Nouveau livre de Méheust - La politique de l’oxymore

Bertrand Méheust, membre de notre Comité Directeur, a publié un nouvel ouvrage sur des questions contemporaines d’écologie. Ses analyses ne sont pas sans écho avec ses travaux antérieurs portant sur l’histoire de la psychologie et de la métapsychique, comme il l’indique lui-même dans cette interview dans Libération.(JPEG)

« En tant qu’historien de la psychologie, j’ai été très frappé durant ce Grenelle de l’environnement par l’analogie entre la manière dont la médecine positiviste, au XIXe siècle, a récupéré le mesmérisme et la façon dont le "système", le marché, s’emploie aujourd’hui à récupérer l’écologie.

« Le mesmérisme, ce sont ces pratiques psychothérapeutiques nouvelles qui ont déstabilisé la psychologie au XIXe siècle, en permettant parfois la production de phénomènes psychiques inconnus comme la clairvoyance. En 1842, l’Académie de médecine a fini par les interdire totalement. Mais elles ont continué de se répandre dans la société, au point que l’institution était obligée de réagir.

(JPEG) « En 1878, le neurologue Jean-Martin Charcot a couvert de son immense autorité leur récupération, mais seulement sous la forme la plus acceptable, c’est-à-dire l’hypnotisme, en abandonnant toute la partie "sulfureuse", comme la lucidité magnétique par exemple. L’ancien magnétisme animal a été recalibré pour être consommable par le positivisme fin de siècle.

« Eh bien avec le Grenelle de l’environnement, ce qui est en train de se produire, c’est une récupération des prévisions très pessimistes des écologistes sur le réchauffement climatique ou la perte de la biodiversité... mais sous une forme recalibrée pour être compatible avec le mode de vie de notre société. »

Bertrand Méheust, La politique de l’oxymore ("Comment ceux qui nous gouvernent nous masquent la réalité du monde"). Paris : La Découverte, 2009.