern Day Prophet, en 2015 Indridi Indridason : The Icelandic Physical Medium.

Le conférencier s’exprimera en anglais et il y aura une traduction en français.

Phénomènes paranormaux : 50 années d’études

Le service de Consultation en Parapsychologie de Freiburg

par Walter von Lucadou

L’approche que j’ai développée durant les 50 dernières années de recherche et d’investigation dans le champ de la parapsychologie m’a conduit à une conception plus claire et naturelle des phénomènes paranormaux. Après avoir écouté des milliers de personnes qui rapportent des expériences paranormales dans le cadre de notre service de consultation, j’en suis arrivé à la conclusion que le paranormal - qui reste toujours un tabou dans notre société - est tout à fait « normal », dans le sens où nous n’avons nul besoin de supposer des interactions avec des esprits ou des entités désincarnées, pas plus que nous n’avons besoin d’imaginer des dimensions transcendantales. En revanche, comme la vision du monde réductionniste nous semble insuffisante pour comprendre ces phénomènes, nous proposons de la compléter avec un modèle holistique, le Modèle d’Information Pragmatique (MPI). Ce modèle emprunte le formalisme de la mécanique quantique. Dans le cadre des cas spontanés, le MPI s’est révélé extrêmement fructueux, en permettant aux individus confrontés à des expériences paranormales d’arriver à une meilleure compréhension de leur vécu et de se prendre en charge eux-mêmes.

Le conférencier

Dr. Walter von LUCADOU a obtenu un doctorat de physique en 1978 à l’Université de Freiburg, et un doctorat en psychologie en 1986 à l’Université de Berlin. De 1979 à 1985, il a été assistant professeur à la chaire de "Psychologie et zones frontières de la psychologie" à l’Université de Fribourg, et assistant de recherche visiteur de 1986 à 1987 à l’Université d’Utrecht, aux Pays-Bas. Depuis 1988, il dirige le "Service de Consultation Parapsychologique" à Freiburg. Il est l’auteur de nombreux livres et de nombreuses publications scientifiques dans des revues à comité de lecture.

"Des coups de fil de l’au-delà ?"

Charles Peck est pris dans un terrible accident de train. Toute la journée, sa famille reçoit des appels émis depuis son téléphone portable mais il ne parle pas. Il y a une bonne raison à cela et ils l’apprennent dans la soirée : il a été tué sur le coup. Les médecins sont formels. Qui a donc passé ces coups de fil depuis son téléphone portable ?

En 2004, l’auteur de cette conférence perd sa chienne emportée par la maladie. La semaine qui suit, il reçoit de nombreux coups de téléphone, jour et nuit avec personne au bout du fil. Il se met à les enregistrer pour, pense-t-il alors, avoir des preuves d’un canular... Jusqu’à ce que... .

Le phénomène des coups de téléphone post-mortem est peu connu en France.. l’auteur le met en lumière, montre ses caractéristiques et pose la question : qu’est-ce que tout cela signifie ?

Le conférencier

Laurent Kasprowicz (JPEG)

Laurent Kasprowicz, Docteur en Sociologie, enseignant, a vécu des phénomènes paranormaux et s’interroge sur la nature de ces derniers depuis. Il est l’auteur du livre « Un coup de fil de l’au-delà » sorti en 2015 et « Quand les morts nous contactent » sorti en octobre 2016.







L’énergie du désespoir : les expériences de mort imminente nous disent-elles vraiment quelque chose de la mort ?

Présentation par Renaud Evrard d’une nouvelle approche des NDE :

L’expression "l’énergie du désespoir" est bien curieuse. Elle semble insinuer qu’une force insoupçonnée se cache dans le désespoir, lorsqu’il n’y a plus rien à perdre. Face à des situations de danger mortel (accidents, noyades, etc.), certaines personnes disent être entrées dans un état de conscience étrange, mêlant une pensée plus rapide et plus claire avec une vision panoramique de leur vie, un détachement par rapport à leur corps physique, et plusieurs autres bizarreries. Etudiés par les psychologues depuis la fin du XIXe siècle, ces vécus sont aujourd’hui connus sous le nom "d’expériences de mort imminentes". La nature de ces vécus continue à poser question : simples illusions ou phénomènes nous indiquant une autre réalité, mais alors laquelle ? Depuis quelques années, je travaille sur un modèle psychologique de ces expériences à partir d’une critique de travaux contemporains. Il indique que ces expériences nous renseignent davantage sur la vie que sur la mort. Ce modèle, toujours en cours d’élaboration, pourra faire l’objet d’un exposé suivi de discussions dans le cadre de ce Workshop.

Le conférencier
Renaud Evrard Greenwich (JPEG) Renaud Evrard est maître de conférences en psychologie clinique à l’Université de Lorraine. Il est l’auteur de Folie et paranormal : vers une clinique des expériences exceptionnelles (2014) et La légende de l’esprit : enquête sur 150 ans de parapsychologie (2016). Il a co-fondé en 2009 le Centre d’information, de recherche et de consultation sur les expériences exceptionnelles.

Science et spiritualité

Science et spiritualité peuvent-elles se rejoindre ?

et aider à définir cette branche négligée de la science qu’est le Psi


Jean-Pierre Gerbaulet se propose, dans cette conférence, de nous apporter une méthodologie d’exploration des divers niveaux possibles de perception du monde manifesté et non-manifesté. Ses conclusions, qui n’engagent que lui, s’inspirent largement de l’ensemble des spiritualités occidentales et orientales.

Présentation par le conférencier :

Aujourd’hui, les avancées des sciences nous amènent à nous poser de nouvelles questions sur la nature de la Conscience, et il semblerait qu’un dialogue s’amorce entre Science et Spiritualité. Est-il possible d’imaginer une architecture unique de la Réalité, et un modus vivendi entre des modes de pensée différents, où personne n’aurait ni raison ni tort, chacun ayant sa vision particulière de la Réalité, en fonction du point de vue de ses observations ?

Notre but n’est pas de préconiser un modèle global particulier mais de proposer une méthodologie permettant à chacun de bâtir le sien propre. Il faudra de prime abord répondre à :


-  La conscience est-elle un phénomène émergent du cerveau ou le contraire ?
-  Existe-t-il une vérité unique qui décrirait une réalité unique ?

Le but de cet essai est de vous mettre sur la voie de votre vérité relative à partir de la prise de conscience du niveau de votre regard.

Le conférencier
JP Gerbaulet (JPEG) Jean-Pierre Gerbaulet, ingénieur ESE (physique nucléaire), chercheur en physique (anneau de collision Orsay), détenteur de plusieurs brevets, entrepreneur, conseil en entreprise, expert en art martiaux, pratiquant de plusieurs traditions spirituelles. Actuellement : président et responsable des programmes de recherche du Fonds de dotation N-Light (www.n-light.org) .

.

.


Neurosciences et psi

Rêves lucides, expériences de sortie du corps et de mort imminente : ce qu’en disent les neurosciences.

Présentation par l’auteur :

Depuis une vingtaine d’années un nombre croissant d’équipes de scientifiques aux Etats-Unis et en Europe s’intéressent aux expériences de rêve lucide, de sortie du corps (OBE) et de mort imminente. Ces expériences, qui présentent des points communs, passionnent le grand public et les médias s’en font régulièrement l’écho. De fait, elles posent de multiples questions d’actualité tant sur la nature de la conscience et ses relations avec le cerveau que sur la possibilité controversée de perceptions extrasensorielles. Je présenterai, en les mettant dans leur contexte, une sélection de travaux publiés à ce sujet dans les revues scientifiques, les méthodes qu’ils mettent en œuvre, les résultats remarquables qu’ils obtiennent et les discussions, voire les controverses, auxquelles ils donnent lieu dans les milieux scientifiques concernés. Je soulignerai d’une part l’intérêt de ces expériences pour les neurosciences et d’autre part la spécificité et les limites de l’approche scientifique par rapport à d’autres approches notamment philosophiques et religieuses.

Le conférencier
Jp Rospars grand (JPEG) Après des études scientifiques (ingénieur agronome puis DEA de biophysique), il a obtenu un doctorat d’État ès sciences en neurobiologie à l’université d’Orsay et est entré à l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) en tant que chargé de recherches puis directeur de recherches. Ses travaux en collaboration avec divers laboratoires français et étrangers ont porté principalement sur l’étude de la structure et du fonctionnement du système nerveux à l’interface entre biologie expérimentale, statistiques et modélisation, ont donné lieu à une centaine d’articles publiés dans des journaux à comité de lecture et des ouvrages spécialisés. Ces travaux en neurobiologie s’inscrivant dans une recherche plus large sur l’évolution de la vie et de la pensée, il s’est intéressé en parallèle aux disciplines connexes - physique, biologie de l’évolution, neuropsychologie et parapsychologie - ainsi qu’à l’ufologie en tant qu’enquêteur et statisticien ; il a écrit plusieurs études et articles sur ces divers sujets. Il a participé comme expert aux travaux du GE(I)PAN et est entré au comité directeur de l’IMI en 2010. En 2008, il a publié un recueil de textes d’Aimé Michel, la Clarté au cœur du labyrinthe, préfacé par O. Costa de Beauregard, qui recouvre largement ses intérêts scientifiques et philosophiques.

OVNIS : le point sur la question par Jacques Vallée

Cette conférence de l’un des plus célèbres ufologues français fera le point sur la question des ovnis, et notamment sur les travaux en cours concernant certaines caractéristiques physiques du phénomène.

Le conférencier


Vallée réd (JPEG)


Diplômé en astrophysique et en informatique, Jacques Vallée a également écrit des romans de science fiction qui lui ont valu le prix Jules Verne, obtenu en 1961. Il a conduit de nombreuses enquêtes de terrain et n’a cessé de prôner l’approche scientifique des phénomènes ovnis, dont il est des analystes les plus subtils et les mieux informés. Ne craignant pas de prendre si besoin le monde de l’ufologie à rebrousse poil, il a écrit sur ce thème une série de livres qui sont devenus des classiques. Sa contribution à cette recherche est double : d’une part, il a travaillé à décrire par des méthodes informatiques la structure des vagues d’ovnis, par exemple dans Les phénomènes insolites de l’espace. D’autre part, à partir de Passport to Magonia, il s’ouvre au folklore et laisse entrevoir des dimensions du phénomène qui débordent l’approche scientifique classique, et qui ont stimulé la réflexion ufologique. Son intérêt pour l’ufologie remonte à la vague de 1954 en France. Influencé comme les jeunes ufologues de son époque par les recherches et les écrits d’Aimé Michel, il a lui-même été témoin d’une observation à Pontoise en 1955. Arrivé aux États-Unis en 1962, il s’installe d’abord à Chicago, où il travaille quelques années avec Hynek, puis en 1970 à San Francisco où il rejoint l’Université de Stanford. Il servira de modèle au personnage du scientifique français joué par François Truffaut dans « Rencontres du Troisième Type ». Chercheur à l’Institut de Recherche Stanford (SRI) dans l’équipe de l’informaticien Douglas Engelbart au début des années 70, où il a été l’un des pionniers d’Arpanet, Jacques Vallée y assiste au démarrage du programme de « Remote Viewing ». Bien que ne faisant alors pas formellement partie du programme, ses conversations avec Ingo Swann donneront naissance à l’idée du « Coordinate Remote Viewing ».

Parmi ses ouvrages en français on trouve entre autres : • Le sub-espace, roman, sous le nom de Jérôme Sériel (1961) • Les phénomènes insolites de l’espace, avec Janine Vallée (1966) • Chronique des apparitions extraterrestres (1974) • Le Collège Invisible (1975, avec une préface d’Aimé Michel) • Visa pour la Magonie (1978) • Révélations, contact avec un autre monde ou manipulation humaine (1992) • Confrontations, un scientifique français à la recherche d’un autre monde (1999) • Autres dimensions, chronique des contacts avec un autre monde (1999) • Science interdite, un scientifique français aux frontières du paranormal, vol. 1 (1959-69) & 2 (1969-79). • Stratagème, roman (2006)