-  Parapsychologie -  Fondamentaux

Le métier de parapsychologue

Le métier de parapsychologue
par Carlos S. Alvarado, PhD


Quand je fais référence au métier de parapsychologue, je ne parle pas de ceux qui apprennent aux autres à développer leurs capacités parapsychiques, ni des voyants, médiums ou guérisseurs. Les parapsychologues sont en fait des chercheurs qui consacrent leur temps à apprendre des choses sur les phénomènes psi à travers l’investigation scientifique. (Pour des conseils de lecture, voir les bibliographies de la Parapsychology Foundation, la Parapsychologie : une Science et Parapsychologues : les apects de la Profession.

La caractérisique de ce métier est l’importance accordée à l’approche scientifique. Un éminent parapsychologue a résumé la situation ainsi : « La parapsychologie est définie comme l’application de méthodes scientifiques servant à étudier certains phénomènes anormaux, ce qui signifie que les parapsychologues sont d’abord et avant tout des scientifiques. Ainsi, si vous dites que vous voulez devenir parapsychologue, vous acceptez le fait d’être aussi un scientifique. » (Cette citation vient de l’article « Education en parapsychologie » de John Palmer. Pour nos suggestions de lecture sur le sujet voir la bibliographie : Méthodes de recherche et Approches Scientifiques Utilisées en Parapsychologie, ou notre essai Manuel concis pour travailler en Parapsychologie.)

Ce domaine de recherche se concentre principalement sur des expériences en laboratoire sur la perception extrasensorielle , et à un moindre degré, sur la psychokinèse. (Pour une bibliographie sur les expériences diverses menées en laboratoire, cliquez ici.)

Mais il y a également une parte importante de la recherche qui se fait en dehors du laboratoire. Par exemple on trouve des études de cas, incluant celles d’individus qui ont vécu des phénomènes d’ apparitions, et d’enfants qui disent se souvenir de leur vie antérieure ; des enquêtes de terrain sur des maisons hantées et des poltergeists ; et des sondages sur les phénomènes tels que le dédoublement et d’autres sujets. (Pour lire un extrait de la revue de Rhea White, sur les approches additionnelles de l’étude des experiences spontanées, cliquez [ici-http://www.scientificexploration.org/journal/jse_06_2_white.pdf].)

A travers ces différentes approches, les parapsychologues visent plusieurs fins. L’une d’elle est de continuer à fournir une preuve de l’existence du phénomène qu’ils étudient. Ils essaient aussi d’apprendre des choses sur leurs phénomènes, en identifiant leurs caractéristiques, ou les formes ou conditions sous lesquelles ils se manifestent. En plus de cela, les parapsychologues conduisent des recherches qui visent à voir si et comment le phénomène est lié à des variables telles que des caractérstiques de la personnalité, des états modifiés de conscience, et des variables psychophysiologiques et physiques, entre autres domaines de recherches.

Vous pouvez vous faire une opinion sur la carrière de beaucoup de parapsychologues en lisant leur biographies, une liste de leurs publications est aussi disponible. Certains de ces parapsychologues apparaissent dans "l’Index des membres" de la Parapsychological Association. D’autres articles faisant référence à des résultats de recherches de certains chercheurs en particulier, sont aussi disponibles en ligne. (Pour en trouver une liste, cliquez ici.)

La littérature biographique peut aussi vous être utile pour retracer les carrières parapsychologiques (Pour trouver une liste, cliquez ici.). Ces livres vous montreront la variété des phénomènes qui sont étudiés, les motivations et les espérances des chercheurs et des étudiants. Des expériences qui sont peut-être similaires à la vôtre.

Toutefois, soyez aussi avertis que vous n’avez pas besoin d’être un scientifique pour être impliqué professionnellement en parapsychologie, ni d’être un scientifique conduisant un projet de recherche sur des phénomènes psychiques pour être « inclus » dans le domaine ou y aider. Laissez-moi vous donner un exemple personnel, vécu pendant ma propre carrière. Pendant que je conduisais des recherches sur des phénomènes tels que l’"Expérience hors du corps" ( OBE), environ 30% de mes articles publiés étaient des comptes-rendus d’anciens livres de recherche psychique, ou d’autres sujets liés à ces écrits. Pouvoir informer mes collègues de la richesse de notre littérature a été un de mes espoirs.

Feu le morris.html" class="spip_out">Dr. Robert L._Morris a été le titulaire de la chaire "Koestler" de parapsychologie à l’université d’Edimbourg de 1985 à 2004. Le Dr. Morris, lui-même chercheur, dévoua de nombreuses années de sa carrière à des efforts d’éducation. Il fit passer des doctorats de psychologie (et non de parapsychologie) à de nombreux étudiants, qui étudièrent la parapsychologie dans leur thèse, et qui dirigèrent ensuite eux-même des recherches ou donnèrent des cours de parapsychologie. La vie du Dr.Morris donne un excellent exemple de carrière en parapsychologie qui, au moins dans ses dernières décennies, était centrée sur l’apprentissage et le conseil aux étudiants, plutôt que sur la recherche.

De la même façon, d’autres contributions importantes qui n’impliquaient pas d’investigation directe des phénomènes ont été faites par d’autres personnes sur différents aspects : bibliographique, clinique, historique, statistique, philosophique et théorique. Vous pouvez aussi contribuer au domaine de le recherche en propageant les résultats des recherches au grand public. La vulgarisation scientifique est une contribution importante à l’éducation du public.

Même si des personnes ont eu des carrières en parapsychologie, les nouveaux venus dans le domaine devraient être avertis des problèmes liés au fait d’être parapsychologue. Lorsque nous parlons de la parapsychologie en tant que profession, nous nous devons d’être clair à propos des problèmes de ce domaine. L’un d’eux est la taille très réduite du champ (voir mon discours inaugural de président de la Parapsychological Association, en 2003). Comme le disait Dr. Charles T.Tart :

...la parapsychologie scientifique est un domaine minuscule, avec seulement une douzaine de personnes de par le monde qui y travaillent, pour la plupart à mi-temps... Je dois vous prévenir que les chances d’y trouver un travail convenable, si vous arrivez à trouver une formation, sont réellement minimes.

La petite taille du domaine est reflétée par le nombre de membres inscrits à l’association des professionnels en Parapsychologie (pour plus d’informations à propos de la Parapsychological Association, cliquez ici).

Les nouveaux venus dans le domaine, souvent des jeunes personnes qui ont peu d’expérience des problèmes universitaires, de la recherche et du travail en général, doivent aussi être avertis que dans beaucoup de secteurs la position de parapsychologue est très peu prestigieuse. Le fait d’être associé à ce domaine de recherches peut vous apporter pas mal de problèmes. Parmi ces problèmes on trouve une hostilité ouverte de la part des autres, un manque récurrent de financement, et souvent le chômage. Le Dr. David Hess a aussi écrit un livre en anthropologie des sciences sur le ressenti des parapsychologues qui travaillent à l’université. L’article est disponible ici.

Toutefois, il est sûr que c’est une profession passionnante qui traite de sujets fascinants et importants, et que les parapsychologues ont le droit d’être fiers de leur tradition intellectuelle et de leurs contributions (Pour lire mon article sur les "Contributions des parapsychologues au savoir", cliquez ici).

De plus, le travail des parapsychologues a beacoup d’implications sur l’étude du comportement humain, un sujet pour lequel une rubrique sera mise en ligne sur notre futur blog.

Des discussions à venir mettront l’accent sur ce que vous devez faire pour réussir à entrer dans le domaine de la parapsychologie.


A suivre : Blog #3, Se mettre au travail en parapsychologie

L’IMI remercie Carlos S. Alvarado pour son autorisation à publier son article disponible ici.

Mots clés associés à cet article :