Home
Bernard BLANCAN rejoint le Comité d’honneur

Bernard BLANCAN rejoint le Comité d’honneur

L’acteur Bernard BLANCAN a accepté d’intégrer le Comité d’Honneur de l’IMI, et nous le remercions grandement pour son soutien.

Bernard BLANCAN

27bb109394c5289c1b42524153b54445.jpgBernard Blancan est un acteur de cinéma, prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes avec Jamel Debbouze, Roschy Zem, Sami Bouajila et Samy Naceri, pour son rôle dans le film Indigènes. Il a également joué dans près de 40 films, ainsi que dans de nombreux courts-métrages et dans des séries (dont Un village français et Chez Maupassant). Il réalise également des documentaires et court-métrages, dont Ogres Niais co-produit par France 2.
La métapsychiqueLe mot métapsychique fut suggéré pour la première fois par M.W. Lutoslawski dans un écrit polonais : Wyklady Jagiellonskie, à Cracovie en 1902, pour désigner des notions assez différentes de celles de Charles Richet. En effet, lorsque celui-ci, dans son adresse présidentielle à la Society for Psychical Research, en 1905, présenta ce mot, il fut, dit-il, unanimement accepté. Qu’entendait-il par métapsychique ? De même qu’Aristote avait intitulé son chapitre sur les grandes lois de la nature qui dépassent les choses physiques : meta ta fusica, métaphysique, de même il nomma métapsychique la science qui, dépassant les choses de la psychologie classique, étudie des faits qui "paraissent dus à des forces intelligentes inconnues", humaines ou non humaines, "en comprenant dans ces intelligences inconnues les étonnants phénomènes intellectuels de nos inconsciences". Bref, la métapsychique est, dit-il : "La seule science qui etudie des forces intelligentes". D’où résulte logiquement sa distinction entre la métapsychique objective qui "mentionne, classe, analyse certains phénomènes extérieurs perceptibles à nos sens, mécaniques, physiques ou chimiques, qui ne relèvent pas des forces actuellement connues et qui paraissent avoir un caractère intelligent", et la métapsychique subjective qui étudie des phénomènes psychiques non matériels tels que la lucidité, cette mystérieuse faculté de connaissance qu’il attribue à une sensibilité dont la nature nous échappe et qu’il propose d’appeler cryptesthésie. Ces deux aspects, objectif qui étudie des forces et subjectif qui étudie des phénomènes psychiques, se retrouvent dans la définition générale que Charles Richet donne de la métapsychique : "La science qui a pour objet des phénomènes, mécaniques ou psychologiques, dus à des forces qui semblent intelligentes ou à des puissances inconnues latentes dans l’intelligence humaine ". Aujourd'hui le terme de métapsychique est a peu près synonyme de celui de parapsychologie. est entrée dans sa vie après un questionnement sur le don de sourcier, transmis par son père biologique. Son cheminement vers une approche scientifique et humaine de cette question est décrit dans son livre Secrets de sourcier (Eyrolles, 2012) et le documentaire Retour aux sources (2011). Après plusieurs collaborations avec l’Association des Amis de l’IMI, il élabore des recherches originales sur la « bio-psychokinèse » qui feront l’objet d’un nouveau livre Secrets de guérisseur (Eyrolles, 2013) et d’un nouveau documentaire.
« Persuadé que les forces de l’esprit dépassent les limites de la réalité définie par les connaissances scientifiques, c’est par le biaisPrésence de patterns ou de défauts particuliers pouvant introduire une modification arbitraire des résultats et faussant ainsi leur validité (ex : un dé non équilibré ayant tendance à faire sortir souvent le même chiffre). d’une démarche scientifique que j’ai souhaité inscrire une forme de quête spirituelle et philosophique sans céder aux dogmes de la croyance. L’IMI me parait le seul organisme en France susceptible de satisfaire une telle démarche, loin de l’aveuglement facile, dans des approches concrètes et rigoureuses.
Bernard Blancan »