Home
Conférence de Renaud Evrard le 14 décembre 2019

Conférence de Renaud Evrard le 14 décembre 2019

Paranormal et sociétés : les paradoxes français

Présentation par le conférencier : 

Que se passerait-il si l’on vivait dans une société où la télépathie était reconnue pour son utilité, où les fantômes étaient des conseillers familiers, où l’approche scientifique du paranormal était même enseignée à l’université ? On sous-estime fréquemment la part de la culture dans ce qui est désigné sous le vocable « paranormal ». D’un pays à l’autre, ses frontières se déplacent. Mais au-delà de ce relativisme contextuel, le paranormal semble aussi moteur de « sous-cultures », de bricolages entre traditions et innovations, notamment dans le soi-disant « pays de Descartes ». Question marginale voire taboue, cette « forme du sacré en transit » (Kripal, 2010) a néanmoins été l’objet de plusieurs études sociologiques. Celles-ci paraissent inévitables tant les expériences et les croyances paranormales sont partagées par un grand nombre d’individus. Dans l’ouvrage que j’ai co-dirigé avec Eric Ouellet, Vers une sociologie anomalistique : le paranormal au regard des sciences sociales (Presses Universitaires de Nancy / Edulor, 2019 http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100748250), nous avons rassemblé des contributions originales de chercheurs allemands, américains, belges, canadiens et français pour poser les bases, mais aussi donner des illustrations concrètes, d’une étude élargie du paranormal.

Le conférencier :

Renaud Evrard est psychologue, maître de conférences en psychologie habilité à diriger des recherches à l’Université de Lorraine. Il a co-fondé en 2009 le Centre d’information, de recherche et de consultation sur les expériences exceptionnelles (www.circee.org). Ses recherches sur le paranormal ont emprunté des axes cliniques (Folie et paranormal, PUR, 2014), historiques (Enquête sur 150 ans de parapsychologie, Trajectoire, 2016) et anthropologiques (Sur le divan des guérisseurs, Editions des archives contemporaines, 2018, avec la co-direction de Déborah Kessler-Bilthauer).

 

 

Voir les informations pratiques sur l’AGENDA de l’IMI