-  Parapsychologie -  Fondamentaux

Les Expériences Extraordinaires des endeuillés

Les Expériences Extraordinaires des endeuillés
Par Louis E. LaGrand, Ph.D., CT

Par Louis E LaGrand

(JPEG)
Louis E. LaGrand

Tout le monde fait l’expérience d’événements extraordinaires qui changent le cours de notre vie. On y fait référence en leur donnant différents noms : coïncidences, rencontres heureuses, coups du hasard, miracles, évènements terrifiants, anomalies, interventions divines, ou chance pure et simple.

Ils se produisent souvent lorsque nous devons faire face aux changements que nous imposent la mort de l’être aimé, un divorce, ou des pertes d’un autre type. Dans chaque cas, ils ont toujours un impact majeur sur le cours du travail de deuil. En voici un exemple :

J’ai la quarantaine et depuis la mort de mon père j’ai eu plusieurs expériences inhabituelles qui m’ont aidé à surmonter la perte. Par exemple, l’année dernière, à la date du premier anniversaire de sa mort, ma mère et moi avons placé des roses à longues tiges sur sa tombe. Quelques jours plus tard, il me manquait beaucoup, et je lui ai demandé qu’il me fasse un signe pour me dire que tout allait bien pour lui, et que tout irait bien pour moi aussi. En particulier, j’ai demandé à ce que les roses soient toujours fraîches quand je reviendrais sur sa tombe. Intentionnellement, je ne suis pas retourné le voir parce que je pensais qu’il pourrait toujours y avoir quelque explication à la survie des fleurs tout au long de l’année écoulée et que ma tentative se solderait par une déception... et que, quelque soit le réconfort apporté l’année passée, il serait remplacé par la dure réalité : il n’est vraiment plus avec moi. Heureusement pour moi, ma mère s’est rendue au cimetière dix-huit jours après que nous ayons déposé les fleurs, le 11 novembre. Elle m’a appelé au travail pour me dire qu’elles étaient toujours fraîches. C’est seulement à cet instant que je lui ai dit que j’avais demandé cette faveur à mon père. Pouvez-vous imaginer des roses à longue tige tenir dix-huit jours en plein mois de novembre ?

Alors oui, cela est toujours utile, presque deux ans plus tard. Je n’arrive pas à imaginer à quel point il me manque, mais je crois vraiment qu’il a été avec nous, en particulier pour m’aider à soutenir ma mère. Je considère ces expériences comme un dernier cadeau permanent... sans doute le plus précieux parmi les cadeaux de toute une vie.

Les phénomènes d’expériences extraordinaires (EE), parfois appelés communications d’après-mort, ont lieu depuis l’aube de l’humanité. Ce sont des événements profondément personnels qui ont apporté du réconfort, et plus important encore, du sens à la vie des endeuillés. Les personnes qui s’en réclament croient systématiquement que ces événements proviennent d’un être divin ou d’une personne décédée. Un nombre significatif de contacts surviennent non seulement chez ceux qui pleurent activement la mort d’un être cher, mais aussi des mois ou des années après un décès.

Bien que la communauté scientifique classe généralement ces observations dans les illusions, les hallucinations ou les coïncidences, les principaux concernés les voient de manière tout à fait différente. Ils sont convaincus qu’ils ont reçu l’assurance, par un être cher décédé ou par un Etre Suprême, que les défunts sont dans une autre existence, heureux, et désireux d’aider les endeuillés à s’adapter aux changements imposés par la perte.

Il y a deux caractéristiques communes aux Expériences Extraordinaires : elles se produisent spontanément et semblent provenir d’une source extérieure. Plus exactement, les morts ne sont pas évoqués (bien que certains thérapeutes prétendent être capables de réunir les conditions propices à l’intervention d’une EE par la prise en charge du chagrin lié à la mort, et l’induction dans ce contexte d’une EE), et cela n’a rien à voir avec les médiums. Le phénomène continue de se produire chaque jour de nombreuses manières différentes et est rapporté à travers le monde entier.

Au cours des vingt-cinq dernières années, dans mes entrevues avec les endeuillés et mes discussions avec les thérapeutes, j’ai établi une classification des expériences de deuil en quatorze catégories (pour plus de détails sur mes travaux, cliquez ici). Elles possèdent une grande diversité de caractéristiques. Certaines sont inhabituellement spectaculaires, d’autres sont inhabituellement subtiles.

1. L’Expérience Intuitive ou de Sensation de Présence (parfois accompagnée, selon les témoignages, par une odeur associée au défunt).
2. Les Visites en Rêve (celles-ci concernent des rêves vivaces et inoubliables, comme dans le « grand rêve » décrit par Jung).
3. Les Synchronicités (ces coïncidences signifiantes suggèrent que le défunt ou un être divin fait usage de phénomènes naturels pour apporter du réconfort).
4. L’Expérience Auditive ou Vocale (celle-ci inclut aussi la communication télépathique pour certains endeuillés et peut impliquer un appel téléphonique, un ordinateur, un téléphone portable ou un téléavertisseur).
5. L’Expérience Olfactive ou de Sensation d’Odeur (odeur de fleurs, fumée de pipe, parfums ou eaux de Cologne sont des exemples d’odeurs évoquées).
6. L’Expérience Tactile ou de Sensation de Toucher (les endeuillés racontent avoir été étreints, embrassés, ou touchés au bras ou à l’épaule par l’être aimé ou un être divin).
7. Le Comportement Inhabituel des Oiseaux ou Animaux (ils apparaissent de manière inattendue à des endroits ou à des moments où ils n’ont jamais été vus avant et sont associés de différentes manières à l’être aimé).
8. Les Expériences Symboliques (des arcs-en-ciel qui sont aperçus à des moments inhabituels, des papillons qui apparaissent de manière répétée et qui restent avec le survivant, et la découverte d’objets associés au défunt en sont des exemples).
9. Les Expériences par l’intermédiaire un Tiers (l’endeuillé reçoit un signe/message par l’intermédiaire d’une tierce personne, que la personne concernée par l’EE soit un enfant ou un adulte).
10. Les Expériences par l’intermédiaire de plusieurs (l’endeuillé reçoit un signe/message par l’intermédiaire de deux autres personnes, dont l’une est très intuitive).
11. Les Expériences de Hors Corps (l’endeuillé fait une EHC et raconte avoir vu l’être cher dont il a été séparé). 12. Les Expériences PK (mouvement d’objets, arrêt ou remise en marche d’une montre au moment de la mort, lumières ou autres équipements électroniques qui s’allument et s’éteignent en guise de signe).
13. La Présence Visuelle ou Apparition (il peut s’agir d’une apparition du visage ou du corps entier du défunt).
14. Les Apparitions ou Sensation de Présence Critiques (le survivant fait l’expérience d’une apparition visuelle ou sensation de présence de l’être cher avant qu’il ne soit informé du décès).

En me référant à ce schéma, je ne veux pas sous-entendre que les EE se limitent nécessairement aux manifestations spécifiques susnommées. On devrait plutôt dire qu’il y a probablement de très nombreux signes et messages supplémentaires et individuels (peut-être combinés) qui restent à découvrir et à décrire. Quelle que soit la voie du contact, la reconnexion qui a lieu réduit l’intensité du chagrin, donne un sens nouveau à la vie, change les croyances à propos de la mort, et constitue un tournant essentiel dans l’adaptation à la perte et le début du travail de deuil. Les EE de sensation de présence et de visite en rêve sont les plus fréquemment rapportées, tandis que les synchronicités semblent être plus souvent négligées par les concernés, mais reconnues plus tard comme un signe évident.

L’importance et l’usage de l’expérience

La plupart des endeuillés ont besoin d’une personne pour les soutenir, quelqu’un à qui ils puissent faire confiance, à qui ils puissent parler de l’angoisse profonde et de la peur auxquelles ils sont confrontés. Ils ont toujours besoin de quelqu’un avec qui partager leur Expérience Extraordinaire et qui puisse les assister dans l’usage qu’ils en font pour surmonter la perte. En un mot, un confident aide à normaliser l’événement et sait écouter.

Malheureusement, bien trop souvent, aussi bien les professionnels que les amateurs (qui n’ont jamais fait cette expérience) essaient d’expliquer à la personne en deuil ce dont elle a fait l’expérience en le réduisant simplement à une conséquence du chagrin. A la base, il est important de souligner à chaque personne concernée, que ce qui est arrivé est un don dont ils sont les seuls à pouvoir déterminer l’authenticité. Plus important, c’est un signe que l’amour entre l’endeuillé et le défunt se maintient, qu’une relation saine d’un nouveau type doit être établie (c’est la tâche la plus importante du travail de deuil), qu’il est parfaitement normal d’avoir une relation qui se maintient, contrairement à l’opinion publique, et que ce n’est pas du tout du déni ni une réponse pathologique.

Les lignes directrices pour établir une nouvelle relation, qui est facilitée par l’EE, sont : 1. Dans sa nouvelle vie, l’endeuillé prend toutes ses décisions sur la base de ses objectifs et besoins. Bien qu’il soit acceptable de prendre en considération ce que le défunt aurait fait dans une situation donnée, l’endeuillé ne prend jamais de décision importante le concernant sur la base de ce que le défunt voudrait et qui irait à l’encontre de ses propres besoins. 2. L’endeuillé accepte la mort de l’être cher aussi bien intellectuellement qu’émotionnellement. 3. L’endeuillé réalise qu’il doit continuer à construire une nouvelle vie avec de nouveaux intérêts et de nouveaux objectifs sans la présence de l’être cher. Tant que l’on suit ces lignes directrices, une nouvelle relation saine peut être établie, relation qui aidera l’endeuillé à s’adapter à la transition vers une vie sans la présence physique de l’être cher.

Les Expériences Extraordinaires sont en réalité ordinaires, et avec ou sans l’aide d’amis et de proches pour soutenir et authentifier l’événement, elles influencent grandement le processus de deuil. Non seulement l’EE apporte du réconfort et de la joie dans un moment de tristesse, mais elle devient pour les endeuillés un moteur primordial à l’intégration de la perte dans le cours de la vie et à la poursuite de leur cheminement. La conviction selon laquelle la mort n’est pas un mur et que le défunt n’est pas parti pour toujours, disparu à jamais, devient souvent une nouvelle croyance importante qui promeut de la création de sens, facteur on ne peut plus significatif dans le processus d’adaptation.

(GIF)
Messages and Miracles, par Louis E. LaGrand

Pour une bibliographie des EE, cliquez ici.

Pour acheter le livre du Dr. Lagrand, Messages and Miracles, dans la boutique en ligne de la Parapsychological Foundation, cliquez ici.

Lou LaGrand, PhD
Loss Education Associates
450 Fairway Isles Dr.
Venice, Fl. 34292-3659
bl450@msn.com Site internet : http://www.extraordinarygriefexperiences.com

L’IMI remercie Carlos Alvarado pour son aimable autorisation à traduire et publier le blog de la Parapsychology Foundation. L’article original est disponible ici.

Mots clés associés à cet article :