-  Parapsychologie -  Fondamentaux

Le psi missing et l’effet mouton-chèvre

Le psi missing et l'effet mouton-chèvre


Le Psi missing est l’une des plus surprenantes découvertes de la parapsychologie moderne. Il peut arriver que certains sujets donnent de mauvaises réponses lors de tests psi, et cela de façon récurrente. L’accumulation des réponses erronées suggère alors que quelque chose d’autre qu’une simple absence de capacités psi est en jeu, comme si ces personnes utilisaient le psi pour éviter la bonne cible, « sabotant » ainsi inconsciemment leurs propres résultats !

De nombreux facteurs psychodynamiques sont envisageables pour expliquer le psi missing, mais l’un des critères les plus solidement établis est assez simple : il s’agit de la croyance. En 1942, Gertrude Schmeidler, professeur de psychologie à la City University de New York, a mis en place un questionnaire pour étudier les croyances de ses étudiants au psi. Elle utilisa les termes de « mouton », pour désigner ceux qui croyaient au psi, et de « chèvre », pour ceux qui doutaient de son existence ou de sa possibilité de mise en évidence dans le cadre d’une expérience scientifique.

JPEG - 13.9 ko
Gertrude Schmeidler

Après avoir administré le questionnaire, elle proposa aux étudiants un test de perceptions extra-sensorielles classique, dans lequel ils devaient deviner une séquences de cartes cachées. Schmeidler compara les résultats du test psi avec ceux du questionnaire. Elle en tira une conclusion étonnante : les « moutons » avaient des résultats significativement au-dessus du hasard, tandis que les « chèvres » avaient des résultats significatifs, mais en dessous du hasard.

Cette différence entre croyants et non-croyants, connue sous le nom de l’ « effet mouton-chèvre », a été confirmée par plusieurs autres chercheurs. Une méta-analyse effectuée par Lawrence en 1992, portant sur 73 expériences réalisées par 37 chercheurs différents, confirma que les sujets qui croyaient au psi obtenaient en moyenne des résultats meilleurs que ceux qui n’y croyaient pas. Cet effet est donc extrêmement stable (p=1,33 x 10-16).

JPEG - 21.1 ko
exemple de résultats d’expériences portant sur l’effet mouton-chèvre

Nous avons tous tendance à sélectionner les informations qui confirment nos croyances et à éviter celles qui les contredisent. Cette sélection joue indubitablement un rôle dans notre rapport aux expériences qui paraissent paranormales. Les sceptiques ont ainsi raison d’affirmer que ceux qui croient fermement au psi auront tendance à le voir à l’œuvre partout, jusqu’à confondre leurs croyances et interprétations avec des faits réels. Mais de la même façon, ceux qui ne croient pas au psi vont faire la même erreur de façon inverse, en recherchant toujours une explication dite « rationnelle » pour une expérience psi.

Mais l’effet mouton-chèvre implique qu’il existe des différences qui dépassent ce premier niveau de l’interprétation et de la sélection des informations. L’attitude d’une personne vis-à-vis du psi a un impact sur la probabilité que de tels phénomènes lui arrivent. Ainsi, plus un individu aura une vision réductionniste du monde qui l’entoure, moins il aura de chances d’observer ou de vivre des expériences psi ; plus une personne est intéressée et ouverte vis-à-vis des phénomènes psi, et plus il sera probable qu’elle rencontrera dans son environnement de telles expériences.

Article extrait du cd-rom de Mario Varvoglis : psi explorer

Mots clés associés à cet article : Parapsychologie expérimentale | Psi négatif |